jump to the content

Décisions du Comité

CONF 204 IV.A.10

Parc national de l'Ichkeul (Tunisie)

Le Bureau a rappelé qu'à sa dernière session (juin 1998), tout en étant préoccupé de l’efficience de la réhabilitation du site, il avait engagé l'Etat partie à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer une mise en œuvre rapide et efficace du programme de réhabilitation de l'Ichkeul. Il avait également recommandé l'envoi d'une mission d'experts sur le site. Cette mission était destinée à étudier comme il convient la possibilité de mettre au point un programme de réhabilitation amélioré de l'Ichkeul afin de lui conserver son statut de site du patrimoine mondial et de laisser suffisamment de temps à l'Etat partie pour la mise en œuvre du programme de réhabilitation.

Le Bureau a étudié le document WHC-99/CONF.204/INF.11 présentant le rapport de la mission d'experts de l'UICN, du Secrétariat de la Convention de Ramsar et du Centre qui s'est rendue à l'Ichkeul en février 1999. Le Bureau a noté que les experts ont reconnu l'incertitude de la faisabilité de la réhabilitation de l’Ichkeul dans les conditions qui prévalaient lors de son inscription (1980). Le Bureau a toutefois noté avec satisfaction que l’Etat partie s’est engagé et qu’il fait d’importants efforts pour limiter les menaces qui pèsent sur le site et assurer sa réhabilitation effective en temps voulu. Le Bureau a convenu avec la mission qu'il faudrait baser le suivi de la réhabilitation sur un calendrier raisonnable. Des indicateurs liés tels que la salinité des eaux, la présence d’espèces de plantes importantes pour l’alimentation des oiseaux et le nombre d’oiseaux qui viennent hiverner dans le Parc de l’Ichkeul pourraient fluctuer de manière significative selon les variations annuelles des précipitations et de l’évapotranspiration qui influent sur le niveau des eaux du lac. Le Bureau s'est rallié au point de vue de la mission selon lequel le Comité devrait reporter son avis concernant la faisabilité d’une bonne réhabilitation de l’Ichkeul jusqu’à ce que l’on puisse détecter des améliorations possibles de l’écologie du lac.

L’observateur de la Tunisie a informé le Bureau que trois des six barrages de dérivation des eaux arrivant dans le lac (voir page 12 du document WHC-99/CONF.204/INF.11) ont été arrêtés et que des plans prévoyant la fourniture d'eau douce au lac devraient devenir opérationnels en l'an 2001. L’observateur a approuvé la recommandation de la mission concernant l'allocation d'une structure temporelle plus large pour le suivi écologique de la restauration d'écosystèmes de zones humides tels que ceux de l'Ichkeul. Il a d'autre part fait remarquer que l'on disposait d'un nombre considérable de données pour établir un programme de suivi comme le demandait la mission d'experts, mais que la mise en œuvre d'un programme de suivi aussi rigoureux exigerait une assistance pour le développement des capacités au niveau national.

Le Bureau a invité l'Etat partie à présenter un rapport de situation sur la limitation des menaces pesant sur le site à la vingt-troisième session du Comité, conformément au plan général proposé dans le rapport de la mission d'experts. Ce plan général invitait l’Etat partie à définir les valeurs actuelles et attendues d'un ensemble d'indicateurs, par exemple les niveaux de salinité des eaux, le nombre de spécimens d'une sélection d'espèces menacées d'oiseaux, la disponibilité  des plantes utilisées de préférence par les oiseaux pour se nourrir, etc. Cela pourrait constituer la base d'un programme de suivi sur cinq ans, de 2000 à 2004. L'UICN a souligné que la sélection des paramètres du programme de suivi devaient être en corrélation avec les valeurs qui avaient justifié l'inscription initiale du site sur la Liste du patrimoine mondial en 1980. Le Bureau a recommandé que l'Etat partie entreprenne les études et analyses nécessaires pour développer l'économie de la région, fondée sur le tourisme écologique, et d’autres utilisations de ressources non extractives, afin que la population locale dont les ressources dépendent du pacage du bétail dans les marais de l’Ichkeul puisse disposer de nouveaux moyens d’existence. Le Bureau a recommandé que le Comité maintienne ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Documents
PDF Document original de la décision
Contexte de la décision
PDF WHC-99/CONF.204/15
Thèmes : Conservation
Etats Parties : Tunisie
Session : 23BUR