English Français
Aidez maintenant !

Ensemble du temple de la Mahabodhi à Bodhgaya

Mahabodhi Temple Complex at Bodh Gaya

The Mahabodhi Temple Complex is one of the four holy sites related to the life of the Lord Buddha, and particularly to the attainment of Enlightenment. The first temple was built by Emperor Asoka in the 3rd century B.C., and the present temple dates from the 5th or 6th centuries. It is one of the earliest Buddhist temples built entirely in brick, still standing in India, from the late Gupta period.

Ensemble du temple de la Mahabodhi à Bodhgaya

L'ensemble du temple de la Mahabodhi constitue l'un des quatre lieux saints associés à la vie du Bouddha et notamment à son Éveil. Le premier temple a été érigé par l'empereur Asoka au IIIe siècle av. J.C., alors que le temple actuel date du Ve ou VIe siècle. C'est l'un des plus anciens temples bouddhistes en Inde qui soit toujours debout, et l'un des rares temples de la fin de la période Gupta construits entièrement en briques.

مجمع معابد مهابودهي في بودهغايا

يشكّل مجمّع معابد مهابودهي أحد المواقع المقدسة الأربعة المتّصلة بحياة بوذا، ولاسيما بنهضته. شيّد الإمبراطور أسوكا المعبدَ الأول في القرن الثالث قبل المسيح فيما يعود المعبد الحالي إلى القرن الخامس أو السادس. وهو أحد أقدم المعابد البوذية في الهند الذي لا يزال قائماً وهو من المعابد النادرة العائدة لنهاية حقبة إمبراطورية غوبتا المشيّدة بكاملها من الآجر.

source: UNESCO/ERI

菩提伽耶的摩诃菩提寺

菩提伽耶的摩诃菩提寺是与佛祖生前生活紧密联系的四个圣地之一,尤其值得一提的是这里是佛祖得道的地方。寺庙最早是阿育王于公元前3世纪建造的,现存的寺庙历史可以追溯到公元5世纪到6世纪。菩提伽耶的摩诃菩提寺是笈多王朝后期以来印度现存的最早的全部为砖石结构的佛教寺庙之一。

source: UNESCO/ERI

Храмовый комплекс Махабодхи в Бодх-Гайя

Храмовый комплекс Махабодхи – это одно из четырех священных мест, связанных с жизнью Будды и, в особенности, с обретением им просветления. Первый храм был построен императором Ашокой в III веке до н.э., а существующий храм относится к V-VI вв. Это один из самых ранних буддийских храмов, построенных полностью из кирпича, все еще сохраняющихся в Индии от периода поздних Гупта.

source: UNESCO/ERI

Conjunto del Templo de Mahabodhi en Bodhgaya

Este conjunto monumental es uno de los cuatro santos lugares relacionados con la vida de Buda, y más concretamente con su acceso a la Iluminación. El emperador Asoka erigió en este sitio un primer templo en el siglo III a.C., pero el actual data del siglo V o VI de nuestra era. Mahabodhi es uno de los más antiguos templos budistas construidos en ladrillo y uno de los pocos de las postrimerías del Imperio Gupta que aún permanecen en pie.

source: UNESCO/ERI

ブッダガヤの大菩提寺

source: NFUAJ

Mahabodhi tempelcomplex

Deze plek is één van de vier heilige plaatsen gerelateerd aan het leven van de Boeddha (566 tot 486 voor Christus) en in het bijzonder met betrekking tot het bereiken van verlichting. De eerste tempel werd gebouwd door keizer Asoka in de 3e eeuw voor Christus en de huidige tempel dateert uit de 5e of 6e eeuw. Het is één van de vroegste boeddhistische tempels die volledig uit baksteen is opgebouwd en nog steeds intact is in India. Het Mahabodhi tempelcomplex stamt uit de late Gupta periode en is vernoemd naar de Bodhi boom, waaronder de Boeddha zat toen hij het hoogste en volmaakte inzicht verkreeg.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Ensemble du temple de la Mahabodhi à Bodhgaya © query_squidier
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

L’ensemble du temple de la Mahabodhi à Bodhgaya est situé à 115 km au sud de la capitale de l'Etat du Bihar, Patna, et à 16 km du siège du district de Gaya, en Inde orientale. Il est l'un des quatre lieux saints associés à la vie du Bouddha, et plus particulièrement à son Eveil. Le bien comprend les plus grands vestiges du Ve et VIe siècle après J.-C. de cette période de l'antiquité dans le sous-continent indien. Le bien couvre une superficie totale de 4,8600 ha.

L’ensemble du temple de la Mahabodhi est le premier temple construit par l'empereur Asoka au IIIe siècle avant J.-C.; le temple actuel date des Ve-VIe siècles. C’est l'un des temples bouddhistes les plus anciens construits entièrement en briques encore debout, datant de la fin de la période Gupta, et il est considéré comme ayant eu une influence notable sur le développement de l'architecture de brique au fil des siècles.

L’ensemble du temple de la Mahabodhi à Bodhigaya comprend un temple principal de 50 mètres de haut, le Vajrasana, l’arbre sacré de la bodhi, et six lieux sacrés associés à l’Eveil du Bouddha, entourés de plusieurs stupas votifs anciens, bien entretenus et protégés par des allées circulaires  intérieures, centrales et extérieures. Un septième lieu sacré, l’étang au Lotus, est situé hors de l'enceinte vers le sud. La zone du temple et l'étang au Lotus sont entourés par des passages de circulation à deux ou trois niveaux et l’ensemble de la zone s’élève à 5 mètres du sol environnant.

C’est également un bien d’une importance archéologique unique en raison des  événements associés au temps que le Seigneur Bouddha y a passé, ainsi que comme document sur l’évolution du culte, en particulier depuis le IIIe siècle, à l’époque de la construction du premier temple, des balustrades et de la colonne mémorielle par l'empereur Asoka, et sur l’évolution ultérieure de la ville ancienne, au cours des siècles, avec la construction de sanctuaires et de monastères par des rois étrangers.

Le mur du temple principal a une hauteur moyenne de 11 m et il est construit dans le style classique de l'architecture des temples indiens. Il comporte des entrées à l’est et au nord et s’élève sur un soubassement de faible hauteur dont les moulures sont décorées de figures représentant du chèvrefeuille et des oies. Au-dessus, une série de niches renferme des images du Bouddha. Plus haut se trouvent des moulures et des niches chaitya, puis le shikhara curviligne, ou tour du temple, surmonté par l’amalaka et le kalasha (éléments d’architecture dans la tradition des temples indiens). Les quatre angles du parapet du temple sont occupés par quatre statues du Bouddha placées dans de petites chambres sanctuaires. Chacune est surmontée par une petite tour. Le temple, orienté vers l’est, est formé d’une petite cour intérieure à l'est, dotée de niches de part et d’autre, qui contiennent des statues du Bouddha. Une porte mène dans une petite salle, au-delà de laquelle se trouve le sanctuaire, qui contient une statue dorée du Bouddha assis (plus de 5 pieds de haut) tenant la terre, comme témoin de l’accomplissement de son Eveil. Au-dessus du sanctuaire se trouve le hall principal avec un sanctuaire contenant une statue de Bouddha, où les moines supérieurs se réunissent pour méditer.

Depuis l'est, un escalier descend, à travers un long chemin central, au temple principal et à la zone environnante. Le long de ce chemin se trouvent des lieux importants associés aux événements qui ont suivi immédiatement l’Eveil du Bouddha, avec des stupas votifs et des sanctuaires.

Le plus important des lieux sacrés est l'arbre géant de la Bodhi, qui se trouve à l'ouest du temple principal, et dont on suppose qu'il est un descendant direct de celui sous lequel Bouddha passa sa première semaine, et où il connut l'Éveil. Au nord de l'allée centrale, sur une aire surélevée, se trouve l’Animeshlochan Chaitya (salle de prière), à l'emplacement où l'on pense que Bouddha passa sa deuxième semaine. Bouddha passa sa troisième semaine à marcher, 18 pas en avant et 18 pas en arrière, dans un endroit appelé Ratnachakrama (la promenade dorée), qui se trouve près du mur nord du temple principal. Des lotus saillants en pierre, taillés sur une platforme, marquent ses pas.Le lieu où il passa la quatrième semaine est le Ratnaghar Chaitya , au nord-est du mur d'enceinte. Juste après les marches de l'entrée orientale à l'allée centrale, un pilier marque le site de l'arbre Ajapala Nigrodh, sous lequel Bouddha médita au cours de sa cinquième semaine, en répondant aux questions des brahmanes. Il passa la sixième semaine près de l'étang aux Lotus, au sud de l'enceinte, et la septième sous l'arbre Rajyatana, au sud-est du temple principal, dont l'emplacement est aujourd'hui encore marqué par un arbre.

A côté de l’arbre de la Bodhi se trouve une statue du Bouddha installé sur une plateforme en grès poli attachée au temple principal, connue sous le nom du Vajrasana (le Trône de Diamant), construit par l’empereur Asoka pour marquer l'emplacement où Bouddha méditait assis. Une balustrade de grès encerclait ce site de l'arbre de la Bodhi, mais seuls quelques-uns des piliers originaux de la balustrade sont encore in situ ; ils comportent des sculptures représentant des visages humains, des animaux et des détails décoratifs. En remontant l’allée centrale vers le temple principal au sud, un petit sanctuaire dont le fond est occupé par une statue du Bouddha debout, présente les empreintes des pieds (Padas) du Bouddha gravées en pierre noire, qui remontent au IIIe siècle avant J.-C., lorsque l'empereur Asoka proclama le bouddhisme religion officielle de l'Etat et installa des milliers de ces empreintes en pierres dans tout le royaume. La porte d'entrée du Temple, qui est sur l’allée centrale, a également été construite à l'origine par cet empereur, mais reconstruite plus tard. En remontant encore vers le temple principal on trouve un bâtiment qui contient plusieurs statues du Bouddha et de bodhisattvas. Face à cet édifice se trouve un mémorial à un Mahant hindou qui vécut sur ce site aux XVe et XVIe siècles. Un groupe de stupas votifs construits par des rois, des princes, des nobles et des laïcs se trouve au sud de l’allée.  Ils varient en forme et en taille, du plus simple aux plus somptueux.

Dans le contexte de l'histoire philosophique et culturelle, l’ensemble du temple de la Mahabodhi est d'une grande importance car il marque l'événement le plus important dans la vie du Bouddha, le moment où le prince Siddhârta atteint l'Eveil et devint Bouddha, un événement qui a marqué les croyances et la pensée humaine. Ce bien  est maintenant vénéré comme le lieu le plus saint de pèlerinage bouddhiste dans le monde et considéré comme le berceau du bouddhisme dans l'histoire de l'humanité.
 
Critère (i): Le grand temple de la Mahabodhi (Ve- VIe siècles), 50 m de hauteur, est d'une importance immense, étant une des premières constructions de temple sur le sous-continent indien. Il est une des rares expressions du génie architectural du peuple indien de l'époque en matière de construction de temples en briques.

Critère (ii):Le temple de la Mahabodhi, l'un des rares exemples survivants de constructions anciennes en brique en Inde, a eu une influence importante sur le développement de l'architecture au fil des siècles.

Critère (iii): Le site du temple de la Mahabodhi offre un témoignage exceptionnel des événements associés à la vie du Bouddha et du culte dont il a été l'objet, en particulier depuis que l'empereur Asoka a construit le premier temple, les balustrades et la colonne commémorative.

Critère (iv):Le temple actuel est un des plus anciens et des plus impressionnants édifices construits entièrement en brique datant de la période Gupta. Les balustrades sculptées en pierre sont un exemple remarquable des plus anciens bas-reliefs sculptés.

Critère (vi):L'ensemble du temple de la Mahabodhi à Bodhgaya est directement lié à la vie du Bouddha, car c'est le lieu où il parvint à l'Éveil suprême et parfait.

Intégrité

Le bien inscrit contient tous les éléments constitutifs de la valeur universelle exceptionnelle. Les vestiges et les textes historiques révèlent que les parties de l’ensemble  temple actuel datent de différentes époques. Le temple principal, le Vajrasana, lieu de l’éveil du Bouddha, fut conservé par l'empereur Asoka et l’arbre de la Bodhi, sous lequel le Bouddha a atteint l'Eveil, témoignant à travers les âges de la gloire du site, de son déclin et de son renouveau depuis le milieu du XIXe siècle, restent inchangés et entiers.

La partie principale du temple est connue comme datant environ des Ve-VIe siècles après J.-C. Mais elle a subi de nombreuses restaurations et rénovations depuis. Ayant souffert d’un abandon (entre le XIII et le XVIIIe siècle après-J.C.), le temple a été entièrement restauré au XIXe après-J.C.et d’autres travaux ont été menés dans la seconde moitié du XXe siècle après-J.C. Néanmoins, le temple est considéré comme l’exemple le plus ancien et le mieux préservé d'architecture de brique en Inde datant de cette période particulière. Même si la structure a souffert de négligence et de réparations à diverses périodes, il  a conservé intactes ses principales caractéristiques.

Authenticité

La croyance que le Bouddha a atteint l'Eveil dans ce lieu particulier est confirmée par la tradition et il est désormais appelé Bodh Gaya, c’est-à-dire valeur suprême du monde. Le lieu est documenté depuis l’époque de l'empereur Asoka qui a construit le premier temple en 260 av J.-C., quand fit de l'arbre de la Bodhi un lieu de culte, qui témoigne toujours de l’événement, ainsi que les différents éléments du bien (le Vajrasana, etc.). Les textes bouddhistes de tradition tant Theravadha que Mahayana font clairement référence à cet événement de l'éveil du Bouddha à Bodh Gaya. Partout dans le monde les bouddhistes vénèrent Bodh Gaya comme le lieu le plus saint de pèlerinage bouddhiste du monde. Cela confirme l’utilisation, la fonction, l'emplacement et la disposition de l’ensemble/bien.

La valeur universelle exceptionnelle du bien  s'exprime véritablement dans les éléments actuels. L'architecture du temple est demeurée essentiellement inchangée et suit la forme et la conception d’origine.

L'ensemble du temple de la Mahabodhi reçoit la visite continue de pèlerins venus du monde entier offrir leurs prières, participer à des cérémonies religieuses et méditer.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

L’ensemble du temple de la Mahabodhi est la propriété du gouvernement de l'Etat du Bihar. En vertu de la Loi de 1949 sur le temple de Bodh Gaya, le gouvernement de l'État est responsable de la gestion et de la protection du bien grâce à un comité de gestion du temple de Bodh Gaya (BTMC) et un conseil consultatif. Le comité se réunit tous les trois ou quatre mois et examine les progrès et l’état de l’entretien et de la conservation du bien; il gère également le flux de pèlerins et les visites de touristes. Le comité dispose d’un personnel de 85 membres réguliers et de plus de 45 travailleurs occasionnels pour répondre aux besoins du Temple, en tant que personnel de bureau, agents de sécurité,  jardiniers et chargés de l’entretien. La possibilité  de désigner le bien en vertu de la législation nationale pour assurer la protection de sa valeur universelle exceptionnelle ainsi que son authenticité et son intégrité doit faire l’objet d’un examen complémentaire.  Compte-tenu des pressions non négligeables dues au  développement en  milieu urbain et rural, la définition d'une zone tampon appropriée dotée d’une règlementation pour sa protection est une priorité. Des options, telles que l'extension du bien pour inclure des sites connexes, doivent être explorées afin d'assurer la préservation du cadre et du paysage du bien associés à la vie et aux pérégrinations du Bouddha. La protection de ces éléments est particulièrement importante pour maintenir le caractère religieux de la propriété qui justifie le critère (vi).

Toutes les activités de développement sur le site de ce bien du patrimoine mondial et à Bodh Gaya sont guidées par les directives et règlements du Plan de gestion du site encadré par le gouvernement du Bihar. Tous les travaux de conservation/restauration concernant l’ensemble du temple sont entrepris sous la direction experte de l’Archaeological Survey of India. La principale source de financement du bien vient des dons des fidèles. Le fonctionnement continu du système de gestion permet à l'ensemble du temple d’être bien entretenu et le flux de visiteurs géré de façon adéquate.

Comme le site est visité par des pèlerins / touristes (nationaux / internationaux) en grand nombre, il est prévu de développer des infrastructures et des équipements publics. Les propositions devront être précédées d’études d'impact patrimonial et un défi particulier sera de surveiller de façon continue l'impact éventuel des développements de la région dans son ensemble, y compris la ville, sur la signification religieuse et spirituelle du lieu.

Le Comité de gestion du temple de Bodh Gaya cherche également à adopter une approche durable à l'entretien du bien, par exemple l'utilisation de l'énergie solaire, un environnement exempt de pollution, etc.

Description longue

Le temple de Mahabodhi, qui est l'une des rares structures en brique précoces conservées en Inde, a exercé une influence importante sur le développement de l'architecture au cours des siècles. Le temple actuel est l'une des plus anciennes et des plus imposantes structures entièrement construites en brique de la fin de la période gupta. Ses balustrades en pierre sculptée sont de remarquables exemples de reliefs en pierre.

Le complexe du temple est directement associé à la vie de Bouddha (566-486 av. J.-C.) : c'est là que celui-ci parvint, en 531 av. J.-C., à atteindre l'Éveil suprême et parfait, assis sous l'arbre de la Bodhi. Le lieu conserve des souvenirs exceptionnels d'événements liés à sa vie et au culte qui en a procédé, notamment à partir du moment où l'empereur Asoka, en ayant fait un lieu de pèlerinage vers 260 av. J.-C., construisit le premier temple sur le site de l'arbre de la Bodhi. Le complexe sacré de Mahabodhi se trouve au cœur même de la ville de Bodhgaya. Le site consiste en un temple principal et six lieux sacrés compris dans son enceinte, tandis qu'un septième, l'étang aux Lotus, se trouve juste à l'extérieur, au sud.

Le plus important des lieux sacrés est l'arbre géant de la Bodhi (Ficus religiosa) , qui se trouve à l'ouest du temple principal, et dont on suppose qu'il est un descendant direct de celui sous lequel Bouddha passa sa première semaine, et où il connut l'Éveil. Au nord de l'allée centrale, sur une aire surélevée, se trouve le Animeshlochan Chaitya (salle de prière), à l'emplacement où l'on pense que Bouddha passa sa deuxième semaine. Bouddha passa sa troisième semaine à marcher, 18 pas en avant et 18 pas en arrière dans un endroit appelé Ratnachakrama (la promenade dorée), qui se trouve près du mur nord du temple principal. Le lieu où il passa la quatrième semaine est le Ratnaghar Chaitya , au nord-est du mur d'enceinte. Juste après les marches de l'entrée orientale à l'allée centrale, un pilier marque le site de l'arbre Ajapala Nigrodh , sous lequel Bouddha médita au cours de sa cinquième semaine, en répondant aux questions des brahmanes. Il passa la sixième semaine près de l'étang aux Lotus, au sud de l'enceinte, et la septième sous l'arbre Rajyatana , dont l'emplacement est aujourd'hui encore marqué par un arbre.

Le temple principal est construit dans le style classique de l'architecture sacrée de l'Inde. Il s'élève sur un soubassement peu élevé dont les moulures sont décorées de figures représentant du chèvrefeuille et des oies. Au-dessus, une série de niches renferme des images de Bouddha. Plus haut encore se trouvent des moulures et des niches chaitya , puis le shikhara curviligne, la tour du temple, surmontée par l'amalaka et le kalasha (éléments d'architecture dans la tradition des temples indiens). Les quatre angles du parapet du temple sont occupés par quatre statues de Bouddha placées dans de petites chambres-sanctuaires, dont chacune est surmontée par une petite tour. Le temple, orienté vers l'est, est formé d'une petite cour antérieure à l'est, dotée de niches de part et d'autre, qui contiennent des statues de Bouddha.

Près de l'arbre de la Bodhi se trouve une statue de Bouddha installée sur une partie du Vajrasana en grès poli (le trône de Diamant) construit par l'empereur Asoka pour marquer l'emplacement où Bouddha méditait assis. Des piliers de grès y furent ajoutés par la suite, aux Ve et IVe  siècles av. J.-C. En remontant encore l'allée centrale vers le temple principal au sud, un petit sanctuaire dont le fond est occupé par une statue de Bouddha debout, présente les empreintes des pieds (Padas) du Bouddha gravées sur une pierre noire, qui remontent au IIIe  siècle av. J.-C., lorsque l'empereur Asoka proclama le bouddhisme religion officielle de l'État. En remontant encore vers le temple principal, on trouve un édifice qui contient différentes statues de bouddhas et de bodhisattvas. Face à cet édifice se trouve un mémorial à un Mahant hindou qui vécut sur ce site aux XVe et XVIe  siècles. Un groupe de stupas votifs construits par des rois, des princes, des nobles et des laïques se trouve au sud de l'allée.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Le temple de la Mahabodhi à Bodhgaya est un lieu sacré, car c'est là que Bouddha (566-486 avant J.-C.), assis sous l'arbre de la Bodhi, parvient à l'Éveil en 531, à l'âge de 35 ans. Aux alentours de 260 avant J.-C., l'empereur Asoka fait de l'endroit un lieu de pèlerinage, et fait construire le premier temple sur le site de l'arbre de la Bodhi, sous les branches duquel le Bouddha a médité. Il comprend une balustrade autour de l'arbre, et un petit temple à proximité. Asoka offre de surcroît un Vajrasana (trône de diamant) placé au milieu du temple, à l'endroit même où le Bouddha est supposé être resté assis. Des fouilles conduites en 1863 et 1881 mettent le Vajrasana au jour. La plaque d'argile, au musée de Patna, porte des inscriptions des Ier et IIe siècles de l'ère chrétienne montrant qu'un nouveau temple a remplacé celui d'Asoka. Les Indiens construisent une balustrade de pierre sculptée à l'image du dieu soleil, autour du nouveau temple. Il semble que de nombreux ajouts et rénovations aient été réalisés au IIe siècle après J.-C.

Le plus ancien récit historique mentionnant le temple de la Mohabodhi est le fait du voyageur chinois Faxian, et date de 404-405 de notre ère. Le temple principal du site et l'arbre de la Bodhi y sont brièvement mentionnés. Selon lui, une Grande Pagode a été construite sur les quatre sites majeurs dans la vie du Bouddha. En 637 après J.-C., Xuanzang, autre voyageur chinois, arrive à Bodhgaya et y trouve l'arbre de la Bodhi encerclé de murs solides. Dans cette enceinte s'élèvent le grand temple de la Mahabodhi, de 48 m de haut, et un grand et beau sanctuaire. Il mentionne les briques bleutées, le plâtre, les niches contenant des statues dorées du Bouddha, et bien d'autres détails encore. À cette époque, le porche, la tour d'angle et le haut soubassement sont ajoutés au temple principal. Diverses parties du temple ont été datées, comme les balustrades, du IIIe ou du Ier siècle avant notre ère, et le temple lui-même de 450 ou du VIe siècle après J.-C.

On dispose de peu d'informations sur les réparations entreprises du VIIe au XIe siècle, mais il semble que les Birmans, au XIe siècle, aient réalisé des travaux de grande envergure. D'autres ouvrages sont documentés au XIIe siècle. Dans les siècles qui suivent la conquête musulmane, au XIIIe siècle, le temple de la Mahabodhi est déserté et, à partir de là, tombe peu à peu en ruines. Au XIXe siècle, les souverains birmans se lancent dans des travaux de réparation, que les Britanniques reprennent en 1880-1884. En 1949, la loi du temple de Bodhgaya est édictée pour protéger l'édifice, et une campagne de restauration est mise en oeuvre en 1953-1956, suivi d'autres améliorations dans les décennies suivantes.

Source : évaluation des Organisations consultatives