English Français
Aidez maintenant !

Tombes impériales des dynasties Ming et Qing

Imperial Tombs of the Ming and Qing Dynasties

It represents the addition of three Imperial Tombs of the Qing Dynasty in Liaoning to the Ming tombs inscribed in 2000 and 2003. The Three Imperial Tombs of the Qing Dynasty in Liaoning Province include the Yongling Tomb, the Fuling Tomb, and the Zhaoling Tomb, all built in the 17th century. Constructed for the founding emperors of the Qing Dynasty and their ancestors, the tombs follow the precepts of traditional Chinese geomancy and fengshui theory. They feature rich decoration of stone statues and carvings and tiles with dragon motifs, illustrating the development of the funerary architecture of the Qing Dynasty. The three tomb complexes, and their numerous edifices, combine traditions inherited from previous dynasties and new features of Manchu civilization.

Tombes impériales des dynasties Ming et Qing

L’extension ajoute trois tombes impériales de la dynastie Qing à Liaoning aux tombes Ming inscrites en 2000 et 2003. Les trois tombes impériales de la dynastie Qing dans la province de Liaoning comprennent la tombe Yongling, la tombe Fuling et la tombe Zhaoling, toutes construites au XVIIe siècle. Erigées pour les empereurs fondateurs de la dynastie Qing et leurs ancêtres, ces tombes obéissent aux préceptes de la géomancie chinoise traditionnelle et de la théorie du fengshui. Elles offrent une riche décoration de statues en pierre, de bas-reliefs et de dalles ornées de dragons, illustrant l’évolution de l’architecture funéraire sous la dynastie Qing. Les trois complexes funéraires et leurs nombreux édifices conjuguent les traditions héritées des dynasties précédentes et les innovations de la civilisation mandchoue.

المقابر الامبراطورية لسلالتي مينغ وكينغ

تتوزّع مقابر سلاتي مينغ وكينغ على أربعة مجمّعات من المقابر في مقاطعات خمس من الصين الشرقيّة (هوباي، هاباي، حي شانغبينغ في بيجينغ، جيانغسو ولياونينغ). بُنيت هذه المقابر بحسب تعاليم ضرب الرمل الصيني، وهي برهان استثنائي على المعتقدات والتقاليد الصينيّة منذ القرن الرابع عشر كما أنّها أمثلة نفيسة عن الهندسة والفنون المطبّقة في تلك الحقبة.

source: UNESCO/ERI

明清皇家陵寝

位于辽宁省的清朝盛京三陵建于17世纪,是继2000年和2003年列入《世界遗产名录》的明朝寝陵之后的三座清朝皇家寝陵,分别为永陵、福陵和昭陵,是开创满清皇室基业的皇帝及其祖先的陵墓。寝陵遵照中国传统的占卜和风水理论而建,饰以大量以龙为主题的石雕、雕刻和瓦片,展示了清朝墓葬建筑的发展。盛京三陵及其众多建筑将以前朝代的传统和满族文化的新特征融为一体。

source: UNESCO/ERI

Гробницы императоров династий Мин и Цин

Императорские гробницы династий Мин и Цин – это несколько групп погребальных сооружений в разных провинциях Восточного Китая. Гробницы, созданные в соответствии с принципами «фэн-шуй», являются выдающимся свидетельством китайских верований и традиций начиная с XIV в., а также служат ярким примером архитектуры и прикладного искусства того периода. В 2004 г. в объект дополнительно вошли три захоронения династии Цин XVII в. в провинции Ляонин – Юнлин, Фулин и Чжаолин, датируемые ХVII в. Сооруженные для императоров-основателей династии Цин и их преемников, они были богато украшены каменными скульптурами и рельефами, а также изразцами с изображениями драконов, что демонстрировало развитие погребальной архитектуры династии Цин. В архитектуре многочисленных зданий этих трех комплексов объединяются традиции, унаследованные от прошлых династий, и новые черты, свойственные маньчжурской культуре.

source: UNESCO/ERI

Tumbas imperiales de las dinastías Ming y Qing

Este sitio se ha ampliado con la adición de tres tumbas de la dinastía Qing a las sepulturas de los Ming, ya inscritas en la Lista del Patrimonio Mundial en 2000 y 2003. Las tres tumbas imperiales de Yongling, Fuling y Zhaoling, ubicadas en la provincia de Liaoning, fueron construidas en el siglo XVII para albergar los despojos mortales de los miembros fundadores de la dinastía Qing y sus antepasados. Su construcción se rigió por los preceptos de la geomancia tradicional china y la teoría del diseño de los espacios vitales (fengshui). Están magníficamente ornadas con estatuas de piedra, bajorrelieves y cerámicas con motivos de dragones, que ilustran el auge de la arquitectura funeraria en la época de los Qing. En las tres tumbas, que forman verdaderos complejos arquitectónicos con sus múltiples construcciones, se mezclan los elementos tradicionales de las anteriores dinastías reinantes en China con los nuevos aportes de la civilización manchú.

source: UNESCO/ERI

明・清朝の皇帝陵墓群

source: NFUAJ

Keizerlijke graven uit de Ming en de Qing dynastie

De Ming en Qing keizerlijke graven getuigen van een culturele en architectonische traditie die meer dan 500 jaar dit deel van de wereld domineerde. Eerst werden de Xianling graven van de Ming dynastie aan de Werelderfgoedlijst toegevoegd. De graven stammen uit de vroeg-16e eeuw en zijn gelegen nabij de stad Zhongxiang, in de provincie Hubei, meer dan 1.000 km van Beijing. Het bijzondere is de volstrekte integratie van de graftombes in de natuurlijke omgeving. In 2004 werden ook de Qing graven bijgeschreven. Deze drie keizerlijke graven in de provincie Liaoning zijn het Yongling graf, het Fuling graf en het Zhaoling graf. Ze werden alle drie gebouwd in de 17e eeuw. De graven zijn volgens traditionele Chinese geomantiek en fengshui richtlijnen opgebouwd. Ze zijn rijkelijk versierd met stenen beelden, graveringen en tegels met drakenmotieven, waarmee ze de grafarchitectuur van de Qing dynastie illustreren. De drie grafcomplexen en hun talrijke bijgebouwen combineren tradities van vorige dynastieën en nieuwe elementen van de Manchu beschaving.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Tombes impériales des dynasties Ming et Qing © Lemoncat1
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse 

Les tombes impériales des dynasties Ming et Qing ont été construites entre 1368 et 1915 (apr. JC) dans la ville de Beijing, la province de Hebei, la province de Hubei, la province de Jiangsu et la province de Liaoning, en Chine. Elles comprennent les tombes Xianling de la dynastie Ming et les tombes orientales et occidentales Qing inscrites sur la Liste du patrimoine mondial en 2000 ; la tombe Xiaoling de la dynastie Ming et les tombes Ming de Beijing ajoutées à l’inscription en 2003 et les trois tombes impériales de Shenyang, dans la province de Liaoning (tombe Yongling, tombe Fuling et tombe Zhaoling, toutes trois de la dynastie Qing) ajoutées en 2004.

L’emplacement géographique des tombes impériales Ming et Qing a été soigneusement choisi selon les principes de la géomancie (fengshui). L’ensemble inclut de nombreux bâtiments d’architecture et de décoration traditionnelle. Les tombes et les bâtiments sont disposés selon des règles chinoises de hiérarchie et incluent des voies sacrées le long desquelles sont disposés des monuments et des sculptures en pierre destinés à accueillir les cérémonies royales telles que le passage des esprits des défunts. Les tombes impériales illustrent l’importance accordée par les souverains Ming et Qing, pendant cinq siècles, à la construction d’imposants mausolées qui ne sont pas seulement l’expression d’une croyance dans une vie après la mort mais également une affirmation de leur autorité.

La tombe du premier empereur Ming, la tombe Xiaoling, a rompu avec les traditions du passé et a jeté les bases d’une conception des tombes qui s’est perpétuée à Beijing ainsi qu’à Zhongxiang pour la tombe Xianling de la dynastie Ming et pour les tombes occidentales et orientales Qing. Les trois tombes impériales de la dynastie Qing dans la province de Liaoning (les tombes Yongling, Fuling et Zhaoling) ont toutes été construites au 17e siècle pour les fondateurs de la dynastie Qing et leurs ancêtres, intégrant la tradition héritée des dynasties précédentes aux nouvelles caractéristiques de la civilisation Manchu.

Les tombes impériales des dynasties Ming et Qing sont des chefs d’œuvre du génie créateur de l’homme en raison de leur intégration organique dans la nature et du témoignage unique qu’elles apportent sur les traditions culturelles et architecturales des deux dernières dynasties féodales (Ming et Qing) de l’histoire de la Chine entre les 14e et 20e siècles. Il s’agit d’œuvres raffinées qui mêlent les arts architecturaux des civilisations Han et Manchu. Leur emplacement, leur plan et leur conception sont le reflet à la fois de l’idée philosophique d’une « harmonie entre l’homme et la nature » selon les principes du fengshui et des règles de hiérarchie sociale. Ils illustrent également la conception du monde et du pouvoir qui prévalait lors des derniers temps de l’ancienne société chinoise.

Critère (i) : L’intégration harmonieuse d’ensembles architecturaux remarquables dans un environnement naturel choisi pour répondre aux critères de la géomancie (fengshui) fait des tombes impériales Ming et Qing des chefs d’œuvre du génie créateur humain.

Critère (ii) : Les tombes représentent une étape du développement où les traditions antérieures ont été intégrées aux formes des dynasties Ming et Qing, devenant ainsi des bases pour le développement ultérieur.

Critère (iii) : Les mausolées impériaux sont d’exceptionnels témoignages d’une tradition culturelle et architecturale qui, depuis plus cinq cents ans, a dominé cette partie du monde.

Critère (iv) : Les architectures des tombes impériales sont parfaitement intégrées dans l’environnement naturel, constituant ainsi un ensemble unique de paysages culturels. Ils sont d’exceptionnels exemples des anciens tombeaux impériaux de Chine.

Critère (vi) : Les tombes Ming et Qing illustrent de manière éblouissante les croyances, la vision du monde et les théories géomantiques du fengshui qui prévalaient dans la Chine féodale. Elles ont été utilisées comme édifices funéraires pour d’illustres personnages et théâtres d‘événements majeurs qui ont marqué l’histoire de la Chine.

Intégrité

Tous les attributs porteurs de la valeur universelle exceptionnelle du bien, y compris les éléments physiques et spirituels et l’information historique et culturelle, sont intacts. Toutes les limites de toutes les zones du bien sont présentes, les bâtiments principaux et les chambres souterraines sont conservées en bon état, la disposition générale du site n’est pas modifiée, les bâtiments et les sites historiques situés dans les zones protégées n’ont pas souffert d’intervention ou de modification excessives, et, l’intégrité de l’agencement général des mausolées des dynasties Ming et Qing a été authentiquement préservée. La topographie et le cadre naturel des mausolées, qui ont été choisis selon les principes du fengshui, sont conservés.

Authenticité

Le caractère historique des bâtiments a été préservé depuis l’époque de leur construction ou rénové au cours des règnes des dynasties Ming et Qing. Quelques bâtiments ne faisant pas partie d’un ensemble ont été restaurés conformément aux documents d’archives reconnus et aux connaissances archéologiques. Le bien inscrit et son cadre expriment de manières authentiques et explicite l’esprit et la conception d’un système funéraire ancien ainsi que les réalisations artistiques nées de la culture traditionnelle.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Les tombes impériales des dynasties Ming et Qing ont été protégées d’un point de vue légal par les gouvernements local et central. Sur la base de l’application de la Loi de la République populaire de Chine sur la protection des reliques culturelles, les autorités et les administrations de tous niveaux en charge de la protection du patrimoine ont promulgué diverses réglementations de protection et délimité des zones protégées et des zones de contrôle de la construction (les zones tampons). Aucun projet dans ou à l’extérieur des limites du bien inscrit susceptible d’avoir des conséquences sur les valeurs du patrimoine ne peut être mis en œuvre sans l’approbation des autorités nationales en charge de l’administration du patrimoine culturel. La capacité environnementale et les activités liées à la construction sont efficacement contrôlées afin de contenir tout impact négatif lié au développement. Face aux pressions exercées par le développement du tourisme et par la construction urbaine, la protection du patrimoine est tenue en équilibre de manière raisonnée et efficace.

Sur la base du système actuel de protection et de gestion, les structures administratives en charge des tombes impériales Ming et Qing examineront et amélioreront les plans de gestion et de conservation. Conformément aux plans de gestion et de conservation révisés, les travaux de conservation seront menés de façon plus scientifique ; les activités de construction dans la zone tampon seront contrôlées de façon plus stricte, et les sites du patrimoine culturel et leur environnement et cadre historiques seront protégés et conservés sur la base d’un système intégré. Les autorités responsables renforceront l’entretien quotidien des architectures anciennes en stricte conformité avec le principe d’intervention minimale, y compris au moyen d’une restauration correctement planifiée. Par ailleurs, des mesures seront prises pour améliorer le renforcement de capacités des organismes concernés, pour mettre en place un mécanisme de coordination entre les organisations en charge de la protection et de la gestion des sites et l’administration régionale. En agissant ainsi, la protection et la gestion des sites du patrimoine seront améliorées avec des moyens accrus afin d’interpréter et de promouvoir les valeurs du patrimoine.

Description longue

Les tombes impériales des Ming et des Qing sont de précieux témoignages d'une tradition culturelle et architecturale qui domina cette partie du monde pendant plus de cinq cents ans. Leur intégration remarquable à l'environnement naturel en fait un ensemble tout à fait unique de paysages culturels.

Durant des temps immémoriaux, les souverains de Chine attachèrent une importance considérable à la construction d'imposants mausolées qui ne reflétaient pas seulement leur croyance en l'Au-delà, mais représentaient aussi une affirmation de leur autorité. Lorsque la dynastie des Ming prit le pouvoir (1368), ses souverains adoptèrent un modèle commun pour ce type de construction, que caractérisait la recherche d'une harmonie totale entre un site naturel choisi en fonction de critères de sélection précis et un complexe d'édifices appelé à remplir un certain nombre de fonctions codifiées. Le site naturel, plaine ou large vallée, devait être délimité vers le nord par une chaîne de montagnes sur laquelle les tombes se détachaient, avec une élévation plus basse vers le sud ; il devait être bordé à l'est comme à l'ouest par des collines, et présenter au moins un cours d'eau. Pour réaliser la fusion avec le site naturel, les multiples édifices étaient construits le long de la principale voie d'accès, longue de plusieurs kilomètres, connue sous le nom de voie des Esprits, d'où partaient différentes voies secondaires menant aux autres mausolées.

Un portique d'entrée formé de cinq portes marque le début de la voie des Esprits, qui traverse ou longe ensuite de nombreux édifices, notamment un pavillon de réception, un pavillon abritant les stèles des Mérites Divins, des colonnes de pierre et des sculptures représentant des animaux, des généraux et des ministres, figurés par deux. Après un ou plusieurs ponts de pierre et un portique du Dragon et du Phénix, la voie sacrée parvenait à un complexe de bâtiments qui inclut une salle de méditation flanquée par des pavillons latéraux et une tour mémorial menant au tumulus enclos sous lequel se trouvent les chambres funéraires. Ce paysage culturel est profondément imprégné d'une forme de cosmogonie qui lui confère un statut sacré.

Les tombes xianling, de la dynastie des Ming, se trouvent près de la ville de Zhongxiang, dans la province du Hubei, à plus de 1 000 km de Beijing. Les premiers travaux de construction du mausolée sont l'œuvre de Xing, qui avait projeté d'y être enterré ; il fut déclaré empereur en 1519 à titre posthume, sur la base de considérations généalogiques. Des travaux furent entrepris par la suite pour adapter la tombe aux principes d'harmonie de la dynastie des Ming et pour créer un second tumulus, destiné à abriter les chambres funéraires de sa famille, y compris celle de l'impératrice.

La tombe qing occidentale renferme 14 sépultures impériales et deux groupes d'édifices : le temple bouddhique tibétain Yongfu et le palais temporaire où la famille impériale résidait lorsqu'elle venait honorer ses ancêtres. Le site naturel est d'une très grande beauté, notamment parce qu'il comporte une forêt d'élégants pins séculaires.

Le site des tombes qing orientales comporte 15 mausolées dans lesquels 161 corps ont été enterrés - empereurs, impératrices, concubines et princesses. C'est notamment là que reposent les empereurs Kangxi et Qianlong, qui ont laissé le souvenir de grands souverains et de protagonistes majeurs du développement de la Chine, ainsi que l'impératrice Dowager Cixi qui gouverna l'Empire, par le truchement d'intermédiaires, durant toute la seconde moitié du XIXe  siècle.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

La dynastie Qing fut fondée en 1636 par les Mandchous - pour désigner leur régime en Mandchourie. Les trois tombes impériales furent construites à l'époque où leur capitale était Shenyang. En 1644, le siège de la capitale fut transféré à Beijing et les Mandchous établirent leur dynastie en Chine.

La première phase de construction de la tombe Yongling eut lieu dans les dernières années de la dynastie Ming ; elle servit de tombeau familial à l'empereur Fuman. En 1636, l'empereur Huangtaiji de la dynastie Qing conféra à ce tombeau le titre de tombe Xingjing. En 1648, l'empereur Fulin nomma ses quatre ancêtres empereurs à titre posthume et, en 1651, baptisa les montagnes où se trouvaient les tombes les monts Qiyun.

La construction de la tombe Fuling commença en 1629 (sous le règne de Tiancong, de la dynastie des Jin postérieurs) pour s'achever en 1644 (sous le règne de l'empereur Shunzhi de la dynastie Qing). Le site fut agrandi et reconstruit entre 1645 (empereur Shunzhi) et 1688.

La tombe Zhaoling fut tout d'abord construite entre 1643 et 1651. Elle fit l'objet de travaux d'agrandissement et de reconstruction dont la durée s'étala du règne de l'empereur Kangxi jusqu'à celui de l'empereur Qianlong dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Source : évaluation des Organisations consultatives