English Français
Aidez maintenant !

Ensemble des tombes de Koguryo

Complex of Koguryo Tombs

The property includes several group and individual tombs - totalling about 30 individual tombs - from the later period of the Koguryo Kingdom, one of the strongest kingdoms in nowadays northeast China and half of the Korean peninsula between the 3rd century BC to 7th century AD. The tombs, many with beautiful wall paintings, are almost the only remains of this culture. Only about 90 out of more than 10,000 Koguryo tombs discovered in China and Korea so far, have wall paintings. Almost half of these tombs are located on this site and they are thought to have been made for the burial of kings, members of the royal family and the aristocracy. These paintings offer a unique testimony to daily life of this period.

Ensemble des tombes de Koguryo

Ce site comprend de nombreuses tombes, en groupes ou isolées (une trentaine), datant de la dernière période du royaume de Koguryo, l’un des royaumes les plus puissants de la Chine du nord-est et de la moitié de la péninsule coréenne entre le IIIe siècle av. J.-C. et le VIIe siècle apr. J.-C. Ces tombes, dont beaucoup sont ornées de splendides peintures murales, constituent presque les seuls vestiges laissés par cette culture. Sur les quelque 10 000 tombes de Koguryo découvertes jusqu’à présent en Chine et en Corée, 90 seulement comportent des peintures murales. Environ la moitié d’entre elles sont situées sur ce site ; on pense qu’elles étaient destinées aux rois ainsi qu’aux membres de la famille royale et de la noblesse. Ces peintures offrent un témoignage unique de la vie quotidienne de l’époque.

مجموعة مقابر الكوغوريو

يتضمن هذا الموقع عدداً من المقابر المجتمعة أو المنفردة (التي يبلغ عددها الثلاثين) العائدة الى المرحلة الأخيرة من مملكة كوغوريوالتي كانت تعتبر من أقوى ممالك شمال شرق الصين ونصف شبه الجزيرة الكورية بين القرن الثالث قبل الميلاد والسابع ميلادي. وتعدّ هذه المقابر التي تزيّن الكثير منها لوحات جدارية مذهلة الآثار الوحيدة المتبقية من هذه الثقافة. ومن بين 10000 قبر تم اكتشافه حتى اليوم في الصين وكوريا، 90 قبرا فقط تحوي لوحات جدارية يقبع نصفها في هذا الموقع وسط اعتقاد سائد بأنها كانت مخصصة للملوك وأعضاء الأسرة الملكية والنبلاء. وتمثل هذه اللوحات شاهداً فريداً على الحياة اليومية السائدة في تلك الحقبة.

source: UNESCO/ERI

高句丽古墓群

墓群包括几组墓葬和一些独立的墓葬,共计约30座,是公元前3世纪至公元7世纪中国东北部和朝鲜半岛一半地区最强大的帝国之一——高句丽帝国后期的古墓,多以精美的壁画装饰,几乎是高句丽文化唯一的遗迹。迄今为止,在中国和朝鲜发现的10 000多座高句丽古墓中只有90座古墓绘有壁画。其中半数以上就在该遗址,被认为是高句丽帝王、皇室成员或贵族的墓葬。这些壁画以独特的方式反映了当时的日常生活。

source: UNESCO/ERI

Комплекс гробниц Когурё

В комплекс входит несколько групп гробниц и отдельные гробницы – всего порядка 30 захоронений, которые относятся к позднему периоду существования государства Когурё, являясь ценнейшими свидетельствами этой культуры. Только около 90 гробниц Когурё из более чем 10 тыс., обнаруженных в целом в Китае и Корее к настоящему времени, имеют настенные росписи. Почти половина таких гробниц находится в пределах данного комплекса. Гробницы, как полагают, были сооружены для захоронения царей, членов царских семей и аристократии.

source: UNESCO/ERI

Conjunto de tumbas de Koguryo

Este sitio está integrado por un conjunto de 30 tumbas, agrupadas o aisladas, que datan de la época del Reino de Koguryo. El territorio de este reino, que fue uno de los más poderosos de la región entre los siglos III a. C. y VII a.C., se extendió por el nordeste de China y la mitad de la península coreana. Las tumbas son prácticamente los únicos vestigios de esta cultura y algunas de ellas poseen magníficas pinturas murales. De las 10.000 sepulturas del periodo koguryo descubiertas en China y Corea hasta la fecha, solamente 90 poseen pinturas murales. La mitad de las tumbas decoradas se hallan en este sitio y se cree que fueron construidas para albergar los despojos mortales de los soberanos, miembros de la familia real y personajes de la aristocracia koguryo. Las pinturas murales representan un testimonio excepcional de la vida cotidiana de la época.

source: UNESCO/ERI

高句麗古墳群

source: NFUAJ

Graftombecomplex van Koguryo

Het graftombecomplex van Koguryo bestaat uit groeps- en individuele graven – 30 individuele graven in totaal – uit de latere periode van het Koguryo koninkrijk. Van deze cultuur zijn bijna alleen de graven overgebleven. Ongeveer 90 van de meer dan 10.000 Koguryo graftombes die in China en Korea zijn ontdekt, hebben muurschilderingen. Bijna de helft van deze beschilderde tombes bevindt zich in het graftombecomplex. Men denkt dat ze gemaakt zijn voor de begrafenis van koningen, leden van de koninklijke familie en de aristocratie. De schilderijen geven een uniek beeld van het dagelijks leven in deze periode.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Koguryo était l’un des royaumes les plus puissants de la Chine du nord-est et de la moitié de la péninsule coréenne entre le IIIe siècle avant J.-C. et le VIIe siècle après J.-C. Les vestiges les mieux connus de ce patrimoine culturel sont des tombes construites en pierre et surmontées de tumulus en pierre ou en terre. Ces tombes, qui datent de la dernière période du Royaume de Koguryo, sont pour beaucoup ornées de magnifiques peintures murales et constituent pratiquement les seuls vestiges laissés par cette culture. Sur les quelque 10 000 tombes de Koguryo découvertes jusqu’à présent en Chine et en République populaire démocratique de Corée, une centaine seulement comporte des peintures murales, dont 80 en République populaire démocratique de Corée. Parmi les tombes de Koguryo recensées en République populaire démocratique de Corée, 63 tombes individuelles dont 16 ornées de peintures murales font partie du bien inscrit.

L’ensemble des tombes de Koguryo est un bien en série qui comprend plusieurs groupes de tombes et des tombes isolées situées pour la plupart au pied des montagnes et quelques-unes dans des villages. Situées à Pyongyang et dans les provinces voisines, ces tombes étaient vraisemblablement destinées aux rois, à la famille royale et à l’aristocratie.

On trouve plusieurs types de tombes, selon le nombre des chambres funéraires – chambre unique, deux chambres, plusieurs chambres et chambres secondaires. Elles illustrent la typologie complète des tombes de Koguryo et représentent des exemples remarquables d’un type d’édifice et de technologie. Les tombes sont constituées d’imposants tumulus avec des chambres funéraires en pierre. Leur construction révèle un grand savoir-faire et les plafonds ont été habilement conçus pour supporter la lourde charge du tumulus. La technologie utilisée repose sur une solution d’ingénierie très étudiée et novatrice, qui répond de manière originale aux problèmes techniques rencontrés dans la construction de tombes souterraines.

Les peintures murales constituent des chefs d’œuvre du genre. Les sujets représentés – vêtements traditionnels, aliments, cadre de vie, pratiques funéraires, ainsi que pratiques religieuses et imagerie associées au bouddhisme, au taoïsme et aux quatre déités - offrent un témoignage exceptionnel de la richesse et de la complexité de la culture de Koguryo aujourd’hui disparue.

L’ensemble des Tombes de Koguryo représente un témoignage exceptionnel de la culture de Koguryo, de ses pratiques funéraires, de sa vie quotidienne et de ses croyances. Les pratiques funéraires propres à cette culture ont exercé une influence importante sur d’autres cultures de la région, comme celle du Japon.

Critère (i) : Les peintures murales des Tombes de Koguryo sont des chefs-d’œuvre de la culture et de la période du royaume de Koguryo ; la construction des tombes témoigne de solutions d’ingénierie novatrices.

Critère (ii) : Les coutumes funéraires propres à la culture de Koguryo ont exercé une influence importante sur d’autres cultures de la région, comme celle du Japon.

Critère (iii) : Les Tombes de Koguryo sont un témoignage exceptionnel de la culture de Koguryo, de ses coutumes funéraires, de sa vie quotidienne et de ses croyances.

Critère (iv) : L’ensemble des Tombes de Koguryo est un exemple important de typologie funéraire.

Intégrité

Ce bien en série, réparti sur toute la partie nord-ouest de la péninsule de Corée et regroupé en quatre régions, comprend 63 tombes individuelles, dont 16 ornées de peintures murales. Les tombes représentent la typologie complète des tombes de Koguryo de la dernière période du royaume et constituent, avec les peintures murales, l’un des derniers témoignages de la culture de Koguryo aujourd’hui disparue.

La plupart des tombes ont souffert de fouilles clandestines au cours du dernier millénaire et très peu d’entre elles ont fait l’objet de fouilles scientifiques avant cela.

Bien que certaines peintures murales aient été endommagées par le pillage et par des facteurs environnementaux, leurs caractéristiques architecturales demeurent largement intactes et l’intégrité des peintures murales est suffisante pour exprimer leur valeur universelle exceptionnelle.

Le cadre et l’environnement naturel des tombes n’ont pas subi de modifications importantes depuis l’époque de leur construction, ce qui permet de comprendre aisément la relation entre les tombes et leur emplacement symbolique dans le paysage.

Les attributs qui expriment la valeur universelle exceptionnelle du bien ne sont  menacés ni par le développement, ni par le manque d’entretien. Les peintures murales et les structures architecturales sont vulnérables à l’humidité, aux bactéries nuisibles et aux intempéries. Il existe un risque d’inondation dans une des tombes et un plan de gestion du tourisme s’avère nécessaire.

Authenticité 

L’authenticité des tombes a été bien préservée, ainsi que leur relation avec le paysage dans lequel elles s’inscrivent. Les tombes sont restées largement en l’état depuis l’époque de leur construction et gardent le témoignage de leurs techniques architecturales exceptionnelles. Les peintures murales qu’elles renferment sont authentiques et intactes.

Bien que certaines parties des peintures murales aient été endommagées par le pillage et d’autres facteurs, une proportion importante des attributs qui expriment leur valeur universelle exceptionnelle - sujet, composition, conception, modes de représentation, types et textures des pigments – demeurent dans leur état d’origine, ce qui garantit leur authenticité.

Des éléments nouveaux installés récemment à l’extérieur des tombes à des fins de protection, de présentation et d’interprétation peuvent être vus comme des éléments de modernité qui n’imitent pas les attributs authentiques du bien, ni ne compromettent la valeur culturelle des tombes.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

L’ensemble des tombes de Koguryo bénéficie d’une protection importante dans le cadre de la Loi sur la protection des biens culturels de la République populaire démocratique de Corée. Les organismes de gestion installés sur place sont responsables de la conservation et de la gestion de ces biens, sous la direction du Bureau pour la conservation des biens culturels. La structure de gestion du bien est adéquate et le personnel bien qualifié. Des zones tampon ont été délimitées pour tous les éléments du bien  en  série, dont l’état général de conservation est relativement bon.

Des projets de conservation et de restauration pour les peintures murales des tombes de Koguryo sont en cours, en collaboration avec l’UNESCO, notamment dans la tombe de Susan-ri. Le problème principal en matière de gestion et de conservation des tombes reste les dommages causés par l’humidité, les bactéries nuisibles et les intempéries. Pour traiter ces problèmes, il est envisagé d’installer d’ici quelques années, en collaboration avec l’UNESCO, un système de surveillance à distance de l’intérieur des tombes et un système de capteur et de régulation d’humidité. Une stratégie à long terme a été élaborée en vue de conserver et restaurer l’ensemble des tombes du bien en série. Elle comprend un volet de conservation préventive visant à éviter que la peinture ne s’écaille ou change de couleur et que les structures des tombes se corrodent. Elle a également pour objectif de poursuivre et renforcer la recherche scientifique et technique dans les domaines pertinents. Le Plan de gestion est en cours de révision afin d’améliorer la conservation, la gestion et l’interprétation du  bien et de tous les éléments qui lui sont associés, comme leur environnement naturel.

Description longue

Les tombes de Koguryo sont un témoignage exceptionnel de la culture de Koguryo, de ses coutumes funéraires, de sa vie quotidienne et de ses croyances. Ses rites funéraires spécifiques ont exercé une influence importante sur d'autres cultures de cette région, dont celle du Japon. Les peintures murales des tombes sont des chefs-d'œuvre de la période du royaume de Koguryo, tandis que la construction des tombes témoigne de l'ingéniosité des solutions techniques mises au point par leurs constructeurs.

Le site inscrit au patrimoine de l'humanité comporte différents groupes de tombes ainsi que des tombes individuelles, soit un total de 30 sépultures environ, datables de la dernière période du royaume de Koguryo, l'un des plus puissants du nord-est de la Chine et de la péninsule coréenne entre le IIIe  siècle av. J.-C. et le VIIe  siècle apr. J.-C. Les tombes, dont la plupart présentent de magnifiques peintures murales, sont presque les seuls vestiges de cette culture. Seules 90 des quelque 10 000 tombes de Koguryo découvertes à ce jour en Chine et en Corée présentent un décor peint, et près de la moitié se trouvent sur ce site. On pense qu'elles ont été aménagées pour les rois, les membres de la famille royale et de l'aristocratie. Ces peintures offrent un témoignage unique sur la vie quotidienne de ce peuple au cours de cette période.

Le site inclut 63 tombes, apparemment construites entre le Ve et le VIe  siècle, réparties dans cinq zones de Corée du Nord. Parmi elles, les Trois Tombes de Kangso et la Tombe royale de Tongmyong, ainsi que 16 autres tombes, renferment des peintures murales.

Le royaume de Koguryo s'étant étendu de la province actuelle de Jilin, au nord-est de la Chine, jusqu'à Pyongyang, en Corée du Nord, les sites historiques des deux pays ont longtemps représenté un sujet de conflit et de revendication nationale. Les Coréens soutiennent que la documentation historique prouve que Koguryo est un royaume de l'ancienne Corée, tandis que les historiens chinois le revendiquent comme une partie de leur histoire, puisque des objets de cette culture ont été découverts en Chine, du fait de l'extension géographique de cet ancien royaume de part et d'autre des frontières actuelles. Les deux pays se sont accordés pour inscrire le patrimoine historique du royaume sur la Liste du patrimoine mondial séparément, dans la mesure où celui-ci est considéré comme « non politique ». Ils s'attachent aujourd'hui à préserver les sites concernés en les exploitant à des fins touristiques et comme source de recherches historiques.

Koguryo, qui était l'un des trois anciens royaumes de Corée, a connu 700 ans d'existence et a été dirigé par 26 rois pleins de sagesse. Tous ces souverains se sont efforcés d'améliorer le bien-être de leur peuple et de renforcer leur puissance militaire. Koguryo dut lutter contre des envahisseurs venus du Nord, si bien que son peuple, bien organisé, était entraîné à faire la guerre. Le royaume a développé une culture tout à fait unique et mis en œuvre des solutions particulièrement avancées dans les domaines éducatif, sociopolitique et militaire. Les peintures murales de Koguryo sont riches en couleurs et en nuances : les femmes dansantes, les guerriers à l'entraînement, les oiseaux dans le ciel, les dragons, les poissons des rivières, les bêtes féroces de la forêt, le vent et les nuages sont représentés de manière si naturaliste qu'ils semblent prêts à sortir de leur cadre à tout moment.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Le royaume de Koguryo dura près de 1000 ans (de 277 av. J.-C. à 668 apr. J.-C.). Il fut fondé à Huanren, dans la province du Liaoning, en Chine, puis déplacé successivement, en l'an 3 apr. J.-C., au château de Kungnae à Ji'an, dans la province de Jilin en Chine, puis en l'an 427 sur le mont Taesong, dans la province de Pyongyang, et enfin au château de Jangan au centre de la ville actuelle de Pyongyang.

Située sur un lieu stratégique, Pyongyang, capitale de l'ancienne Corée (Kojoson), était depuis longtemps le centre culturel, économique et politique du royaume de Koguryo, ce qui motiva l'installation et le développement de la capitale dans ce lieu.

Le royaume de Koguryo étendit son territoire jusqu'à couvrir le nord-est de la Chine et la moitié de la péninsule coréenne, devenant l'un des pouvoirs les plus puissants d'Extrême-Orient. Il s'effondra en l'an 668. Les vestiges les mieux connus de ce patrimoine culturel sont constitués de milliers de tombes construites en pierre et surmontées de tertre en pierre ou en terre. Les tumuli, dont beaucoup comportent des peintures murales, se trouvèrent en plus grand nombre à Pyongyang car le royaume de Koguryo y installa sa capitale, mais ces tombes sont loin d'être absentes d'autres régions du royaume.

La plupart des tombes ont souffert de fouilles clandestines dans les mille dernières années. Très peu d'entre elles ont donc bénéficié de fouilles scientifiques avant les pillages et très peu d'ensembles d'objets complets en ont été extraits. Les tombes ont attiré l'attention internationale en 1905, pendant l'occupation japonaise, période pendant laquelle nombre d'entre elles ont été ouvertes au public. Les premières recherches scientifiques et documentaires ont été entreprises par des spécialistes japonais entre 1911 et les années 1940.

Des études, des fouilles et des travaux de documentation sont entrepris régulièrement depuis 1945.

Des actions de conservation mineures ont été réalisées au début des années 1940, telles que la restriction de l'accès à certaines tombes et la création d'entrée pour d'autres. Des travaux d'entretien, de protection et de conservation sont régulièrement entrepris depuis 1946, dans le cadre d'une législation adaptée et avec la désignation de gestionnaires de sites.

Source : évaluation des Organisations consultatives