English Français
Aidez maintenant !

Décisions du Comité

CONF 204 IV.B.17

Sites du patrimoine mondial australien

L'UICN a complété la présentation de son rapport écrit sur l'état de conservation de biens naturels du patrimoine mondial par un rapport présenté verbalement sur les faits nouveaux les plus récents en Australie. L'UICN a rappelé les précédents débats du Bureau et du Comité sur ce qui allait advenir des terrains boisés publics attenants à la Zone de nature sauvage de Tasmanie classée patrimoine mondial et la réponse de l'Etat partie, à l'époque, selon laquelle les questions relatives au patrimoine mondial seraient prises en compte lors des négociations d'un accord régional forestier entre les gouvernements d'Australie et de l'Etat de Tasmanie. Le représentant de l'UICN a déclaré qu'un groupe d'experts du patrimoine mondial avait présenté un rapport aux deux gouvernements en juin 1997 afin de faciliter l'examen des questions concernant le patrimoine mondial. Ce rapport, ainsi que d'importantes bases de données devraient permettre de s'assurer de la disponibilité des informations sur le potentiel de caractéristiques de patrimoine mondial lors de la prise de décisions sur la mise au point de l'accord régional forestier qui doit être achevé pour le 30 juin 1997.

Le Bureau a décidé de féliciter l'Etat partie pour l'approche globale adoptée et de l'inviter à présenter un rapport au Centre sur les résultats concernant le patrimoine mondial pour le 15 octobre 1997.

L'UICN a également fait des commentaires favorables sur la manière dont les valeurs culturelles et naturelles étaient prises en compte dans la préparation d'un nouveau plan de gestion pour le Parc national d'Uluru-Kata Tjuta, ainsi que lors d'un atelier tenu le 16 juin 1997 en présence des Anangu (propriétaires traditionnels et légitimes) et du personnel du Parc sur les implications du statut de patrimoine mondial sur la gestion des visiteurs. Les questions soulevées dans le rapport de l'UICN sur d'autres sites - la Grande Barrière, le Parc national de Kakadu et la Baie Shark, ont fait apparaître un certain nombre de décisions positives, particulièrement celles qui visaient à préserver les habitats Dugong dans la Grande Barrière.

La Déléguée de l'Australie a répondu en détail sur tous ces points soulevés dans le rapport de l'UICN au sujet de l'Australie et elle a suggéré que l'UICN obtienne une réaction officielle du gouvernement australien. Elle s'est également montrée préoccupée du manque de temps pour étudier et répondre au rapport. Elle a demandé de plus amples consultations avec l'Etat partie pour permettre un dialogue sur les questions soulevées. Le Délégué de l'Allemagne a également exprimé sa préoccupation de la présentation tardive du rapport. La Déléguée de l'Australie a assuré le Bureau que l'Etat partie maintiendrait son engagement du respect de l'intégrité de ses sites du patrimoine mondial.

La Présidente a estimé que les points soulevés dans le rapport de l'UICN ne devaient pas être examinés par cette réunion, puisque très souvent les Etats parties n'avaient pas pu étudier les questions soulevées, pour être en mesure d'en vérifier la pertinence et d'y répondre.