English Français
Aidez maintenant !

Décisions du Comité

37 COM 8B.34

Villas et jardins des Médicis en Toscane (Italie)

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné les documents WHC-13/37.COM/8B et WHC-13/37.COM/INF.8B1,

2.  Inscrit les Villas et jardins des Médicis en Toscane, Italie , sur la Liste du patrimoine mondial en tant que paysage culturel sur la base des critères (ii), (iv) et (vi)  ;

3.  Adopte la Déclaration de valeur universelle exceptionnelle suivante :

Brève synthèse

La fortune économique, financière et politique des Médicis est à l’origine de mécénats multiples et décisifs dans l’histoire culturelle et artistique de l’Europe moderne. Parmi les types architecturaux et esthétiques qui en résultèrent, les villas médicéennes en harmonie profonde avec leurs jardins et leur environnement rural sont parmi les plus originaux de la Renaissance italienne. Le bien proposé pour inscription est une sélection de douze villas complètes, avec leurs jardins, et de deux jardins d’agrément supplémentaires disséminés dans la campagne toscane et aux abords de Florence. La villa médicéenne et ses jardins incarnent un idéal d’habitation princière à la campagne permettant de vivre en harmonie avec la nature, et dédié tant aux loisirs qu’aux arts et à la connaissance.

Critère (ii) : Les villas et jardins des Médicis en Toscane témoignent d’une synthèse de l’habitat rural aristocratique, à la fin du Moyen Âge, qui concrétisa une série d’ambitions politiques, économiques et esthétiques nouvelles. Villas et jardins formèrent des modèles qui se diffusèrent largement dans l’Italie de la Renaissance puis dans toute l’Europe moderne.

Critère ( iv) : Les résidences seigneuriales médicéennes offrent des exemples éminents de la villa aristocratique rurale dédiée aux loisirs, aux arts et à la connaissance. Au fil de près de trois siècles, les Médicis développèrent des types architecturaux et décoratifs multiples et innovants.  L’ensemble témoigne de l’organisation technique et esthétique des jardins en association avec leur environnement rural. Il en découla un goût des paysages propre à l’humanisme et à la Renaissance.

Critère (vi) : Les villas et jardins, tout comme les paysages toscans au sein desquels ils s’insèrent, ont participé de manière précoce et décisive à la naissance d’une esthétique et d’un art de vivre nouveaux. Ils témoignent d’un mécénat culturel et artistique exceptionnel développé par les Médicis. Ils forment une série de lieux majeurs pour l’émergence des idéaux et des goûts de la Renaissance italienne puis de leur diffusion en Europe.

Intégrité

Malgré quelques réserves liées aux transformations de certains des biens ou de leur environnement, parfois affectés par des réutilisations et le développement moderne, la série proposée forme un ensemble suffisamment intègre pour témoigner de manière crédible et satisfaisante de sa valeur universelle exceptionnelle. La composition de la série a été pleinement justifiée. Un effort important de préservation des paysages caractéristiques associés aux biens et encore conservés est annoncé par l’État partie.

Authenticité

Les éléments des biens attestant d’une conservation de l’authenticité des formes architectoniques, de la conservation des styles décoratifs, des matériaux, de la composition des jardins, d’un usage des lieux respectueux des réalisations et des idéaux des Médicis et de la conservation des éléments majeurs des paysages l’emportent largement sur les réserves émises lors de l’examen critique de chacun des biens composant la série. Pour les attributs dont l’authenticité a été affectée, plusieurs font l’objet d’un programme de restauration ou de requalification des usages, notamment par des musées ou des lieux culturels.

Mesures de gestion et de protection

Le bien en série comprend des villas et des jardins classés comme monuments nationaux. Ils sont soumis aux lois italiennes de protection des monuments historiques ou comme sites culturels de valeur nationale. La mise en œuvre de ces textes législatifs se fait par le Plan d’orientation territoriale de la Région Toscane, puis au sein de chaque commune par les plans structurels approuvés. En complément des zones tampons, une série de zones paysagères classées ou protégées a été mise en place pour tous les biens, sauf deux (n°9 et 10).

Un système de gestion individuel satisfaisant est en place au niveau de chacun des biens, ainsi qu’une coordination technique des actions de conservation, sous l’égide de la région de Toscane et du ministère de la Culture. Cette coopération pour une gestion harmonisée et concertée a été récemment étendue et formalisée par le Protocole d’entente, un acte commun aux différents partenaires du bien (ministère, région, 4 provinces et 10 municipalités). Il a permis la création d’un Comité de pilotage du bien en série, dont le fonctionnement est annoncé à compter de l’exercice 2013. Il a en charge le suivi de la mise en place du plan de gestion, la coordination de la protection et la coordination de la valorisation et de la communication du bien. Le Comité doit s’appuyer sur un Office technique et un Observatoire du bien et de sa conservation, dont il conviendrait toutefois de préciser la mise en place effective. Par ailleurs, si la conservation individuelle des biens est organisée de manière satisfaisante, sa planification d’ensemble devrait mieux ressortir dans le Plan de gestion.

4.  Recommande que l’État partie prenne en considération les points suivants :

a)  confirmer le fonctionnement effectif du système de gestion transversal du Comité de pilotage et de ses deux organismes, l’Office technique et l’Observatoire, en précisant les ressources humaines et matérielles mises à leur disposition,

b)  établir des indicateurs secondaires de suivi précis ; coordonner et faire analyser le suivi des biens par l’instance transversale de gestion,

c)  établir un Plan de gestion actualisé, avec un calendrier de mise en œuvre, y intégrer en particulier une planification de la conservation des éléments constitutifs du bien,

d)  dresser dans le cadre du plan de gestion un tableau de bord des ressources humaines disponibles et nécessaires, des niveaux de qualification et des besoins de formation.

Thèmes : Inscriptions sur la Liste du patrimoine mondial, Valeur universelle exceptionnelle
Etats Parties : Italie
Session : 37COM