jump to the content

Décisions du Comité

35 COM 8B.19

Biens Culturels - Fort Jésus, Mombasa (Kenya)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné les documents WHC-11/35.COM/8B.Add et WHC-11/35.COM/INF.8B1.Add,

2. Inscrit Fort Jésus, Mombasa, Kenya, sur la Liste du patrimoine mondial sur la base des critères (ii) et (iv);

3. Prend note de la Déclaration de valeur universelle exceptionnelle provisoire suivante:

 

Brève synthèse

Edifié par les Portugais à la fin du XVIème siècle et utilisé pendant plus de cent ans, le Fort Jésus, Mombasa, est un témoignage de la première tentative réussie des civilisations occidentales de contrôler les routes commerciales de l'Océan indien qui étaient restées sous influence de l'Orient depuis plusieurs millénaires. L'architecture du fort, avec ses murs imposants et ses cinq bastions, est basée sur une forme humaine et reflète les caractéristiques de la théorie architecturale militaire de la Renaissance. Le fort représente également un symbole exceptionnel de l'échange des valeurs et des influences culturelles parmi et entre les peuples d'origine africaine, arabe, turque, perse et européenne, dont la vie a été influencée par la présence et le rôle de cette imposante structure.

Critère (ii) : Construit pendant une période et dans une région qui étaient au centre de l'émergence d'une globalisation politique, commerciale et culturelle, le Fort Jésus, avec son imposante structure, est un témoignage exceptionnel de l'échange des valeurs culturelles entre les peuples d'origine africaine, arabe, turque, perse et européenne. Edifié et occupé en premier lieu par les Portugais, le fort a changé de propriétaire plusieurs fois au cours de son histoire, passant sous le contrôle arabe, swahili et anglais. Son rôle important dans le contrôle du commerce lui a fait abriter de nombreux peuples du bassin de l'Océan indien. Le Fort Jésus, Mombasa, symbolise également la lutte pour la liberté, puisqu'il devint un lieu de résistance pour la population locale swahili contre la domination de toute puissance, quelle qu'elle soit. Le fort est aussi une marque de cohésion sociale car il a été utilisé par des peuples de cultures diverses, tout en conservant les caractéristiques de ses fonctions antérieures.

Critère (iv) : Le Fort Jésus, Mombasa, est un exemple exceptionnel de fortification militaire portugaise du XVIème siècle encore existante. Il illustre un nouveau type de fortification fondé sur les innovations de l'armement et des technologies militaires survenues aux XVème et XVIème siècles. Dans sa conception et sa forme, il reflète l'idéal de la Renaissance selon lequel les proportions parfaites et l'harmonie géométrique sont celles du corps humain, tout en répondant aux besoins fonctionnels d'une forteresse moderne bien défendue. Aucune autre forteresse n'est censée mieux illustrer la référence au corps humain comme modèle pour sa disposition. Celle-ci, quoique simple, a assuré la protection complète du fort et lui a permis de survivre quasi inchangé à des siècles d'occupation et de réoccupation continues. Le fort, en fait, représente un jalon dans l'architecture des forteresses du XVIème siècle et était considéré comme un bastion pour la sauvegarde des intérêts portugais sur la côte est-africaine et pour le commerce dans l'Océan indien. L'architecture réussie du Fort Jésus, Mombassa, a conduit à l'adoption de ses caractéristiques stratégiques pour améliorer d'autres forts en Afrique.

Intégrité

Les limites du bien ont été définies pour préserver l'intégrité visuelle et fonctionnelle du Fort Jésus. Le périmètre a été déterminé de manière à inclure les vestiges archéologiques sous-marins qui font partie intégrante du contexte historique, ainsi que la zone des douves adjacente à la Vieille ville de Mombassa. Le bien est en bon état et il n'y a ni empiètement urbain, ni pression de développement dans son voisinage immédiat.  Les modifications mineures à l'intérieur du fort sont les témoignages de son histoire et n'affectent pas l'intégrité du bien.

Authenticité

En ce qui concerne l'authenticité, le Fort Jésus, Mombasa, a conservé sa forme, sa conception et ses matériaux de construction ; le corail massif et le calcaire sont encore utilisés de manière traditionnelle, si nécessaire, pour les réparations et travaux de conservation. Il a également préservé son authenticité d'emplacement, situé sur un bien non construit par ailleurs le long de la côte de l'île de Mombassa adjacente à la Vieille ville de Mombassa avec laquelle il partage une histoire commune.

Mesures de protection et de gestion

La protection juridique et le système de gestion du bien sont appropriés. Le Fort Jésus, Mombasa, a été initialement classé parc national en 1958 pour protéger le fort et une bande de terre de 100 m tout autour. Aujourd'hui, il est protégé aux termes de la Loi de 2006 sur les musées nationaux et le patrimoine. Un plan de gestion satisfaisant a été mis en place pour le bien ; les Musées nationaux du Kenya (NMK) sont les principaux acteurs de sa conservation et de sa sauvegarde. Les questions de conservation sur le long terme comprennent la protection du fort face aux empiètements urbains et aux constructions inopportunes dans les zones adjacentes au bien et autour de la Vieille ville de Mombassa, le contrôle de l'érosion des roches le long du littoral et l'entretien continu et la conservation du fort lui-même.

 

4. Recommande que l'État partie:

a) Amende la notification de classement, afin d'éliminer l'incohérence entre la superficie de la zone de conservation et celle de la zone tampon et/ou s'assure que l'ensemble de la zone tampon bénéficie d'une protection de manière à ce que la protection supplémentaire du bien soit efficace,

b) Développe une structure de gestion holistique pour la Vieille ville de Mombassa, qui implique toutes les parties prenantes, y compris la communauté locale, le conseil municipal et les gestionnaires du bien, et s'assure que l'Office de conservation de la vieille ville de Mombassa (MOTCO) possède les instruments nécessaires pour garantir que la zone tampon constitue une protection supplémentaire efficace du bien,

c) Installe des repères pour identifier clairement les délimitations du bien et de la zone tampon, y compris ses limites maritimes,

d) Accorde la plus grand priorité à un suivi rigoureux et à des mesures correctives pour l'érosion de la roche,

e) Donne également la priorité à un entretien programmé plutôt qu'à la restauration, sur la base du plan d'entretien 2009-2019 inclus dans le plan de gestion.

Thèmes : Inscriptions sur la Liste du patrimoine mondial
Etats Parties : Kenya
Session : 35COM