jump to the content

Décisions du Comité

CONF 008 V.8-12

Rapport du Secrétariat sur les activités entreprises depuis la huitième session du Comité du patrimoine mondial

8. Le Secrétaire, M. B. von Droste, Directeur de la Division des sciences écologiques, a fait rapport sur les activités entreprises depuis la 8ème session du Comité, tenue à Buenos-Aires du 29 octobre au 2 novembre 1984. Dressant tout d'abord un bilan général de la mise en œuvre de la Convention, il a annoncé que six nouveaux Etats, à savoir, par ordre chronologique, le Qatar, la Nouvelle Zélande, la Suède, la République dominicaine, la Hongrie et les Philippines, avaient accédé à la Convention depuis cette date, ce qui portait à 88 le nombre d'Etats parties à la Convention. La Convention continuait donc à susciter l'intérêt croissant des Etats. Il fallait toutefois remarquer que la couverture géographique était encore très inégale, les régions d'Asie et d'Europe de l'Est étant peu représentées. Il a par ailleurs indiqué que, si le nombre de propositions d'inscription sur la Liste du Patrimoine mondial augmentait régulièrement, trop peu d'Etats (seulement 23) avaient encore fourni des listes indicatives, nécessaires pour l'évaluation des propositions d'inscription. Il convenait également de veiller au maintien d'un certain équilibre entre biens culturels et biens naturels pour respecter l'esprit de la Convention ; la proportion actuelle était de deux tiers/un tiers. L'état du Fonds du patrimoine mondial restait une préoccupation majeure, malgré le règlement d'un certain nombre de contributions. Les ressources du Fonds restaient en effet inférieures à celles d'années antérieures (1980-1983), alors que le nombre d'Etats parties et d'inscriptions sur la Liste du Patrimoine mondial avait considérablement augmenté.

9. Il a ensuite passé en revue les activités menées depuis la huitième session du Comité en matière d'assistance préparatoire, de coopération technique, de formation de spécialistes et d'assistance d'urgence. Au sujet des activités promotionnelles, le Secrétaire a annoncé la réalisation, avec l'appui du Ministère espagnol des biens culturels, d'une exposition sur le Patrimoine mondial, présentée tour à tour à Madrid, au Canada et dans le métro à Paris. Il a appelé les Etats à faire circuler l'exemplaire de cette exposition dont disposait le Secrétariat, ou à en assurer la reproduction pour l'utiliser dans leur pays.

10. Enfin, le Secrétaire a souligné l'excellente coopération avec l'ICOMOS et l'UICN, mais insisté sur le fait que la charge de travail du Secrétariat avait augmenté considérablement alors que le nombre de personnes travaillant pour la mise en œuvre de la Convention était resté constant depuis que celle-ci était devenue opérationnelle. Il a remercié les autorités canadiennes d'avoir mis à la disposition du Secrétariat un expert pendant deux ans.

11. Le Secrétaire a conclu son exposé en mettant l'accent sur les défis auxquels il fallait faire face au début de la deuxième décennie de l'existence de la Convention : son universalité, l'engagement et la mobilisation des Etats parties, notamment par la création de structures nationales pour la mise en œuvre de la Convention. La sensibilisation du public à la sauvegarde du patrimoine mondial.

12. En réponse au rapport du Secrétariat, le Comité a estimé que l'attention du Directeur général devrait être attirée sur la situation du Secrétariat et la nécessité de le renforcer. Le Président du Fonds pour la promotion de la culture et le représentant de l'ALECSO ont réaffirmé, quant à eux, leur offre de coopérer avec le Comité du Patrimoine mondial.

 

Thèmes : Administration, Rapports
Session : 09COM