English Français
Aidez maintenant !

Terre de l’encens

Land of Frankincense

The frankincense trees of Wadi Dawkah and the remains of the caravan oasis of Shisr/Wubar and the affiliated ports of Khor Rori and Al-Baleed vividly illustrate the trade in frankincense that flourished in this region for many centuries, as one of the most important trading activities of the ancient and medieval world.

Terre de l’encens

Les arbres d'encens de l'Ouadi Dawkah, les vestiges de l'oasis caravanière de Shisr/Wubar et les ports associés de Khor Rori et d'Al-Baleed illustrent de manière frappante le commerce de l'encens qui prospéra dans cette région durant de nombreux siècles et fut l'une des plus importantes activités commerciales du monde antique et médiéval.

أرض اللبان

تبرز أشجار اللبان في وادي دوكة، بالإضافة إلى آثار الواحة الصحراوية المتنقلة في شصر/وبار والمرافئ المرتبطة بخور روري والبليد. فقد ازدهرت تجارة اللبان بشكل واضح في هذه المنطقة خلال قرون عدة وكانت من أهم النشاطات التجارية في العالم القديم وفي القرون الوسطى.

source: UNESCO/ERI

乳香之路

瓦迪•道卡的乳香树和什斯尔/乌芭尔以及相关的科尔罗里和巴厘德港口的商队绿洲遗迹,都表明这里的乳香贸易繁荣了很多世纪。这项贸易在古代和中世纪是最重要的商业活动之一。

source: UNESCO/ERI

Древний торговый путь “Тропа ладана”

Ладанные деревья в оазисе Вади-Дауках и остатки оазиса Шист-Вубар, через который проходил караванный путь, а также порты Хор-Рори и Аль-Балид, наглядно демонстрируют, как происходила торговля ладаном, процветавшая в этом регионе многие столетия. Ладан являлся одним из важнейших товаров в древнем и средневековом мире.

source: UNESCO/ERI

Tierra del incienso

Los árboles de incienso del Uadi Dawkah, los vestigios del oasis de Shisr-Wubar, lugar de paso de las caravanas, y los puertos de Jor Rori y Al Baleed ilustran vívidamente el floreciente comercio secular del incienso en esta región, que fue una de las actividades económicas más importantes de la Antigüedad y la Edad Media.

source: UNESCO/ERI

フランキンセンスの国土

source: NFUAJ

Land van Wierook

De wierookbomen (Frankincense) van Wadi Dawkah, de overblijfselen van de oase van Shisr/Wubar en de aangesloten havens Khor Rori en Al-Baleed getuigen van een bloeiende handel in wierook gedurende vele eeuwen. Het was in deze regio een van de belangrijkste handelsactiviteiten van de oude wereld en de middeleeuwen. Deze groep van archeologische gebieden in Oman weerspiegelen de productie en distributie van wierook, een van de meest belangrijke luxe handelswaar in de oudheid, van de Middellandse en Rode Zee naar Mesopotamië, India en China. Het Land van Wierook is een bewijs van een bloeiende beschaving in Zuid-Arabië, van het neolithicum tot de late islamitische periode.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Justification d'inscription

Critère iii L’ensemble des sites archéologiques d’Oman illustre la production et le commerce de l’encens, un des plus luxueux produit de commerce du vieux monde dans l’Antiquité. Critère iv L’oasis de Shisr et les ports de Khor Rori et d’al-Balid sont des exemples remarquables d’habitats médiévaux fortifiés dans la région du golfe Persique.

Description longue
[Uniquement en anglais]

This group of archaeological sites in Oman represents the production and distribution of frankincense, one of the most important luxury items of trade in antiquity from the Mediterranean and Red Sea regions to Mesopotamia, India and China. They constitute outstanding testimony to the civilization that from the Neolithic to the late Islamic period flourished in southern Arabia. The Oasis of Shishr and the entrepôts of Khor Rori and Al-Balīd are excellent examples of medieval fortified settlements in the Persian Gulf region.

Shisr lies about 180 km north of Salalah in the desert. This agricultural oasis and caravan site on the route along which frankincense was brought from the Nejd to the port of Sumhuram was dominated by an Iron Age fortress and continued to be used in the Islamic periods. The archaeological remains occur near a large collapsed limestone dome in which there is a cave from which a perpetual spring flows. A fortress wall, constructed of limestone blocks and an irregular pentagon in plan, surrounds a central complex on a rocky outcrop. Stubs of walls indicate that the enceinte was divided into two enclosures, dominated by a substantial building that underwent a number of alterations and extensions during the medieval period, oriented on the cardinal points of the compass in what may be a southern Arabic tradition.

The port of Sumhuram/Khor Rori (the Moscha of classical geographical texts) was founded at the end of the 1st century by LL'ad Yalut to control the trade in Dhofar incense. Indian seamen who had brought cotton cloth, corn and oil in exchange for incense overwintered there, waiting for the favourable monsoon winds to take them home. It was the hub of the trading settlement on this coast during the 1st and 2nd centuries BC. Its close links with the powerful Shabwa state made this small fortified town very rich. The process of disintegration began in the first half of the 3rd century, when the site was reclaimed by the sea and by natural vegetation. Khor Rori lies 40 km to the east of Salalah on a hilltop on the eastern bank of a sweet-water outlet (khor ). The remains of the fortress are located on a rocky spur running east-west. It forms part of a wider defensive system, details of which still can be distinguished. The walls are built from dressed-stone facings with rubble cores. The most heavily fortified part is on the north, where the entrance is located, which itself is a massive structure with three successive gates on the steep entry path. It is flanked by the remains of towers.

Al-Balīd, an elevated site extending along the coast with a khor providing water from the mountains, is the historically late name for a medieval town in the Mahra area. It began to decline in the 12th century, and it was attacked and partially destroyed on several occasions in the 13th century, both by Arab rulers and by Persian raiders. By the late 15th century, radical changes to trading patterns imposed by Portuguese and other European trading nations sealed the fate of the town. Most of the site now consists of a barren landscape covered with stone blocks, the result of robbing for the construction of more recent buildings. The Great Mosque was surrounded by an outer platform on three sides. There was an inner courtyard and the 4 m square minaret was originally in the north-east corner. The main prayer hall was lined with 144 octagonal columns, which supported the roof. The structure underwent many changes, in some cases for collapses due to poor construction and for ground instability.

The Frankincense Park of Wadi Dawkah: The Neolithic inhabitants of southern Arabia were engaged in long-distance trade with the Arabian littoral and from there into Mesopotamia. Excavations have revealed that shells and obsidian were being traded, and there are documentary and epigraphic sources relating to trade in frankincense by the later 3rd millennium BCE, when it was certainly flourishing, not only with Mesopotamia but also with Egypt. The sources of frankincense can be identified with the three areas in the Dhofar region in which the frankincense tree is still to be found. The other main export from southern Arabia at this time was that of horses. The central feature is a north-draining wadi on the edge of the desert; the frankincense trees are to be found in the flat bed of the wadi . The higher areas within the park are largely acacias and similar species that can tolerate the more extreme conditions.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

- Généralités

Shisr jouait déjà un rôle majeur dès l'âge du fer, car c'était un avant-poste fournissant de l'eau aux marchands avant qu'ils n'entrent dans le désert de Rub al-Khali, mais la fondation du port fortifié de Khor Rori/Sumhuram par LL'ad Yalut, roi d'Hadramaout, n'eut lieu qu'à la fin du Ier siècle avant notre ère, du fait de la croissance des échanges maritimes entre la mer Rouge et l'océan Indien. Après le déclin de Khor Rori pendant la première moitié du IIIe siècle après J.-C., le site d'al-Balid fut considéré comme le port ayant joué le plus grand rôle dans le commerce maritime jusqu'à la fin de la période islamique.

Dans la région du Dhofar, le cadre naturel de l'Ouadi Andoor, l'Ouadi Hogar et de l'Ouadi Dawkah représente la région la plus significative en termes de présence des arbres à encens. Le parc de l'Ouadi Dawkah a été choisi pour proposition d'inscription en qualité de site naturel/culturel, car il représente la culture de la résine à encens depuis des temps immémoriaux, avec un cadre naturel qui demeure intact.

Les premiers hominidés (Homo erectus), venus d'Afrique de l'est, arrivèrent au Dhofar il y a environ un million d'années. Certains sites archéologiques conservent les traces de leur passage, particulièrement au Yémen et dans l'ouest de l'Arabie saoudite. Des études récentes indiquent que des hominidés actuels (Homo sapiens sapiens) parvinrent au Dhofar aux alentours de 1 000 000 BP1, comme le montrent les découvertes faites dans le Nedjd, particulièrement autour de la région de Shisr.

Entre 20 000 et 8000 ans BP, le sud de l'Arabie traversa une phase d'aridité extrême, qui conduisit à l'abandon de la majeure partie de la péninsule. À la période néolithique, aux alentours de 6000 avant notre ère, des nomades pastoraux arrivèrent dans le sud de l'Arabie. Ces peuples de langue sémitique venus du Levant occupèrent graduellement la plus grande partie de la péninsule. Ils gardaient des troupeaux de bovins, de moutons et de chèvres, activité dont ils ont laissé des traces facilement reconnaissables : leurs outils en silex, qu'on retrouve dans tout le Nedjd près des anciens cours d'eau et lacs. Ce sont ces peuples qui établirent les anciennes longues routes commerciales.

Ils se lancèrent tout d'abord dans le négoce de l'encens depuis le Dhofar, en réponse à une demande originaire du sud de la Mésopotamie. En 3200 avant J.-C., avec l'apparition de l'écriture, des traces attestent de l'augmentation de ce commerce, en volume comme en fréquence. L'identité ethnique exacte des marchands est inconnue, mais des types de silex reconnaissables rattachent avec précision ce commerce au Dhofar.

Pour la région du Dhofar, l'âge du bronze (2200-1300 avant J.-C.) fut une période de repli. La population se retira au pied des collines et dans la plaine de Salaalah, près de sources permanentes. Elle entretenait des liens étroits avec les villages yéménites de l'âge du bronze. C'est à cette époque que commença la domestication des chameaux. Le commerce maritime, sans doute du cuivre, reliait Masirah au Dhofar. Les paléo-lagunes et les terrasses des plateaux connurent pour la première fois une exploitation intensive, tandis que l'encens continuait d'alimenter un important commerce.

L'âge du fer (1300-300 avant J.-C.) fut le témoin de la réémergence des populations locales, gardant des bovins, des chèvres et désormais aussi des chameaux, mais cultivant aussi des plantes propres au Dhofar, telles le sorgho et le millet, selon un mode de vie qui n'est pas sans rappeler celuides peuples Mahra contemporains. L'expansion des États du sud de l'Arabie donna naissance à un réseau formel d'échange de l'encens qui s'étendit vers l'ouest, ainsi qu'à une demande permanente du nord du Yémen et de l'est de l'Arabie.

En 300 avant notre ère, le site de Shisr s'était intégré à ce réseau. Le Periplus du Geographia de Ptolémée (IIe siècle avant J.-C.) offre une image claire de la région et de ses habitants. Les fouilles conduites à Shisr et dans la plaine de Salaalah montrent que l'État Atramite de Shabwa (Khor Rori/Sumhuram) et les peuples indigènes prenaient tous part au négoce de l'encens. Les Arabes omanais, venus du Yémen dans un périple vers le nord-est, arrivèrent à cette époque dans la région, et s'intégrèrent eux aussi à ces interactions complexes dans les relations sociales et la vie économique. Les Parthes de Perse eurent eux aussi une influence sur le Dhofar, comme le démontrent les vestiges matériels découverts à Shisr et sur la côte de Salaalah. D'après les preuves historiques et archéologiques réunies, il a été suggéré que Shisr pourrait être Ubar ou l'Omanum Emporium de Ptolémée, tandis que Khor Rori a été associé au Moscha limen du Periplus Maris Erythraei (Ier siècle de notre ère).

À l'époque islamique, le commerce intérieur continua de prospérer, peut-être alimenté par la demande en encens et en chevaux. Les liens instaurés avec l'Inde des milliers d'années auparavant demeuraient forts. La région côtière du Dhofar prenait part à un commerce international longue distance, spécialement sous la dynastie abbasside. Les criques et ports fortifiés, ainsi que les petits peuplements, témoignent de ces liens entre la mer Rouge et l'Afrique de l'est à l'ouest et l'Inde et la Chine à l'est. Al-Balid et Mirbat continuèrent de prospérer, atteignant leur apogée au milieu de la période islamique. En 1450, les invasions turques et portugaises entraînèrent une interruption dans le réseau créé à l'âge du fer et à l'époque islamique.

- Shisr

On trouve un certain nombre de sites néolithiques dans le voisinage immédiat de Shisr. Cette oasis agricole, site caravanier sur la route qui amenait l'encens du Nedjd au port de Sumhuram, était dominée par une forteresse de l'âge du fer, datant du IIe siècle avant J.-C. Les preuves archéologiques démontrent que le site resta utilisé au début et au milieu de la période islamique. Toutefois, il connut un déclin régulier à partir de la fin du Ier siècle après J.-C., et avait perdu toute son importance au IIIe siècle. Il y avait le long de la muraille du sud une occupation très limitée, qui dura jusqu'à la fin de la période islamique.

- Khor Rori/Sumhuram

Le port de Sumhuram (Smhrm - « Son Nom est Grand ») fut fondé à la fin du Ier siècle avant J.-C. Selon les inscriptions, il fut établi par LL'ad Yalut pour contrôler le commerce de l'encens du Dhofar. Il est identifié comme le Moscha des textes géographiques classiques, où les marins indiens qui apportaient la toile de coton, le maïs et l'huile en échange de l'encens passaient l'hiver, attendant les vents favorables de la mousson pour rentrer chez eux.

Pendant le Ier et le IIe siècle de notre ère, le port fut le coeur du peuplement marchand installé sur cette côte. Ses liens étroits avec le puissant État de Shabwa en faisaient une ville très riche. À cette époque, c'était une petite ville, solidement fortifiée, couvrant 1 hectare environ. Toutefois, le processus de désintégration commença à la première moitié du IIIe siècle, un processus qui s'acheva à la fin du siècle, quand le site fut reconquis par la mer et la végétation naturelle.

- Al-Balid

Al-Balid est l'ancien nom historique d'une ville médiévale de la région de Mahra, dont le nom se transcrit avec des orthographes diverses : « Dhofar », « Dhufar », « Zafar », etc. Cependant, les fouilles archéologiques ont montré qu'il s'y trouvait un peuplement datant de l'âge du fer. Il subsista très probablement longtemps après, en dépit de l'absence de mention spécifique dans le Geographia de Ptolémée. Son importance à l'époque islamique ne fait aucun doute. Mais il commença à connaître un certain déclin au XIIe siècle ; au XIIIe siècle, il fut annexé et partiellement détruit en plusieurs occasions, à la fois par les souverains arabes et par les envahisseurs perses. À la fin du XVe siècle, les changements radicaux qu'avaient imposés aux schémas commerciaux les Portugais et les autres nations marchandes européennes scellèrent le destin de la ville.

- Le parc d'arbres à encens de l'Ouadi Dawkah

À l'époque néolithique, les habitants du sud de l'Arabie participaient, comme en attestent les preuves archéologiques, à des échanges longue distance avec le littoral d'Arabie et, de là, avec la Mésopotamie. Les fouilles ont révélé des échanges de coquillages et d'obsidienne, et des sources documentaires et épigraphiques décrivent le commerce d'encens dès la fin du IIIe millénaire avant notre ère, commerce très certainement florissant à l'époque, non seulement avec la Mésopotamie mais aussi avec l'Égypte.

Ptolémée décrit clairement les origines de l'encens, qui peuvent être identifiées aux trois zones de la région du Dhofar où l'on trouve toujours l'arbre à encens (Boswellia sacra). Ce commerce a perduré pendant l'âge du fer et la période islamique. L'autre grand produit d'exportation du sud de l'Arabie à l'époque sont les chevaux.

Source : évaluation des Organisations consultatives