English Français
Aidez maintenant !

Décisions du Comité

33 COM 7B.100

Sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vézère (France) (C 85)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-09/33.COM/7B.Add,

2. Rappelant la décision 32 COM 7B.88, adoptée à sa 32e session (Québec, 2008),

3. Considère que l'État partie a accompli des progrès en mettant en place des mesures pour renforcer le fonctionnement d'un Comité scientifique international indépendant et en proposant des modifications dans la gouvernance afin de séparer les fonctions administrative et scientifique, et demande que ces mesures soient mises en oeuvre dès que possible ;

4. Note le travail envisagé pour évaluer l'impact des différentes approches palliatives et considère également que le protocole sur les interventions qui a été élaboré devrait être rendu public dans la mesure où il pourrait être utilisé comme un exemple de meilleure pratique pour d'autres biens similaires ;

5. Note également les progrès accomplis dans la communication des détails des travaux et les approches et considère qu'il serait utile d'élaborer une stratégie de communication en vue de garantir une cohérence ;

6. Note en outre avec préoccupation les conclusions de la mission de suivi réactif de mars 2009 sur le bien ;

7. Note également que si, à l'heure actuelle, seules quelques peintures ont été directement touchées, et que l'impact global des diverses éclosions de moisissures sur les peintures n'a pas encore menacé la valeur universelle exceptionnelle et l'intégrité du bien, la situation reste préoccupante ;

8. Reconnaît le bon travail accompli par l'Etat partie et le prie instamment de poursuivre son procesus de recherche et d'atténuation ;

9. Considère par ailleurs, néanmoins, l'extrême urgence du travail entrepris afin d'identifier les approches optimales pour l'attenuation et la recherche visant à documenter et cartographier les conditons climatiques globales de la grotte, comme base pour le développement des mécanismes de contrôle climatique appropriés ;

10. Considère par ailleurs que les interventions devraient être basées sur la prudence et une approche de conservation clairement articulée en l'absence d'autres urgences ;

11. Prie instamment à l'Etat partie de formaliser le nouveau cadre de gestion basé sur une séparation des fonctions administrative et scientifique, et demande également à l'Etat partie de doter le nouveau Comité scientifique international et indépendant des ressources appropriées et invite des représentants de l'ICOMOS et de l'ICCROM à participer à ses réunions ;

12. Demande en outre à l'État partie de continuer à évaluer les causes du problème et les différentes approches pour la conservation, et à élaborer, sur la base des priorités adoptées par le Comité scientifique international, un plan d'action détaillé assorti d'un calendrier pour les trois années à venir;

13. Demande par ailleurs à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2010, un rapport sur l'état de conservation du bien concernant les points susmentionnés et sur les progrès accomplis dans la création du plan d'action susmentionné, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 34e session en 2010.