jump to the content

La Kalâa des Béni Hammad

Al Qal'a of Beni Hammad

In a mountainous site of extraordinary beauty, the ruins of the first capital of the Hammadid emirs, founded in 1007 and demolished in 1152, provide an authentic picture of a fortified Muslim city. The mosque, whose prayer room has 13 aisles with eight bays, is one of the largest in Algeria.

La Kalâa des Béni Hammad

Dans un site montagneux d’une saisissante beauté, les ruines de la première capitale des émirs hammadides, fondée en 1007 et démantelée en 1152, nous restituent l’image authentique d’une ville musulmane fortifiée. Sa mosquée, avec sa salle de prière de 13 nefs à 8 travées, est l’une des plus grandes d’Algérie.

قلعة بني حمّاد

ترتفع بقايا عاصمة إمارة بني حمّاد الأولى في موقع جبلي رائع الجمال وقد تأسست في العام 1007 وتفكّكت في العام 1152، وهي تعيد إلينا الصورة الأصيلة الخاصة ببلدة مسلمة محصّنة. ويُعتبر المسجد بقاعة الصلاة المؤلفة من 13 صحناً وثماني فواصل من أكبر مساجد الجزائر.

source: UNESCO/ERI

贝尼•哈玛德的卡拉城

哈玛德王朝(Hammadid emirs)第一个首都的遗址,位于风景秀美的山区,始建于公元1007年,毁于公元1152年,是要塞型穆斯林城市的真实写照。这里的清真寺祈祷室有13条走廊和8个隔间,是阿尔及利亚最大的清真寺之一。

source: UNESCO/ERI

Крепость Аль-Кала в древнем городе Бени-Хаммад

Расположенные в горной местности необыкновенной красоты, руины первой столицы эмиров из династии Хаммадидов, основанной в 1007 году и разрушенной в 1152, являют собой подлинную картину укрепленного мусульманского города. Мечеть, молельная зала которой имеет 13 боковых нефов с восемью нишами, является одной из самых больших в Алжире.

source: UNESCO/ERI

alâa de los Béni-Hammad

Situadas en un paisaje montañoso de sorprendente belleza, las ruinas de la primera capital de los emires hamadidas –fundada en 1007 y destruida en 1152– ofrecen una imagen fidedigna de una ciudad musulmana fortificada. El oratorio de su mezquita, que es una de las más imponentes de Argelia, tiene trece naves con ocho bovedillas.

source: UNESCO/ERI

ベニ・ハンマド要塞

source: NFUAJ

Al Qal'a van Beni Hammad

In een prachtig bergachtig gebied liggen de ruïnes van Al Qal'a. De stad werd in 1007 opgericht door Hammad (zoon van Bologhine, de stichter van Algerije) en in 1152 gesloopt. Al Qal'a was de eerste hoofdstad van de Hammad emirs en werd gekenmerkt door grote pracht en praal. De stad is een van de meest interessante en precies gedateerde monumentale complexen uit de Islamitische beschaving. De stad geeft daardoor een authentiek beeld van hoe een versterkte Islamitische stad eruit moet hebben gezien. De moskee is een van de grootste in Algerije met een gebedsruimte die 13 gangpaden en 8 zijbeuken/eilanden telt.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
La Kalâa des Béni Hammad © UNESCO
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

La Kalâa des Béni Hammad est un site archéologique remarquable qui se situe à 36 km au nord-est de la ville de M'Sila. Cet ensemble, constitué de ruines préservées à 1 000 m d'altitude, est situé dans un site de montagnes d'une saisissante beauté sur le flanc sud du Djebel Maâdid. La Kalâa des Béni Hammad a été fondée au début du XIe siècle par Hammad, fils de Bouloughine (fondateur d'Alger), et abandonnée en 1090 sous la menace de l'invasion hilalienne. C'est un des complexes monumentaux les plus intéressants et les plus précisément datés de la civilisation islamique. Elle fut la première capitale des émirs hammadites et a connu une grande splendeur. La Kalâa comporte, à l'intérieur d'une enceinte fortifiée de 7 km partiellement démantelée, un grand nombre de vestiges monumentaux, parmi lesquels la grande mosquée et son minaret, et toute une série de palais. La mosquée, avec sa salle de prière de 13 nefs à 8 travées est la plus grande après celle de Mansourah et son minaret est le plus ancien d'Algérie après celui de Sidi Boumerouane. Les ruines de la Kalâa témoignent du grand raffinement de la civilisation hammadite, d'une architecture originale et de la culture palatiale de l'Afrique du nord.

Critère (iii) : La Kalâa des Béni Hammad apporte un témoignage exceptionnel sur la civilisation hammadite maintenant disparue. Fondée en 1007 en tant que place forte militaire, elle fut par la suite rehaussée au rang de métropole. Elle a influencé le développement de l'architecture arabe ainsi que d'autres foyers civilisateurs dont le Maghreb, l'Andalousie et la Sicile. Les vestiges archéologiques et monumentaux de la Kalâa des Béni Hammad, parmi lesquels on compte la grande mosquée et son minaret ainsi qu'une série de palais, constituent les principales ressources qui témoignent de la richesse et de l'influence de cette civilisation hammadite.

Intégrité

Au moment de l'inscription, les attributs qui caractérisaient le bien étaient les vestiges des 7km de l'enceinte fortifiée et tous les vestiges monumentaux qu'elle renfermait. L'Etat partie a l'intention de proposer une révision des limites du bien et d'établir une zone tampon afin de protéger le cadre saisissant du site. L'intégrité du bien est assurée mais les vestiges restent vulnérables à la dégradation naturelle et aux intempéries.

Authenticité

Tous les attributs du bien tels que les vestiges archéologiques, les murs d'enceinte, les mosquées, palais et le minaret forment un ensemble cohérent et sont demeurés intacts.

Besoins en matière de protection et de gestion

La protection du site relève de la Loi nationale 98-04 relative à la protection du patrimoine culturel. La gestion du site est confiée à l'Office de gestion et d'exploitation des biens culturels (OGEBC) dont la mission de gestion courante est dévolue au gestionnaire du site. L'OGEBC est chargé, outre les missions de service public, de protection, d'entretien et de valorisation, de mettre en œuvre le plan de protection et de mise en valeur du site (PPMVSA), en coordination avec  la Direction de la Culture de la Wilaya de Setif, dotée d'un service chargé de la conservation et de la mise en valeur du patrimoine culturel. Les besoins en financement et en personnel professionnel spécialisé sont encore très importants pour la mise en œuvre du plan. La gestion doit s'attaquer au programme de restauration et de conservation des vestiges. Le site est fréquenté à peine par quelques milliers de visiteurs annuellement et le tourisme ne constitue pas une menace pour sa conservation.

Description longue

Le complexe de ruines connu sous le nom de Kalâa des Beni Hammad se trouve sur le versant sud du djebel Maâdid, dans un site montagneux d'une saisissante beauté. Il constitue le témoignage exceptionnel d'une tradition culturelle : c'est le plus intéressant et le mieux daté des complexes monumentaux de la civilisation islamique. Il nous restitue l'image authentique d'une ville musulmane fortifiée.

Les ruines de la première capitale des émirs hammadides, fondée en 1007 par Hammad, le fils de Bologhine, fondateur d'Alger, occupent un site montagneux, 1 000 m au-dessus du niveau de la mer. Abandonnée en 1090 sous la menace d'une invasion hilalienne, la ville fut définitivement détruite en 1152 par les Almohades. Elle connut une grande splendeur au cours du XIe siècle. La Kalâa compte un grand nombre de vestiges monumentaux, dont la grande mosquée et son minaret, ainsi qu'une série de palais dont, parmi les plus remarquables, celui de Kanar et celui du Lac.

La mosquée, avec sa salle de prière de 13 nefs et 8 travées, est l'une des plus grandes d'Algérie, après celle de Mansourah. Son minaret, haut de 25 m, est le prototype du plan à trois étages dont le meilleur exemple est offert par la Giralda de Séville. Les ruines du palais témoignent du grand raffinement de la civilisation hammadide.

Le plan du fort du Fanal, installé sur un piton rocheux qui domine toute la zone environnante, s'inspire de celui de palais orientaux. Le palais des émirs hammadides est un complexe formé de trois résidences séparées par des jardins, des pavillons ou des citernes.

Les fouilles ont mis au jour d'autres palais, ainsi qu'une grande quantité de mobilier qui est exposé dans les musées de Sétif, de Constantine et d'Alger.

Source : UNESCO/CLT/WHC