English Français
Aidez maintenant !

Missions franciscaines de la Sierra Gorda de Querétaro

Franciscan Missions in the Sierra Gorda of Querétaro

The five Franciscan missions of Sierra Gorda were built during the last phase of the conversion to Christianity of the interior of Mexico in the mid-18th century and became an important reference for the continuation of the evangelization of California, Arizona and Texas. The richly decorated church façades are of special interest as they represent an example of the joint creative efforts of the missionaries and the Indios. The rural settlements that grew around the missions have retained their vernacular character.

Missions franciscaines de la Sierra Gorda de Querétaro

Les cinq missions franciscaines de la Sierra Gorda ont été édifiées pendant la dernière phase d’évangélisation de l’intérieur des terres du Mexique (milieu du XVIIIe  siècle), et sont devenues une référence pour la poursuite de l’évangélisation de la Californie, de l’Arizona et du Texas. La façade richement ornée des églises est d’un intérêt tout particulier car elle représente un exemple des efforts créatifs conjoints des missionnaires et des Indios . Les peuplements ruraux qui se sont développés à proximité des missions ont conservé leur caractère vernaculaire.

البعثات الفرنسيسكانية في سييرا غوردا في كويريتارو

 تمّ انشاء البعثات الفرنسيسكانيّة الخمس في سييرا غوردا في المرحلة الاخيرة من التبشبر بالانجيل في داخل الأراضي المكسيكية (منتصف القرن الثامن عشر). وأصبحت هذه البعثات مرجعًا لمتابعة التبشير بالانجيل في كاليفورنيا وأريزونا وتكساس. وكان للواجهة المزخرفة جدًا في الكنائس أهميّة خاصة لأنها تشكل مثالاً على الجهود الابداعية المشتركة التي قام بها المُرسلون والهنود. كما حافظت المستوطنات الريفيّة التي تطورت على مقربة من البعثات، على طابعها المحلي.

source: UNESCO/ERI

克雷塔罗的谢拉戈达圣方济会修道院

谢拉戈达的5座圣方济会修道院建于公元18世纪中期,它是基督徒最后传入墨西哥中部地区时建立的,同时,它也是基督教在加利福尼亚州、亚利桑那州和田纳西州传播的重要证据。教堂装饰华丽的外观展示了传教士与当地人非凡的创造力,教堂周围的乡村聚居地则保留着它们本身的地方特色。

source: UNESCO/ERI

Францисканские миссии в Сьерра-Горде, штат Керетаро

Пять францисканских миссий в Сьерра-Горде были построены на последнем этапе обращения в христианство внутренних районов Мексики в середине XVIII в. Они стали важным отправным пунктом для продолжения этого процесса в Калифорнии, Аризоне и Техасе. Богато украшенные фасады церквей представляют особый интерес, являясь примером совместных созидательных усилий миссионеров и индейцев. Сельские поселения, выросшие вокруг миссий, сохранили свой традиционный народный характер.

source: UNESCO/ERI

Misiones franciscanas de la Sierra Gorda de Querétaro

Las iglesias franciscanas de este sitio fueron edificadas a mediados del siglo XVIII, durante la última fase de la evangelización del interior de México y se convirtieron en un elemento de referencia para la prosecución de la evangelización en California, Arizona y Tejas. Sus fachadas ricamente ornamentadas ofrecen un interés particular porque son un ejemplo de la labor creadora conjunta de los indios y los misioneros. Los poblados rurales creados en las cercanías de la misiones han conservado su carácter autóctono.

source: UNESCO/ERI

ケレタロのシエラ・ゴルダのフランシスコ修道会伝道施設群

source: NFUAJ

Franciscaanse missieposten in de Sierra Gorda van Querétaro

De vijf Franciscaanse missieposten van de Sierra Gorda werden gebouwd tijdens de laatste fase van de bekering tot het christendom van het binnenland van Mexico, halverwege de 18e eeuw. De missieposten zijn belangrijk geweest voor de voortzetting van de evangelisatie van Californië, Arizona en Texas. De rijk versierde kerkgevels van de missiegebouwen zijn interessant omdat ze de gezamenlijke creatieve inspanningen van de missionarissen en de inheemse bewoners weerspiegelen. De missieposten werden gebouwd tussen 1750 en 1760 en bevinden zich in de bergachtige regio van Sierra Gorda in centraal Mexico. De landelijke nederzettingen die rond de missies ontstonden hebben hun inheemse karakter behouden.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Missions franciscaines de la Sierra Gorda de Querétaro © Temo Rivera
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Les missions franciscaines de la Sierra Gorda of Querétaro comprennent cinq missions édifiées au XVIIIe siècle, pendant la dernière phase d’évangélisation de l’intérieur des terres du Mexique ; elles sont situées dans la région montagneuse de la Sierra Gorda, au centre du Mexique. Sur ces cinq missions, Santiago de Jalpan (la première, construite en 1751-1758) et Nuestra Señora de la Luz de Tancoyol sont établies dans la municipalité de Jalpan de Sierra ; Santa Maria del Agua de Landa et San Francisco del Valle de Tilaco se trouvent dans la municipalité de Landa de Matamoros et la mission de San Miguel Concá dans celle d’Arroyo Seco.

Elles témoignent de la coexistence culturelle entre différents groupes sociaux et leur environnement et sont devenues une référence importante pour la poursuite de l’évangélisation et de la colonisation de la Californie, de l’Arizona et du Texas.

Les missions, en particulier les façades richement décorées des églises témoignent des efforts créatifs conjoints des missionnaires et des groupes autochtones, à la suite d’un échange de valeurs et d’influences. Elles témoignent aussi de la coexistence culturelle entre deux sociétés et l’environnement naturel. Les riches éléments iconographiques expriment le travail créatif et illustrent fidèlement la spiritualité et la vision des deux cultures.

Ces missions représentent les manifestations à la fois architecturales et artistiques les plus pertinentes de l’itinéraire franciscain d’évangélisation qui a conduit à la conquête et à l’évangélisation de la partie nord du Mexique. Elles montrent la persévérance des franciscains et leur capacité d’évangélisation de groupes ethniques isolés vivant dans des territoires inhospitaliers.

L’emplacement ainsi que les caractéristiques et techniques formelles utilisées dans les Missions franciscaines de la Sierra Gorda sont déterminés par trois éléments significatifs et communs : l’environnement naturel, le tracé urbain et l’ensemble religieux. Leur situation dans le système montagneux de la Sierra Gorda crée une interaction paysagère entre les éléments naturels et les éléments bâtis. Ces conditions ont été utilisées comme lignes directrices pour le plan de base de ces villes. De plus, les missions étaient utilisées comme moyen d’organiser les différentes populations indigènes, en créant un exemple de participation commune à la création d’un nouveau système d’aménagement urbain et de processus de construction. L’architecture des missions suit un schéma général commun, malgré quelques différences individuelles. Leurs caractéristiques évoquent les couvents du XVIe siècle. Elles comportent généralement un patio, un portail, une chapelle à ciel ouvert, des chapelles de procession et un cloître. On observe également quelques traits empruntés à l’art baroque mexicain des XVIIe et XVIIIe siècles, comme en attestent le plan cruciforme de l’église, la façade sculptée en stuc et l’utilisation d’enduit à la chaux à l’intérieur. Les édifices sont bâtis en pierre locale, avec un enduit en plâtre coloré.

Les Missions franciscaines de la Sierra Gorda sont un patrimoine vivant qui préserve sa structure et son utilisation d’origine en tant que centres religieux de grande importance dans cette région. Ce sont aussi des espaces culturels qui permettent la reproduction et la continuité de traditions et de formes régionales vivantes. Les peuplements ruraux qui se sont développés à proximité des missions ont conservé leur caractère vernaculaire.

Critère (ii) : Les missions de la Sierra Gorda témoignent d’un échange d’influences considérable lors de l’évangélisation du centre et du nord du Mexique et de l’ouest des États-Unis.

Critère (iii) : Les cinq missions de la Sierra Gorda apportent un témoignage sur la rencontre culturelle entre les missions européennes et les populations nomades du centre du Mexique. Elles demeurent une illustration essentielle de cette deuxième phase d’évangélisation en Amérique du Nord.

Intégrité

Les ensembles religieux bâtis des Missions franciscaines de la Sierra Gorda de Querétaro préservent la composition de leurs éléments d’origine. L’architecture mixte de ces monuments est le résultat d’une nouvelle identité architecturale singulière typique de cette région, intégrée dans le paysage environnant. Ces ensembles ont été créés en tant qu’espaces pour le culte religieux et sont de nos jours également utilisés comme centres de diverses activités relatives à la culture des habitants. Ce patrimoine préserve sa principale utilisation, et ses caractéristiques d’origine n’ont pas été modifiées. Toutefois, la protection du cadre reste un important problème à résoudre à cause de l’expansion tentaculaire du développement urbain et rural.

Authenticité

Les conditions d’authenticité des Missions franciscaines de la Sierra Gorda de Querétaro sont incarnées par le lien fort qui existe entre ces bâtiments et les caractéristiques et attributs de l’environnement naturel, ainsi que par l’originalité, la diversité et l’opulence du langage décoratif du baroque mexicain tel qu’il est représenté par les artisans indigènes sur les façades. Les critères de base de la conception de ces missions étaient déjà établis aux XVIe et XVIIe siècles. Tout en empruntant les principaux éléments à des édifices plus anciens, les missions leur donnent une nouvelle interprétation dans un contexte vernaculaire. L’originalité esthétique réside dans la décoration extérieure des églises, dont les thèmes et l’exécution sont fortement imprégnés des traditions autochtones. Les édifices ont été négligés et ont perdu certaines de leurs caractéristiques, en partie à cause de la rénovation des intérieurs selon un style néo-classique épuré au cours du XIXe siècle. La récente restauration des cinq missions repose sur des recherches exhaustives, et a été réalisée comme il convient par des équipes qualifiées. Les stratifications et les changements historiques ont été dûment respectés. Il a également été possible de mettre au jour et de réintégrer les motifs polychromes originaux des façades des églises.

Malgré cela, la planification architecturale ainsi que le plan, la composition iconographique des façades et les matériaux originaux utilisés dans les complexes des missions ont des valeurs qui perdurent. La fonction des missions va au-delà d’un espace utilisé simplement pour la tenue de cérémonies catholiques car ces missions sont toujours considérées comme une étape déterminante, le centre d’un environnement urbain, et aussi le symbole de l’identité de la communauté.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

La protection juridique des Missions franciscaines de la Sierra Gorda de Querétaro est assurée par la législation et les normes juridiques en vigueur au niveau fédéral, de l’État et municipal. Cela inclut la Constitution des États-Unis mexicains, la loi générale sur les établissements humains, la loi générale sur l’équilibre écologique et la protection de l’environnement, la loi fédérale de 1972 sur les monuments et zones historiques, archéologiques et artistiques, et la Constitution de l’État libre et souverain de Querétaro de Arteaga. Les cinq villes et leurs Missions franciscaines de la Sierra Gorda sont délimitées par des zones principales de conservation et des zones tampons contrôlées par des juridictions de l’État et municipales. Il existe un programme de cogestion du bien qui fait intervenir diverses autorités au niveau fédéral, de l’État et local, ainsi que les groupes sociaux. L’objectif est de sauvegarder les monuments, les centres urbains et les espaces naturels où ils sont situés. De plus, les alentours des agglomérations et des espaces naturels sont contrôlés pour maintenir l’intégrité du cadre. Les travaux de restauration ont été réalisés régulièrement, ainsi que les projets relatifs à l’amélioration de l’image urbaine des localités. Le bien possède un plan de gestion. Ce Plan de gestion et de conservation des Missions franciscaines de la Sierra Gorda prévoit dans ses dispositions que les monuments historiques font partie de la vie quotidienne de la population et du territoire où ils sont situés, et qu’ils entretiennent des liens étroits avec les agglomérations voisines et l’environnement naturel. L’idée est aussi de favoriser le fonctionnement du corridor culturel – instrument opérationnel depuis 2005 et mis en œuvre avec le Plan de gestion de la réserve naturelle de biosphère de la Sierra Gorda, relevant du Programme MAB.

À long terme, il va être nécessaire de consolider la Commission pour la mise en œuvre du Plan de gestion et de conservation des Missions franciscaines de la Sierra Gorda, ainsi que son Bureau consultatif, pour poursuivre la systématisation des activités de gestion et améliorer le suivi du site.

Description longue
[Uniquement en anglais]

The five Sierra Gorda missions bear witness to the cultural encounter of the European missions with the nomadic populations of central Mexico, remaining a significant testimony to this second phase of evangelization in North America. The most thorough evangelizing work carried out by the Franciscan Order in America is reflected in the architectural and artistic achievement in these missions. They exhibit an important interchange of values in the process of evangelization of central and northern Mexico and the western United States, and demonstrate the cultural coexistence between two different groups with their environment.

The property consists of five Franciscan missions dating from the 1750s and 1760s. They are located in the mountainous Sierra Gorda region in central Mexico, where evangelization took place much later than elsewhere. Of the five missions, Santiago de Jalpan (the earliest, built 1751-58) and Nuestra Señora de la Luz de Tancoyol are located in the municipality of Jalpan de Sierra, Santa Maria del Agua de Landa and San Francisco del Valle de Tilaco are in the municipality of Landa de Matamoros, and the mission of San Miguel Concá is in the municipality of Arroyo Seco.

The Franciscan missions were complex organizational units run by friars aiming at evangelizing, congregating and teaching indigenous people. Each mission had to erect the church, find the natives, subdue them, and then group them in huts around the church. The missionaries had to learn the native language, supply the population with food, teach them how to behave, and only then evangelize them.

All five missions share similar elements in relation to their environment, the town and the religious buildings. The environment offers splendid mountain views; the strategic locations of the missions determined the layout and development of the native settlement around. Today, these are traditional rural settlements. The architecture of the missions is designed following a general pattern, although there are individual differences. Their features are reminiscent of 16th-century convents, and generally include an atrium, a sacramental doorway, an open chapel, processional chapels and a cloister. Some features are also taken from Mexican Baroque art of the 17th and 18th centuries, evidenced in the cross-shaped ground plan of the church, the carved and stuccoed facade, and the use of lime plaster in the interior.

These features are most characteristic of Jalpan, Landa and Tancoyol, while Tilaco and Concá have more individual designs - for example there are no chapels. The buildings are made from local stone, and have plaster rendering. The orientation of the complex differs in each case; the main facade is oriented to the west only in Tilaco, while Jalpan faces east, Tancoyol south, and Concá and Landa south-east. Considering that the congregation generally gathered outside, the main elevation of the church is opulently decorated with winding plants and flowers, fantastic architectural elements, angels, figures of Virg\in and saints, including St Francis. While the general layout of the complex reflects the Franciscan model, the spirit and forms of decoration refer to local traditions and local products as gifts to God. Artistically the whole has a particular air of innocence and naivety.

Strategically, the images were 'ideographic', enforcing the didactic scope of the mission. The facade has usually three horizontal and three vertical sections, forming framed fields; in Tancoyol, there are five horizontal sections. The dominating colour is ochre. In contrast, the interior is now much less pretentious; it has simple plaster rendering, and the altarpiece has straightforward architectural forms. A cupola crowns the transept crossing. Seen from the front, a tall bell tower is attached on the left side of the church. The lower part of the tower is plain on a square plan; the upper part is richly ornate with architectural elements. The residential part, on the right side of the church, has an arched entrance and in some cases there is a cloister passage around the court. Otherwise it is relatively simple without decoration.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Le nord de la région de la Sierra Gorda, où se trouvent les missions, fait partie de la région centrale et montagneuse du Mexique. Jadis, les autochtones prenaient part aux travaux miniers et au commerce, et vivaient dans de petits peuplements éparpillés au pied des montagnes. La Sierra Gorda formait une barrière naturelle entre les peuples d'agriculteurs sédentaires et les chasseurs-cueilleurs nomades du nord. À l'époque de l'arrivée des Espagnols, les autochtones vivaient principalement de l'agriculture. Les Huastec vivaient dans de vastes domaines féodaux et possédaient une grande expérience de la filature du coton. Les Jonace vivaient dans des grottes et attaquaient ces domaines. L'importante tribu des Pame, cultivait le maïs et vivait dans des maisons de branchages ou de feuilles de palmiers ; peuple docile, ils étaient coopératifs avec les moines.

Au XVIIe siècle, les intérêts politiques et les mines d'argent provoquèrent souvent des conflits armés impliquant les Espagnols et des groupes autochtones, qui ont entraîné la destruction d'une part importante des premières missions. Au XVIIe siècle, les Franciscains tentèrent de pénétrer plus avant dans le pays, mais ne parvinrent pas à établir une présence permanente. Au XVIIIe siècle, ils obtinrent une nouvelle autorisation, qui aboutit à la décision, en 1744, de fonder cinq missions (Jalpan, Concá, Tancoyol, Landa et Tilaco). Du fait des conflits persistants dans la région, les premières années furent difficiles, retardant la construction des complexes jusqu'en 1750-1751, sous l'égide du frère Junípero Sierra.

La phase de construction s'est étendue sur deux décennies, combinée à un actif travail d'évangélisation de la part des frères franciscains. À la fin de la période, en 1770, la mission était achevée. La situation politique avait changé et les missions étaient sécularisées. Au XIXe siècle, les missions pâtirent de rébellions et de conflits armés ; ainsi, les autels dorés furent détruits. Vers la fin du siècle, les églises furent confrontées à d'autres problèmes ; certaines images furent remplacées, par exemple dans la partie centrale de la façade de l'église de Jalpan. Au XXe siècle, la population diminua, et certaines missions furent parfois abandonnées ; d'autres subirent des altérations, comme c'est le cas des patios de Landa (1966) et de Jalpan (1964). Néanmoins, elles ont perduré en tant qu'entités religieuses, dominant les peuplements qui s'étaient constitués alentours et représentant une référence pour la région. Depuis la publication de Monique Gustin en 1969 sur l'art baroque dans la région de la Sierra Gorda, la sauvegarde de ces chefs d'oeuvre du baroque a suscité un regain d'intérêt qui a abouti à leur restauration dans les années 1990.

Junípero Serra (1713-1784), prêtre franciscain espagnol qui obtint le titre d'Apôtre de la Californie pour son travail de missionnaire en Amérique du Nord (béatifié par le pape en 1988) donna l'impulsion à cette phase d'évangélisation. Il contribua à l'établissement des missions de la Sierra Gorda, où il servit de 1750 à 1758, avant de partir pour le centre-sud du Mexique (1758-1767). Lorsque l'Espagne commença à occuper l'Alta California (actuelle Californie), Serra se joignit à l'expédition et, fonda la mission San Diego en 1769, la première en Californie. Serra et ses successeurs fondèrent au total 21 missions en Californie, qui devinrent les principaux facteurs de développement de la région.

Source : évaluation des Organisations consultatives