jump to the content

Parc du Kinabalu

Kinabalu Park

Kinabalu Park, in the State of Sabah on the northern end of the island of Borneo, is dominated by Mount Kinabalu (4,095 m), the highest mountain between the Himalayas and New Guinea. It has a very wide range of habitats, from rich tropical lowland and hill rainforest to tropical mountain forest, sub-alpine forest and scrub on the higher elevations. It has been designated as a Centre of Plant Diversity for Southeast Asia and is exceptionally rich in species with examples of flora from the Himalayas, China, Australia, Malaysia, as well as pan-tropical flora.

Parc du Kinabalu

Ce parc, situé dans l'Etat de Sabah, au nord de l'île de Bornéo, est dominé par le mont Kinabalu (4 095 m), la plus haute montagne entre la chaîne de l'Himalaya et la Nouvelle-Guinée. Il présente un large éventail d'habitats : riches forêts ombrophiles tropicales de plaine et de colline, forêt tropicale de montagne, et, plus haut en altitude, forêts subalpines et buissons sempervirentes. Le Parc du Kinabalu a été désigné comme le Centre de diversité des plantes pour la région de l'Asie du Sud-Est. Il est exceptionnellement riche en espèces, présentant des éléments des flores himalayenne, chinoise, australienne, malaise et pantropicale.

منتزه كينابالو

يُشرف على هذا المنتزه الذي يقع في إقليم صباح شمال جزيرة بورنيو، جبل كينابالو (4095 متر) وهو أعلى قمة جبليّة بين سلسلة جبال الهيمالايا وغينيا الجديدة. يحتوي هذا المنتزه على تشكيلةٍ واسعةٍ من المساكن: غابات مطرية مداريّة غنيّة تتألّف من سهل وتلة وغابة مدارية فيها جبل وفي المرتفعات، غابات جبلية وغابات مؤلّفة من الشجيرات الدائمة الخضار. أعطي منتزه كينابالو لقب مركز تنوّع النباتات في منطقة جنوب شرق آسيا. فهو غني بشكل فريد بالأنواع إذ نجد فيه تشكيلة نباتات من الهيمالايا والصين واستراليا وماليزيا ومن المناطق المدارية كافةً على سطح الأرض.

source: UNESCO/ERI

基纳巴卢山公园

基纳巴卢山公园,位于沙巴婆罗岛北端,被喜玛拉雅山和新几内亚之间的最高的山——基纳巴卢山(4095米)所环绕。公园植被丰富,从热带低地、雨林小山到热带高山森林、亚高山森林和生活在更高海拔的灌木,应有尽有。基纳巴卢山公园被誉为东南亚植物多样性展示中心,种类极其丰富,有喜玛拉雅山、中国、澳大利亚、马来西亚,以及泛热带的各种植物。

source: UNESCO/ERI

Национальный парк Кинабалу (штат Сабах, остров Борнео)

Парк расположен на северной оконечности острова Калимантан (Борнео), в штате Сабах, и включает гору Кинабалу (4095 м) – высочайшую вершину на всем пространстве от Гималаев до Новой Гвинеи. Здесь представлено большое разнообразие экосистем: от густых дождевых лесов, занимающих равнины и предгорья, до горных тропических лесов, субальпийских редколесий и высокогорных кустарников. Парк признан важным очагом распространения растений в Юго-Восточной Азии, так как здесь встречаются виды, свойственные флоре Гималаев, Китая, Австралии, Малайзии и тропическому поясу в целом.

source: UNESCO/ERI

Parque de Kinabalu

Situado en el Estado de Sabah, al norte de la isla de Borneo, el Parque de Kinabalu se extiende al pie del monte del mismo nombre, que con sus 4.095 metros de altura es el más elevado de los que se yerguen entre la cordillera del Himalaya y Nueva Guinea. El sitio posee una gran variedad de hábitats: bosques lluviosos tropicales de planicie y colina, bosques tropicales de montaña y, a mayor altura, bosques subalpinos con matorral de hoja perenne. Dada la gran riqueza de su vegetación –que cuenta con numerosas plantas autóctonas y especímenes de la flora pantropical y de las floras del Himalaya, China y Australia–, este parque ha sido designado Centro de Diversidad Botánica del Asia Sudoriental.

source: UNESCO/ERI

キナバル自然公園

source: NFUAJ

Park Kinabalu

Het park Kinabalu ligt in de staat Sabah op het noordelijke uiteinde van het eiland Borneo. Het wordt gedomineerd door de berg Kinabalu (4.095 meter), de hoogste berg tussen de Himalaya en Nieuw-Guinea. Het park kent een breed scala aan leefgebieden; van rijk tropisch laagland en op heuvels gelegen regenwoud tot tropische bergwouden, subalpine woud en struikgewas in de hoger gelegen gebieden. Het gebied is aangewezen als Centrum voor Plantdiversiteit voor Zuidoost Azië en is uitzonderlijk rijk aan soorten, met flora uit de Himalaya, China, Australië, Maleisië en pantropische flora. Het merendeel van de zoogdieren, vogels, amfibieën en ongewervelde dieren in Kinabalu is bedreigd en kwetsbaar.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse


Situé dans l'Etat de Sabah, en Malaisie, à l'extrémité nord de l'île de Bornéo, le bien du patrimoine mondial du Parc du Kinabalu s’étend sur 75 370 ha. Dominé par le mont Kinabalu (4 095 m), la plus haute montagne entre l'Himalaya et la Nouvelle-Guinée, il joue un rôle particulier pour le biote d'Asie du sud-est. Géologiquement, le Parc du Kinabalu est une intrusion de granit formée il y a 15 millions d'années, propulsée il y a un million d'années par des mouvements tectoniques et façonnée par des forces qui continuent de définir son paysage. Malgré sa jeunesse géologique, le parc est exceptionnellement riche en espèces avec des reliques vivantes de végétation naturelle qui couvrent plus de 93% de la superficie du parc.

La fourchette altitudinale du bien, de 152 mètres à 4 095 mètres, présente un large éventail d'habitats, des riches plaines tropicales et forêts ombrophiles de colline (35% du parc) à la forêt tropicale de montagne (37%), et, plus haut en altitude, à la forêt subalpine et aux buissons. Les roches ultramafiques (serpentine) couvrent environ 16% du parc et contiennent une végétation spécifique à ce substrat. Le bien a été considéré comme un Centre de diversité des plantes pour l'Asie du sud-est ; il contient des représentants d'au moins la moitié de toutes les espèces végétales de Bornéo et est exceptionnellement riche en espèces, présentant des éléments des flores himalayenne, Chinoise, Australienne, Malaisienne et pantropicale. Ont été répertoriés la moitié des oiseaux, des mammifères et des amphibiens de Bornéo ainsi-que les deux tiers de tous les reptiles de Bornéo; le bien est à la fois riche en espèces et un important centre d'endémisme.


Critère (ix): le Parc du Kinabalu comprend une gamme exceptionnelle d'écosystèmes qui fonctionnent de façon naturelle. Un certain nombre de processus fournissent activement des conditions idéales pour un biote très diversifié, un taux d’endémisme et d’évolution rapide élevé. Plusieurs facteurs se combinent pour influencer ces processus; (1) l’important gradient altitudinal et climatique de la forêt tropicale aux milieux alpins, (2) la topographie fortement escarpée qui crée un isolement géographique réel sur de courtes distances, (3) la géologie diverse avec de nombreuses conditions édaphiques localisées, en particulier les substrats ultramafiques; (4) les oscillations climatiques fréquentes influencés par le phénomène El Niño, et (5) l'histoire géologique de l'archipel malais et la proximité du massif Crocker beaucoup plus ancien.


Critère (x): riche en espèces de flore et considéré comme un Centre d’endémisme de la flore d'importance mondiale, le Parc du Kinabalu contient environ 5 000 - 6 000 espèces de plantes vasculaires dont des représentants de plus de la moitié des familles de toutes les plantes à fleurs. La présence de 1 000 espèces d'orchidées, 78 espèces de ficus, et 60 espèces de fougères est révélatrice de la richesse botanique de la propriété. La diversité des habitats de Kinabalu comprend six zones de végétation, allant de forêt tropicale de plaine aux buissons alpins à 4 095 mètres. La diversité de la faune est également élevée et le bien est un centre important d’endémisme. La majorité des mammifères, des oiseaux, des amphibiens et des invertébrés de Bornéo (dont beaucoup sont menacés ou vulnérables) sont connus pour être présents dans le parc, y compris 90 espèces de mammifères de plaine, 22 espèces de mammifères dans la zone de montagne et 326 espèces d'oiseaux.

Intégrité

 
Les limites du Parc du Kinabalu englobent la majeure partie du Mont Kinabalu, y compris les dernières pentes portant des forêts naturelles. Le bien présente donc la diversité naturelle et les habitats qui constituent les valeurs de patrimoine naturel exceptionnel de Kinabalu. Les limites sont clairement marquées et délimitées sur le terrain et font l’objet de patrouilles régulières pour surveiller les pressions et éviter tout impact sur les valeurs du bien. Grâce à des mesures strictes de protection et à leur mise en œuvre, l'intégrité du bien ainsi que ses valeurs naturelles sont maintenues.

L’empiètement, le développement agricole et l'exploitation du bois se produisent aux limites du parc dans de nombreux endroits. La pression pour modifier les limites a entraîné une diminution de l’intégrité du parc dans certaines zones et il est nécessaire de réguler le développement dans les principaux endroits stratégiques en dehors du parc pour éviter d'autres impacts. Le niveau actuel des patrouilles et les limites clairement délimitées et marquées continuent d’assurer que les menaces dues à l'empiétement restent minimes.


Eléments requis en matière de protection et de gestion

 
La législation et les structures institutionnelles du Parc du Kinabalu sont établies en vertu de la Loi sur les parcs de 1984 amendée en 2007, qui précise les fonctions, les procédures, la protection et le contrôle du bien. Le conseil d'administration des parcs du Sabah, sous l’autorité du ministère d'Etat du Développement, du Tourisme, de l'Environnement, des Sciences et de la Technologie, est propriétaire du bien et responsable de sa gestion. L'Etat et le gouvernement fédéral ont le pouvoir de promulguer des lois, à condition de se consulter. Toutefois, la Loi sur les parcs nationaux de Malaisie ne s'applique pas au Sabah et le gouvernement de l’Etat a la responsabilité première de la gestion du bien et de la mise en œuvre la législation.

Le plan de gestion du bien a été préparé en 1993; il fournit des orientations pour répondre aux questions de gestion et s’appuie sur une législation et des politiques de l'État adéquates. La mise à jour du plan de gestion est nécessaire pour garantir que les pratiques et les politiques de gestion actuelles continuent à assurer la protection dans le futur.

Le bien est un modèle de gestion pour les aires protégées en Asie du sud-est et les dotations en personnel et en budget sont suffisantes pour les besoins actuels. Bien qu'une grande partie de la forêt de plaine de la région ait été transformée pour d'autres usages et que le parc soit devenu une «île dans un océan» de développement agricole et forestier, il est encore dans un excellent état de conservation. Le gouvernement de l'État a fermé l'activité minière en bordure du parc, et l'empiétement pour l'exploitation forestière a été contrôlé avec succès. L'amélioration des capacités du parc en matière de police et de poursuites s’est avérée efficace pour lutter contre toutes les menaces significatives.

Les problèmes clés de gestion sont l’augmentation de la pression due au tourisme commercial, l’utilisation des terres adjacentes, l'empiètement, la nécessité de renforcer les capacités, et d’améliorer la prise de conscience du public. Les pressions du tourisme sont élevées et en augmentation, mais les impacts sont actuellement sous contrôle, et le développement intensif d'installations pour les visiteurs maintenu en marge du parc. La planification et la gestion extensives seront nécessaires pour assurer que les impacts du niveau de tourisme dans le parc sont contrôlés, car le nombre de visiteurs augmente.

À long terme, le bien bénéficierait de la désignation de zones tampons, de l’affectation d'agents et de personnel de soutien hautement qualifiés et compétents, d’un renforcement de l’appui des communautés par le biais d'un programme de participation, et de la révision, de l'amélioration et du renforcement du plan de gestion existant grâce à l'aide d’un processus et d’approches de planification globales. Toutes ces questions sont actuellement à l'étude. Le bien a fait l'objet de recherches approfondies et possède une excellente collection de spécimens ainsi que des structures de recherche suffisantes. La prise en compte des résultats de la recherche dans les actions et les décisions concernant la gestion contribuera à assurer la conservation à long terme du bien et de ses valeurs naturelles uniques et remarquables.

Description longue
[Uniquement en anglais]

As the highest mountain between the Himalayas and New Guinea, Mount Kinabalu (4,095 m) holds a distinctive position for the biota of South-East Asia. Kinabalu is a granite intrusion formed 15 million years ago by the hardening of a mass of molten rock that rose beneath the sedimentary rocks of Borneo's Crocker Range. 1 million years ago this pluton was thrust upward by tectonic movements which continue to this day. The sandstone and shale that once covered the granite have been eroded to reveal the underlying rock. During the Pleistocene, glaciers covered Kinabalu's summit, scouring the granite plateau and sharpening the jagged peaks above the ice. The ice sheet disappeared 10,000 years ago. Since then, wind and water have sculpted the summit peaks further to create pinnacles and deep valleys.

Natural vegetation covers 93% of the park with rich tropical lowland and hill rainforest (dominated by diptocarps) amounting to 35%. Tropical montane forest covers another 37% of the park with subalpine forest and evergreen scrub found at the higher elevations. Of particular conservation significance are vegetation types developed on ultramafic (serpentine) rocks. Ultramafic vegetation covers about 16% of the park and contains many species restricted to this substrate.

Kinabalu has been identified as a Centre of Plant Diversity. Despite its geological youth, it is exceptionally rich in species with elements from the Himalayas, China, Australia, Malesia and Pantropical floras. The park has between 5,000-6,000 vascular plant species, 1,000 of which are orchids. It is particularly rich in Ficus (78 taxa), ferns (610 species) and Nepenthes (9 species of pitcher plant). Rafflesia, a rare parasitic plant, is also found. The mountain flora has diverse 'living fossils' such as the celery pine and the trig-oak, the evolutionary link between oaks and beeches.

The variety of Kinabalu's habitats includes 6 vegetation zones from lowland rainforest through to alpine scrub at 4,095 m. Faunal diversity is also high with the majority of Borneo's mammals, birds, amphibians and invertebrates (many threatened and vulnerable) known to occur in the park. It is clear that Kinabalu Park contains the important and significant habitats for the in-situ conservation of biological diversity.

The high species diversity of Kinabalu results from a number of factors: the great altitudinal and climatic gradient from tropical forest to alpine conditions; precipitous topography causing effective geographical isolation over short distances; the diverse geology with many localized edaphic conditions, particularly the ultramafic substrates; the frequent climate oscillations influenced by El Niño events; and geological history of the Malay archipelago and proximity to the much older Crocker Range.

The above processes provide ideal conditions for a diverse biota, high endemism and rapid evolutionary rates. Wildlife is also diverse with 90 species of lowland mammal and 22 others found in the montane zone. Four species of primate occur and 326 bird species have been recorded. Mount Kinabalu is thus both species-rich and an important centre for endemism. Half of all Borneo's birds, mammals and amphibian species including many rare and endangered species occur in the park. Two-thirds of all Bornean reptiles and at least half of its plant species are represented in the park.

Source : UNESCO/CLT/WHC