English Français
Aidez maintenant !

Paysage culturel historique de la région viticole de Tokaj

Tokaj Wine Region Historic Cultural Landscape

The cultural landscape of Tokaj graphically demonstrates the long tradition of wine production in this region of low hills and river valleys. The intricate pattern of vineyards, farms, villages and small towns, with their historic networks of deep wine cellars, illustrates every facet of the production of the famous Tokaj wines, the quality and management of which have been strictly regulated for nearly three centuries.

Paysage culturel historique de la région viticole de Tokaj

Le paysage culturel de Tokaj témoigne de façon vivante de la longue tradition de production viticole dans cette région de collines, rivières et vallées. Ce réseau complexe de vignobles, fermes, villages et petites villes avec son labyrinthe historique de caves à vin, illustre toutes les facettes de la production des fameux vins de Tokaj, dont la qualité et la gestion sont strictement contrôlées depuis presque trois siècles.

المشهد الثقافي التاريخي لمنطقة توكاج المختصّة بزراعة الكرمة

يدلّ المشهد الثقافي لمدينة توكاج بصورة حية على التقليد القديم لإنتاج زراعة الكرمة في هذه المنطقة الغنية بالتلال والأنهار والوديان. وتجسّد هذه الشبكة المعقّدة من الأراضي المزروعة كرمةً والمزارع والقرى والمُدن الصغيرة الغنية بالتيه التاريخي لكهوف النبيذ، كل أوجُه إنتاج نبيذ توكاج الفاخر والمشهور الذي تخضع نوعيته وإدارته لمراقبة شديدة منذ أكثر من ثلاثة قرون.

source: UNESCO/ERI

托卡伊葡萄酒产地历史文化景观

托卡伊葡萄酒产地历史文化景观生动地表现了该地区低山河谷地带历史悠久的葡萄酒酿造传统。葡萄园体系繁杂庞大,包括葡萄园、农场、村庄、小城镇,还有历史遗留下来的网络般的地下酒窖,显示了著名的托卡伊葡萄酒的每个酿造过程,近三个世纪以来其质量和生产都受到严格的管理和控制。

source: UNESCO/ERI

Исторический культурный ландшафт винодельческого района Токай

Культурный ландшафт Токая служит ярким свидетельством длительной традиции виноделия в этом районе с невысокими холмами и приречными селениями. Хитросплетение виноградников, ферм, сел и небольших городков, вместе с исторически сложившимися системами глубоких винных подвалов, иллюстрирует все аспекты производства знаменитых токайских вин, которые строго соблюдаются в течение уже почти трех столетий.

source: UNESCO/ERI

Paisaje cultural histórico de la región vitivinícola de Tokay

El paisaje cultural de Tokay es un vivo testimonio de la larga tradición vitivinícola de esta región de colinas, ríos y valles. Está configurado por un complejo conjunto de viñedos, casas de labranza, pueblos y aldeas que poseen una red ancestral de bodegas, y es un vivo ejemplo de las distintas facetas de la producción del famoso vino de Tokay, cuya calidad es objeto de un control estricto desde hace tres siglos.

source: UNESCO/ERI

トカイワイン産地の歴史的文化的景観

source: NFUAJ

Historisch cultuurlandschap van de Tokaj wijnstreek

Het historisch cultuurlandschap van de Tokaj wijnstreek toont de lange traditie van wijnproductie in deze regio van lage heuvels en rivierdalen. Het ingewikkelde patroon van wijngaarden, boerderijen, dorpen en kleine steden – met hun historische netwerken van diepe wijnkelders – illustreert elk facet van de productie van de beroemde Tokaj wijnen. De kwaliteit van deze wijnen wordt al bijna drie eeuwen strikt gereguleerd. In de labyrintische wijnkelders die uit meerdere verdiepingen bestaan, wordt wijn opgeslagen en gerijpt in vaten van zomereik. Het bekendste wijnkeldernetwerk is dat in de wijk Satoraljaujhely dat 27 kelders op verschillende niveaus verbindt.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Paysage culturel historique de la région viticole de Tokaj © OUR PLACE
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse 

Situé sur les contreforts de la chaine montagneuse de Zemplén (au Nord-Est de la Hongrie), le long de la rivière Bodrog et au confluent des rivières Tisza et Bodrog, le paysage culturel historique de la région viticole de Tokaj a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 2002. L’ensemble du bien et de sa zone tampon couvrent la région administrative de 27 agglomérations (respectivement 13 245 ha et 74 879 ha, soit 88 124 ha au total). L’intégralité du paysage, son organisation et son caractère, ont été spécifiquement façonnés en interaction avec la tradition millénaire et toujours vivante de la production de vin. L’histoire documentée de la région viticole depuis 1561 atteste que la culture du raisin ainsi que la fabrication du vin « aszú » est continue depuis des siècles dans la zone entourée par les trois Sátor-hegy (la colline de Tokaj, la colline de Sátor à Abaújszántó et la colline de Sátor à Sátoraljaújhely). La base juridique de la délimitation de la région viticole est parmi les premières dans le monde et remonte à 1737, lorsque le décret de l'empereur Charles VI (Charles III, roi de Hongrie) a fait de la zone une région viticole protégée.

La combinaison unique des conditions topographiques, environnementales et climatiques de la région viticole de Tokaj, avec ses pentes volcaniques, ses zones humides qui engendrent un microclimat particulier et qui favorisent l'apparition de la «pourriture noble » (Botrytis cinerea), ainsi que les forêts de chênes environnantes, est  depuis longtemps reconnue comme remarquablement favorable à la culture du raisin et à la production spécialisée de vin. Toutes ces caractéristiques ont permis le développement de vignobles, de fermes, de villages, de petites villes et de réseaux historiques de caves creusées à la main pour la plupart dans des roches volcaniques, qui sont la  structure la plus caractéristique de Tokaj : l’existence de celle du Roi Kalman à Tarcal est attestée dès 1110. Il existe deux principaux types de caves à Tokaj : les caves voûtées et les caves creusées. La diversité socioculturelle, ethnique et religieuse des habitants, ainsi que la renommée particulière du vin Aszú de Tokaj, ont  contribué à la richesse et à la diversité du patrimoine culturel de la région.

Critère (iii): la région du vin de Tokay est le reflet d’une tradition viticole unique, existant depuis au moins mille ans et qui est, à ce jour, restée intacte.

Critère (v): l’intégralité du paysage culturel de la région viticole de Tokay, comprenant les vignobles ainsi que des établissements humains installés de longue date, illustre de manière vivante la forme particulière d’occupation traditionnelle du sol qu’il représente.

Intégrité

Les éléments constitutifs de la Valeur universelle exceptionnelle du bien sont suffisamment intacts. Ils incluent les conditions environnementales (géologie, morphologie, hydrologie et climat) favorables à la production d’un vin précis, les  vignobles / terroirs historiques,  les établissement présents depuis longtemps et leur réseau, un riche patrimoine culturel reflétant la diversité ethnique, les divers types de caves et une grande diversité d'autres bâtiments qui contribuent au caractère du paysage et sont liés à la culture de la vigne et à la production du vin (par exemple les terrasses, murs de pierres, haies et réservoirs). Le bien présente tous les éléments constitutifs nécessaires à l’expression de sa Valeur universelle exceptionnelle. Cependant, la relation entre le bien et sa zone tampon doit faire l’objet d’un examen complémentaire, ainsi que les limites extérieures de la zone tampon. Dans le contexte de l'évolution des exigences économiques, la continuité de l'utilisation traditionnelle des terres est maintenue. À long terme, la disparition des zones humides et l'expansion des zones construites, ainsi que le changement climatique, devraient être considérés comme des menaces potentielles.

Authenticité

En ce qui concerne les structures bâties, de fréquentes incursions militaires et des incendies ont entraîné au cours des siècles la destruction et la reconstruction ou la restauration d'une part importante des bâtiments historiques. Toutefois, le respect scrupuleux des normes internationales de conservation et de restauration, conforme à la Charte de Venise, ont permis de maintenir, au cours du dernier demi-siècle, un degré d'authenticité des édifices historiques entièrement conforme aux exigences des Orientations. Les agglomérations historiques ont également conservé leur plan urbain de base ainsi que leur interconnexion à la fois entre eux et avec le paysage. Le vin est produit dans la région de Tokaj et les vignobles exploités depuis  plus de 1000 ans. Le paysage qui en résulte, avec ses villes et ses villages qui participent à la production du célèbre Tokaji Aszú, n’a pas changé d’apparence générale tout au long de cette période.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Depuis le 15 février 2012, l'ensemble du bien du patrimoine mondial et sa zone tampon sont légalement protégés comme « paysage historique » en vertu de la Loi sur la protection du patrimoine culturel ; ainsi les interventions importantes touchant le bien et sa zone tampon doivent-elles  suivre l’avis des experts de l’Agence gouvernementale pour la  construction et la protection du patrimoine du district. Cette protection territoriale vise à préserver les bâtiments historiques et l'environnement naturel, à maintenir l'utilisation traditionnelle du territoire, et à assurer une gestion durable de la Valeur universelle exceptionnelle du bien. 61 % de ce paysage historique font partie du réseau Natura 2000, et bénéficient d'une protection de niveau de l'UE en tant que un site naturel d'importance communautaire. Un grand nombre de monuments historiques situés dans les limites du bien et de sa zone tampon bénéficie également d’une protection individuelle. En outre, il y plusieurs zones naturelles protégées entièrement ou partiellement à l'échelle nationale dans le bien et sa zone tampon.

La propriété historiquement diversifiée du bien (allant des particuliers qui possèdent de petits vignobles aux autorités locales, aux églises et à l'État, ainsi qu’aux entreprises privées qui possèdent de grandes propriétés) fait partie des caractéristiques du bien mais constitue en même temps un sérieux défi pour la gestion. Basé sur la Loi sur le patrimoine mondial national de 2011, un nouveau plan de gestion va entrer en vigueur par décret gouvernemental et sera réexaminé au moins tous les sept ans.

Un Jury régional d’architecture et de planification, composé de l'architecte d’Etat en chef en charge de ce territoire et de membres nommés par lui/elle, aidera à réaliser des projets de haute qualité conformes aux valeurs du bien. Sur la base de la Loi sur le patrimoine mondial, la nomination des organes de gestion par le Ministre chargé de la Culture est en cours. Le nouveau plan de gestion et l'organe d'administration permettront une gouvernance transparente avec des responsabilités claires, où les différents intérêts peuvent s’exprimer et où le cadre institutionnel et les modalités de coopération entre les différentes parties prenantes sont prévus.

Sur la base de la Loi sur le patrimoine mondial, l'état de conservation du bien ainsi que les menaces et les mesures de préservation seront régulièrement contrôlés et feront l’objet de rapports à l'Assemblée nationale. L'objectif global de la gestion consiste à maintenir et à améliorer les conditions environnementales, sociales mais aussi économiques de la culture de la vigne, de la production de vin et des secteurs connexes qui ont toujours été les moteurs économiques de la région. Le paysage culturel vivant doit rester un bien au profit du développement durable des communautés locales.

Une fois le Plan de gestion approuvé et finalisé, la révision des limites de la propriété et de sa zone tampon sera étudiée, afin de renforcer l'intégrité et la protection appropriée du bien.  La révision des limites doit  tenir compte des défis posés par la transformation des zones humides, de l'expansion des zones construites et des problèmes environnementaux mondiaux comme le changement climatique. Une attention particulière devrait être prêtée à l'impact des mines, des carrières et d’autres industries liées à l’exploitation minière. Il est important de procéder à un examen exhaustif des conditions et des impacts des mines sur la Valeur universelle exceptionnelle du bien. Une approche prudente et stratégique doit être suivie en ce qui concerne la gestion du trafic, les constructions et les aménagements routiers. Une possible extension transfrontalière de la zone tampon est à prendre en considération pour faire suite aux décisions du Comité du patrimoine mondial, sur la base de l'excellente collaboration des autorités hongroises et slovaques chargées du patrimoine culturel.

Description longue

Tout le paysage de la région viticole de Tokay, y compris les vignobles et les habitats anciens, illustre de manière remarquable une forme spécialisée d'exploitation traditionnelle du sol, et présente une tradition vitivinicole spécifique remontant à plus d'un millénaire, et qui s'est conservée intacte jusqu'à nos jours.

            Les tribus magyares qui pénétrèrent dans cette zone à la fin du IX siècle accordaient une importance particulière à cette région dont ils pensaient, non sans raison, qu'elle avait été le centre de l'empire du Hun Attila, auquel elles s'identifiaient étroitement. Elle devint un refuge pour les Hongrois au cours des siècles qui suivirent, marquée par les invasions des Mongols ou d'autres peuples, ainsi qu'un important carrefour commercial pour les marchands polonais qui se rendaient dans les Balkans ou ailleurs. L'immigration y fut encouragée dès le XII siècle, lorsque Wallons et Italiens furent invités à y rejoindre les Allemands qui s'y trouvaient depuis la naissance du royaume hongrois. Au cours du XVI siècle, la région passa sous la domination des hussites de Bohême au cours d'une courte période, mais elle fut réunie au royaume hongrois par le dernier grand roi de Hongrie, Hunyadi Matyas (Mathias Corvin). C'est au cours de la période ottomane que fut produit pour la première fois le Tokay Aszu qui valut à cette région une célébrité mondiale. Selon la légende, c'est la peur des incursions des Turcs qui retarda la récolte dans le domaine de Lorantffy Mihaly, jusqu'au moment où les raisins flétris furent attaqués par le botrytis générateur de la pourriture noble ; malgré tout, le pasteur Szepsi Laczko Mate en fit du vin, qu'il présenta à la fille de son seigneur.

La douceur du climat, la qualité des sols et l'exposition des pentes rendaient le Tokay particulièrement adapté à la production de vin. L'occupation du sol et la physionomie de la région du vin de Tokay procèdent des caractéristiques morphologiques et hydrographiques de cette zone. Elle comporte deux principaux secteurs de peuplement, l'un le long du cours de la Bodrog, l'autre sur le Szerencs et sur le Hernád, à l'ouest. La rive droite de la Bodrog, au point où elle forme un méandre au pied de la chaîne de montagnes de Zemplen, est occupée par une série d'habitats.

L'occupation humaine intéresse également les vallées des torrents qui se jettent dans la Bodrog, qui rejoint la Tisza à Tokay, où la rivière principale était franchissable par un ancien gué. Le Szerencs ouvre largement sur la Takta, et présente des habitations sur ses deux rives. Le nom de Tokay dérive d'un terme arménien signifiant « la grappe » qui était passé dans la langue hongroise dès le X siècle, ce qui nous permet de dater l'occupation de cette zone. Différents témoignages attestent également que la viticulture y était déjà pratiquée à cette époque.

Le patrimoine monumental de cette région reflète son histoire et sa structure socio-économique. Il comporte des églises romaines catholiques médiévales (une dans chaque agglomération), des églises orthodoxes des XVIIIe -XIX siècles et des synagogues juives, des demeures ou des châteaux princiers ou aristocratiques, ainsi que des maisons plus modestes, des débits de vin ou des ateliers. L'église romane de Bodrogalszi (dans la zone tampon), du XII siècle, témoigne de l'occupation précoce de la zone. La zone inscrite sur la liste comporte des châteaux en ruine du XIV siècle à Tokay et Tallya, ainsi qu'à Monok, Sarospatak et Szerencs, dans la zone tampon. Tarcal, ainsi que la zone tampon renferment de nobles demeures des XVIIIe et XIX siècles.

Les structures les plus caractéristiques de Tokay sont ses caves à vin : celle du roi Kalman à Tarcal est attestée dès 1110. Il existe dans la région de Tokay deux principaux types de caves à vin : voûtée ou creusée. Les premières sont essentiellement formées par un espace ouvert aménagé avant la construction d'une maison au-dessus, et accessible depuis son porche ; les raisins étaient traités dans une salle située derrière la maison, immédiatement au-dessus de la cave. Les caves creusées n'étaient pas directement liées à des habitations ; depuis la surface, on n'en voit qu'une entrée construite en pierre avec une porte en bois ou métal ajouré ; les caves creusées dans le tuf volcanique n'ont pas besoin de voûte. De 80 à 85 % des caves de Tokaj sont de ce type.

Les caves en labyrinthe creusées sur plusieurs niveaux, avec des sols situés à plusieurs hauteurs, dans lesquelles le vin était stocké et vieilli dans des fûts de chêne rouvre, sont également particulièrement intéressantes. La plus célèbre d'entre elles est le réseau de caves du district Ungvari de Satoraljaujhely, qui relie entre elles non moins de 27 caves creusées sur différents niveaux.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Les premiers signes de peuplement humain continu dans la région de Tokay remontent à l'ère néolithique. Toutefois, ce sont les tribus magyares qui s'y installèrent à la fin du IXe siècle qui donnèrent à la région son importance particulière, puisqu'ils croyaient en effet (avec quelque raison) qu'elle était au coeur de l'empire d'Attila le Hun, avec lequel ils s'identifiaient. Face aux pressions venues des invasions mongoles et autres, elle devint un refuge pour les Hongrois dans les siècles qui suivirent.

Elle était aussi un important carrefour commercial pour les marchands polonais en route vers les Balkans et ailleurs. Des colons s'y installèrent dès le XIIe siècle, immigrants wallons et italiens invités par les rois hongrois, et rejoignant les Germains présents depuis l'avènement du royaume de Hongrie.

Au XVIe siècle, la région tomba pendant un bref laps de temps aux mains des Hussites de Bohême, mais fut reconquise par le dernier grand roi hongrois, Hunyadi Matyas (Mathias Ier Corvin). La région de Tokay fut épargnée par l'occupation ottomane, qui portait pourtant sur une grande partie de la Hongrie, mais elle n'en demeurait pas moins une zone frontalière dangereuse, exposée à des raids fréquents.

La région de Tokay a été plantée de vignobles au moins dès le XIIe siècle. On suppose que la viticulture vient de l'est. Peut-être a-t-elle été introduite par la tribu kabar, qui s'installa dans la région des Carpates avec les Hongrois au IXe ou au Xe siècle. Ce n'est toutefois qu'à l'époque ottomane que le « Tokay Aszu » qui a fait la renommée mondiale de la région fut produit pour la première fois. Selon la légende, la crainte de raids turcs retarda la récolte dans le domaine Lorantffy Mihaly, tant et si bien que les raisins se flétrirent et que la Botrytis Cirenea s'installa, créant la « pourriture noble ». Cela n'empêcha pas le pasteur Szepzi Laczko Maté de fabriquer du vin avec ces raisins bothrytisés et de présenter le résultat à la fille du seigneur.

Le vin de Tokay fut une source de revenus importante pour la dynastie transylvanienne des Rakoczi, qui prit le pouvoir au début du XVIIe siècle. Il joua un rôle important dans le combat pour l'indépendance hongroise que mena Ferenc II Rakoczi, qui le présenta aux autres souverains européens, tels Louis XIV, et assura ainsi l'élargissement de sa réputation. Lors de la défaite finale de Ferenc II Rakoczi et de son exil, en 1717, les Habsbourg reprirent ses domaines.

Sous l'empire austro-hongrois, la région de Tokay fut prospère, grâce au renom grandissant de son vin. En 1870, la population vivant au pied des collines de la région était la plus dense du pays, et supérieure à celle de la France ou des États allemands les plus développés. Des immigrants originaires des régions avoisinantes - Slovaquie, Ruthénie et Macédoine grecque - s'installaient à Tokay. Les Macédoniens de Grèce étaient pour la plupart des négociants en vins ; à partir de la fin du XVIIIe siècle, ils furent progressivement remplacés, dans leur grande majorité, par des Juifs polonais, qui jouèrent un rôle décisif dans le commerce du vin de Tokay.

Cependant, le XIXe siècle fut le témoin d'un lent déclin, allant de pair avec le rétrécissement du marché du vin de Tokay. La situation se détériora encore avec la destruction quasi totale des vignobles de Tokay, décimés par le phylloxéra au tournant du XIXe siècle. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la région viticole de Tokay était au plus bas : l'Holocauste avait décimé la communauté juive, et le régime de la communauté avait aboli la propriété privée des familles nobles et bourgeoises. Le moteur du succès de la région disparut brusquement, et ce n'est qu'avec les changements politiques de 1990 en Hongrie que commença la lente mais régulière réhabilitation de la viticulture et de la production du vin de Tokay.

Source : évaluation des Organisations consultatives
Activités (1)