English Français
Aidez maintenant !

Saltaire

Saltaire

Saltaire, West Yorkshire, is a complete and well-preserved industrial village of the second half of the 19th century. Its textile mills, public buildings and workers' housing are built in a harmonious style of high architectural standards and the urban plan survives intact, giving a vivid impression of Victorian philanthropic paternalism.

Saltaire

Saltaire est un village industriel entier et bien préservé datant de la seconde moitié du XIXe siècle. Ses fabriques de textiles, ses édifices publics et ses logements ouvriers sont bâtis dans un style harmonieux, d'une grande qualité architecturale, et le plan urbain d'ensemble reste intact, offrant une image vivante du paternalisme philanthropique de l'époque victorienne.

سالتير

سالتير قرية صناعية كاملة ومحفوظة بصورة جيدة يعود تاريخها الى النصف الثاني من القرن التاسع عشر، وقد شيدت مصانع الأقمشة وأبنيتها العامة ومساكن عمالها بأسلوب متناغم يتيمز بجودة معمارية عالية، بينما لا يزال المخطط المدني على حاله يعكس صورة حية للأبوية المحبة للبشر في العصر الفيكتوري.

source: UNESCO/ERI

索尔泰尔

西约克郡的索尔泰尔是保留完好的19世纪下半叶的工业城镇。这里的纺织厂、公共建筑和工人住宅风格和谐统一,建筑质量高超。城镇布局至今完整地保留着其原始风貌,生动再现了维多利亚时代慈善事业的家长式统治。

source: UNESCO/ERI

Фабричный поселок Солтейр

Солтейр в Западном Йоркшире – это комплексный и хорошо сохранившийся промышленный поселок второй половины XIX в. Его текстильные фабрики, общественные здания и жилые дома рабочих построены в гармоничном стиле, на высоком архитектурном уровне. Планировка поселка осталась ненарушенной, что позволяет получить живое впечатление о таком явлении, как викторианский филантропический патернализм.

source: UNESCO/ERI

Saltaire

Situado en el oeste del condado de Yorkshire, Saltaire es un poblado industrial construido en la segunda mitad del siglo XIX que se ha conservado íntegro y en buen estado. Sus fábricas textiles, edificios públicos y viviendas obreras destacan por su estilo armonioso y gran calidad arquitectónica. Su trazado urbanístico ha permanecido intacto en su conjunto y ofrece una imagen vívida de la aplicación de las ideas del paternalismo filantrópico de la época victoriana.

source: UNESCO/ERI

ソルテア

source: NFUAJ

Saltaire

Saltaire in West-Yorkshire is een compleet en goed bewaard gebleven industrieel dorp uit de tweede helft van de 19e eeuw. De textielfabrieken, openbare gebouwen en arbeiderswoningen zijn gebouwd in een harmonieuze en hoogwaardige architectonische stijl, met een intact stedenbouwkundig plan. Hierdoor geeft Saltaire een levendige indruk van het Victoriaanse filantropisch-paternalisme. De huizen gebouwd tussen 1854 en 1868 zijn mooie voorbeelden van 19e-eeuwse hiërarchische arbeiderswoningen en de molen is een imposant gebouw in Italiaanse stijl. Aan het eind van het dorp is het Roberts Park, een aangelegde open ruimte van zes hectare met een cricketveld, promenade, muziektent en faciliteiten om te zwemmen en varen.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Saltaire
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Saltaire est un village industriel exceptionnellement complet et bien préservé datant de la seconde moitié du XIXe siècle, situé au bord de l'Aire. Ses fabriques de textiles, ses édifices publics et ses logements ouvriers sont bâtis dans un style harmonieux, d'une grande qualité architecturale, et le plan urbain d'ensemble reste intact, offrant une image vivante de l'optique philanthropique de la gestion industrielle.

Le village industriel de Saltaire est un exemple exceptionnel du paternalisme philanthropique du milieu du XIXe siècle, qui a eu une profonde influence sur les développements du bien-être social industriel et de l'urbanisme, au Royaume-Uni et au-delà. La qualité architecturale et d'ingénierie de l'ensemble complet, qui comprend les bâtiments de Salt's Mill et de New Mill ; les logements ouvriers hiérarchisés, le réfectoire, l'église congrégationaliste, l'hospice, l'hôpital, l'école, l'institut et Roberts Park, lui donnent un caractère exceptionnel par rapport à d'autres ensembles de ce genre. Saltaire a fourni le modèle d'aménagements similaires au Royaume-Uni et ailleurs, plus particulièrement aux États-Unis et à Crespi d'Adda en Italie. L'urbanisme et les idées de bien-être social de Saltaire ont eu une grande influence sur le mouvement des cités-jardins du XIXe siècle au Royaume-Uni et plus tard au niveau international. Saltaire témoigne de la fierté et de la puissance des industries fondamentales comme celles du textile dans l'économie britannique et mondiale du XIXe siècle et du début du XXe siècle.

Critère (ii) : Saltaire est un exemple exceptionnel et bien préservé de ville industrielle du milieu du XIXe siècle, dont la disposition devait exercer une influence majeure sur le développement du mouvement des « cités-jardins ».

Critère (iv) : La disposition et l'architecture de Saltaire reflètent admirablement le paternalisme philanthropique du milieu du XIXe siècle, ainsi que le rôle prépondérant que joua l'industrie textile dans le développement économique et social.

Intégrité

L'intégrité de Saltaire en tant que village industriel modèle est presque totale. La limite du bien coïncide avec la taille de l'aménagement initial de Titus Salt : le village modèle et ses bâtiments associés, la majeure partie de l'ensemble des fabriques et le parc. Certains bâtiments (représentant seulement 1 % des bâtiments d'origine) ont été démolis dans le passé, mais ceux qui restaient lors de l'inscription et le plan d'ensemble sont toujours intacts. Les machineries des fabriques ont été retirées après l'arrêt des activités industrielles au milieu des années 1980. Il existe peu de possibilités de nouveaux aménagements à l'intérieur du site. Au-delà des limites du site, les nouveaux aménagements entourent le bien à l'est, au sud et à l'ouest depuis un siècle mais le paysage et la vue sur la rivière subsistent vers le nord.

Authenticité

Un programme intensif de réhabilitation réfléchie de tout l'ensemble a permis à ses attributs - forme et conception, matériaux et substance, et fonction (en termes de communauté vivante) - de continuer à se développer et à témoigner de sa valeur universelle exceptionnelle. Le cadre original de la vallée rurale de l'Aire a peu à peu disparu depuis cent ans, mais des paysages significatifs sont toujours présents. Étant donné que Salt avait dès l'origine l'intention de situer Saltaire dans un environnement sain, la zone tampon est importante à cet égard.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Tout le bien est protégé par le système de planification britannique, et le statut de bien du patrimoine mondial constitue une considération essentielle dont les autorités chargées de la planification doivent tenir compte pour étudier les demandes de permis. Qui plus est, les autorités sont incitées à inclure des politiques générales de protection du patrimoine mondial dans leurs plans et structures statutaires.

Le City of Bradford Metropolitan District Council's Revised Unitary Development Plan (Plan unitaire révisé du district métropolitain de Bradford) contient une réglementation spécifique de protection du bien et de sa zone tampon. L'ensemble du bien est classé zone de conservation aux termes du Planning (Listed Buildings and Conservation Areas) Act de 1990. Presque tous les bâtiments et constructions de la zone concernée sont classés aux termes du Planning (Listed Buildings et Conservation Areas) Act de 1900, et Roberts Park est classé au niveau II dans le Registre des parcs et jardins d'intérêt historique spécial. Toutes ces formes complémentaires de protection légale impliquent la nécessité d'une autorisation de l'autorité locale d'urbanisme pour toute forme de développement. Il existe, au niveau gouvernemental, une procédure d'appel en cas de refus d'autorisation.

Le City of Bradford Metropolitan District Council est l'autorité chargée de la gestion du bien, dont le plan de gestion est actuellement à l'étude. Depuis l'inscription, un Designed and Open Spaces Management Plan (plan de gestion des espaces construits et ouverts) a été établi et a guidé la restauration de Roberts Park.

Il convient de s'assurer que le développement à l'intérieur de la zone tampon respecte le cadre paysager qui subsiste du bien.

Description longue
[Uniquement en anglais]

Saltaire is an outstanding and well-preserved example of a mid-19th-century industrial town, the layout of which was to exert a major influence on the development of the 'garden city' movement. The creation of Saltaire was one of the first successful solutions to the problems of the unprecedented urban growth of industrialization. The planned model settlement, which was a complex and self-contained socio-economic unit, represents an important stage in the development of modern town planning. The layout and architecture of Saltaire also admirably reflect mid-19th century philanthropic paternalism, as well as the important role played by the textile industry in economic and social development.

Saltaire is a complete and well-preserved industrial village of the second half of the 19th century. Its textile mills, public buildings and workers' housing are built in a harmonious style of high architectural quality and the plan survives intact, giving a vivid impression of the philanthropic paternalism of the Victorian age.

The worsted trade began in Bradford in the mid-18th century but did not develop rapidly until the advent of steam power. The result was an urban population explosion: between 1780 and 1850 it rose from 8,500 to about 104,000. The living conditions of the workforce were abysmal, and life expectancy for both men and women was little over 20 years, in a town recognized as one of the most polluted in England. Titus Salt, a wealthy and influential businessman, became Mayor of Bradford in 1848 and committed himself to reducing Bradford's pollution problems. Land was acquired with access to a plentiful supply of soft water for washing the wool. The transportation links were excellent: the site lay equidistant from Liverpool in the west and Hull in the east. Salt commissioned Bradford architects Henry Lockwood and Richard Mawson and the engineer William Fairbairn to design and supervise the realization of his visionary plan.

Work on the mill work began in 1851 and it was opened in 1853. Salt's new village eventually had over 800 dwellings in wide streets with a large dining hall and kitchens, baths and washhouses, almshouse for retired workers, hospital and dispensary, educational institute and church, ample recreational land and allotments, in order to improve the diet of the workers. He had a genuine philanthropic concern for his workers and succeeded in providing them with a healthy and secure environment (not unconscious, of course, of the economic benefits that this bestowed). Many tributes were paid to Titus Salt on his death in 1876. After his death, the firm was taken over by three of his sons. Then the village was sold in 1933 to the Bradford Property Trust, enabling their occupants for the first time to purchase them. The mill closed down in 1986. Many buildings became semi-redundant and fell into disrepair, with an adverse effect on the entire village. The first move towards regeneration was the creation of the Saltaire Village Society in 1984. In 1989 the Saltaire Town Scheme was established by Bradford Metropolitan District Council and English Heritage.

The integrity of Saltaire as a model industrial village is total: there have been no changes to its layout and appearance since work began in the 1850s. The village is laid out on a gridiron pattern, so as to make the maximum possible use of the land: the streets were organized on a north-south orientation, those in the second phase running east-west. Almost all the public and community buildings were constructed along Victoria Road, leading to the mill.

The houses, built between 1854 and 1868, are fine examples of 19th-century hierarchical workers' homes. All are constructed of hammer-dressed stone with slate roofs. Each was equipped with its own water and gas supply and an outside lavatory. They vary in size from 'two-up two-down' terraces to much larger houses with gardens, for the use of the managers. They are all 'through' terraces, allowing light and air to penetrate and rubbish to be evacuated without passing through the houses. The mill is an imposing building in a grand Italianate style. The Dining Room was built in 1854: it also served as a schoolroom for 750 children, hospital, public meeting hall, and place for religious services (including the church) until custom-built properties had been erected within the village. At the end of the village there is Roberts Park, a landscaped open space of 6 ha with a cricket ground, promenade, bandstand, refreshment rooms, and facilities for swimming and boating.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Au milieu du XVIIIe siècle commence à Bradford le commerce de la laine peignée, moteur d'un système de production semi-rural, mais ce n'est qu'avec l'avènement de la force motrice à la vapeur qu'il prend réellement son envol, avec pour corollaire une explosion démographique urbaine : entre 1780 et 1850, la population passe de 8500 à presque 104 000. Les conditions de vie de la main d'oeuvre sont épouvantables, et l'espérance de vie, hommes et femmes confondus, dépasse à peine 20 ans, dans une ville reconnue comme l'une des plus polluées d'Angleterre.

En 1824, Titus Salt rejoint son père dans son entreprise de fabrication de laine, devenant son associé. Il parvient à filer de la laine de Donskoï de Russie, puis à filer et à tisser de la laine d'alpaga du Pérou, deux succès qui font de lui un homme riche et influent. En 1848, il devient maire de Bradford, et s'assigne une mission : diminuer les problèmes de pollution de Bradford. Le conseil municipal refusant de prendre la moindre mesure, il décide alors de déplacer ses activités de Bradford.

Il achète à quelques kilomètres un terrain qui remplit ses critères : de l'eau douce en abondance, pour laver la laine, et d'excellentes liaisons de transport : la rivière Aire et le canal Leeds-Manchester pour l'eau, et la ligne Midland Railway pour la terre. Le site est aussi à distance presque égale des deux principaux ports, Liverpool à l'ouest et Hull à l'est. La quasi totalité des opérations est réunie sous un seul et même toit, grâce aux technologies les plus avancées de l'époque et à l'intégration verticale du processus. Les développements technologiques permettent d'ignifuger le bâtiment. Quant aux travailleurs, ils bénéficient ainsi d'un environnement plus sain, et de l'accès à la campagne.

Après avoir sélectionné pour sa nouvelle ville ce terrain situé au nord-ouest du centre-ville de Bradford, Salt engage les architectes les plus en vue de Bradford, Henry Lockwood et Richard Mawson, pour concevoir et superviser la réalisation de son plan visionnaire. Pour être sûr que le nouveau site serait conforme aux normes d'hygiène et de sécurité les plus strictes, Salt s'adjoint les services du célèbre ingénieur William Fairbairn. La fabrique, dont les travaux commencent en 1851 et qui ouvre ses portes en 1853, incorpore toutes les plus récentes innovations structurelles et mécaniques, tant dans son équipement que dans sa conception.

Titus Salt est un homme d'affaires suffisamment avisé pour veiller à ce que la construction de la fabrique soit prioritaire mais, dès celle-ci terminée, les travaux sur les premières maisons des ouvriers débutent. Jusqu'à ce qu'elles soient prêtes, les ouvriers sont amenés en train de Bradford ; même après leur achèvement, certains continuent d'ailleurs de venir de districts avoisinants.

En fin de compte, le nouveau village de Salt comporte 800 logements, organisés en larges rues, avec un grand réfectoire et des cuisines, des bains publics et des lavoirs, une résidence pour les ouvriers à la retraite, un hôpital avec dispensaire, une école et une église. On y trouve aussi beaucoup d'espaces de loisirs et de jardins ouvriers, dans le but d'améliorer le régime alimentaire des travailleurs. Il baptise le nouveau village de son propre nom associé à celui de la rivière toute proche, les rues étant nommées d'après des membres de sa famille (mais aussi d'après la reine et le prince consort, et les architectes). Toutefois, ce geste d'autosatisfaction bien pardonnable n'enlève rien à sa réussite. Il fait preuve d'un authentique intérêt philanthropique pour ses ouvriers et parvient à leur offrir un environnement sain et sûr (sans perdre de vue pour autant, bien sûr, les bénéfices économiques qu'il en retire). Salt et son village modèle reçoivent des louanges nationales et internationales. En 1876, lors qu'il meurt peu de temps après l'achèvement de la dernière maison du village, beaucoup lui rendent hommage, des plus humbles aux plus puissants, et son cortège funèbre rassemble quelques 100 000 personnes, massées sur son passage.

Après son décès, l'entreprise est reprise par trois de ses fils, mais les bénéfices chutent, tant et si bien que, en 1892, c'est le dépôt de bilan. Quatre hommes d'affaires de Bradford rachètent la fabrique et le village en 1893, l'un d'entre eux (James Roberts) devenant seul propriétaire en 1899. En 1918, Roberts vend ses avoirs, pour 2 millions de livres, à un autre consortium, qui se reforme en 1923 sous le nom de Salts (Saltaire) Ltd. Le village est vendu en 1933 au Bradford Property Trust, ce qui permet pour la première fois à ses habitants d'acheter les logements qu'ils occupent.

Après l'expansion des affaires dans l'entre-deux-guerres et des opérations florissantes pendant la Seconde Guerre mondiale, la fabrique décline progressivement, pour finalement fermer en 1986. Beaucoup des principaux édifices sont inutilisés et tombent en désaffection, ce qui porte préjudice au village tout entier. La formation de la Saltaire Village Society en 1984 s'accompagne des premiers réels efforts de régénération de la zone. La fabrique elle-même est rachetée en 1987 par Jonathan Silver, dont l'enthousiasme et l'imagination en font un pôle culturel majeur.

Source : évaluation des Organisations consultatives