English Français
Aidez maintenant !

Décisions du Comité

CONF 204 IV.B.22

Baie Shark - Australie occidentale (Australie)

A sa vingt-deuxième session, le Bureau a été informé de la délivrance d’un permis de prospection pétrolière par le gouvernement d’Australie occidentale pour une zone située dans le périmètre du site du patrimoine mondial. L’observateur de l’Australie a assuré le Bureau qu’aucun aménagement ne serait autorisé s’il menaçait les valeurs du patrimoine mondial du site. L’UICN s'est toutefois déclarée préoccupée de l’octroi d’une autorisation de prospection par les gouvernements d'Etat pour des emplacements situés à l'intérieur de zones de patrimoine mondial et elle a appelé à resserrer les liens entre les gouvernements du Commonwealth et d'Etat sur ce point. A sa vingt-deuxième session extraordinaire (Kyoto, 1998), le Bureau a été informé qu'un permis d'exploitation de sel délivré à la Shark Bay Salt Joint Venture (SBSJV) avait provoqué des commentaires du public mais que la coentreprise est située à l'extérieur du bien. Une digue a été construite à l'extérieur de la zone de patrimoine mondial et l'accord pour la construction de la digue a été accordé conformément à la loi sur la protection de l'environnement de 1986. Les travaux de construction ont été réalisés en accord avec les conditions écologiques fixées par le ministère de l'Environnement. Le département de l'Environnement d'Australie occidentale s'est déclaré satisfait de la conformité de la SBSJV aux conditions écologiques fixées pour la phase de construction. Conformément aux conditions écologiques exigées après la construction, la SBSJV, avec l'assistance professionnelle du département de la Conservation et de l'Aménagement du Territoire, a transféré avec succès en haute mer la mégafaune marine qui était retenue derrière la digue. L'UICN a reçu de son Comité national australien un rapport sur l'état de conservation de ce site qu'elle étudie actuellement. Le Bureau a demandé au Centre de transmettre le rapport de l'ACIUCN à l'Etat partie pour étude et il a recommandé que l'UICN fournisse un rapport actualisé sur l'état de conservation de ce site pour la vingt-troisième session du Bureau.

L'UICN a informé le Centre qu'elle avait reçu des informations signalant que les menaces dues à des activités d'exploitation minières existantes et potentielles – telles que l'exploitation minière avec utilisation d'explosifs, l'expansion de l'extraction de sel, les concessions de gypse et l'exploitation des sables minéraux – sont des sujets de préoccupation essentiels pour la conservation de cette zone. Parmi les autres sujets de préoccupation, on peut citer le développement touristique mal adapté, l'accès des visiteurs à des zones écologiques fragiles et la nécessité de mettre au point un plan de gestion d'ensemble du site. L'ACIUCN a établi un processus qui fait intervenir les partenaires concernés pour rédiger la version définitive de son rapport sur l'état de conservation du site.

Le Bureau a demandé à l’UICN de présenter un rapport actualisé sur l’état de conservation de ce site à sa vingt-troisième session extraordinaire, en novembre 1999.

Documents
PDF Document original de la décision
Contexte de la décision
PDF WHC-99/CONF.204/15
Thèmes : Conservation
Etats Parties : Australie
Session : 23BUR