English Français
Aidez maintenant !

Décisions du Comité

37 COM 8B.40

Cité antique de Chersonèse Taurique et sa chôra (Ukraine)

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné les documents WHC-13/37.COM/8B et WHC-13/37.COM/INF.8B1,

2.  Notant que l’Etat partie a accepté la révision du nom du bien.

3.  Inscrit la Cité antique de Chersonèse Taurique et sa chôra , Ukraine , à l’exception de l’élément n°7 du site, le cap de Vinogradny, sur la Liste du patrimoine mondial en tant que paysage culturel sur la base des critères (ii) et (v)  ;

4.  Adopte la Déclaration de valeur universelle exceptionnelle suivante :

Brève synthèse

Chersonèse Taurique et sa chôra sont les vestiges d’une cité antique fondée au Ve siècle av. J.-C. en tant qu’établissement colonial grec des Doriens, située sur la péninsule héracléenne, en Crimée du Sud-Ouest. La polis et l’immense chôra de Chersonèse Taurique forment un exemple exceptionnel de paysage culturel antique associant une polis grecque et son arrière-pays agricole, établis dans le cadre des activités de colonisation des IVe et IIIe siècles av. J.-C. Les ruines archéologiques significatives de la cité conservent des vestiges physiques construits entre le Ve siècle av. J.-C. et le XIII e siècle apr. J.-C., organisés dans un plan en damier. L’orientation fondamentale de cette grille orthogonale se prolonge dans le paysage global, où ont été préservés des fragments d’un vaste système de démarcation des terres, composé de 400 parcelles de taille identique sur une zone de 10 000 hectares.

La cité antique de Chersonèse Taurique et sa chôra constituent un exemple exceptionnel de centre périphérique de mouvements de population, qui joua un rôle important de porte vers les régions nord-orientales de la sphère d’influence commerciale grecque, notamment la Crimée et l’État scythe. La cité a maintenu son rôle stratégique sur près de deux millénaires et offre un exemple unique de continuité et de longévité d’un avant-poste marchand reliant les différentes routes commerciales de la mer Noire.

Critère (ii) : Chersonèse Taurique offre un témoignage physique exceptionnel des échanges qui se déroulaient entre les empires grec, romain et byzantin et les populations du nord de la mer Noire. La polis et sa chôra se distinguent en ce qu’elles ont conservé ce rôle de centre d’échange continu d’influences et de brassage des cultures pendant très longtemps et de manière continue sur des millénaires.

Critère (v) : Chersonèse Taurique et sa chôra représentent un paysage agricole relique avec un système de répartition des terres vaste et à certains endroits bien préservé, comptant jadis plus de 400 parcelles de taille égale associées à une polis préservée. Les vestiges des murs de séparation, des fortifications, des corps de ferme et du plan en damier caractéristique traduisent le mode de vie des habitants de la cité et illustrent l’utilisation agricole et la pérennité du paysage en dépit des changements ultérieurs à la production.

Intégrité

Les six éléments du bien incluent l’intégralité de la polis antique de Chersonèse Taurique ainsi que des fragments de sa chôra. Près de la moitié de cette dernière a en effet été perdue au profit du développement urbain et seules de petites parties de ce qui subsiste ont pour le moment été inscrites. Cette sélection offre un aperçu suffisant du paysage de la chôra, mais l’expansion future du bien pour inclure d’autres segments de la chôra serait souhaitable et renforcerait l’intégrité du bien.

L’impact du développement urbain sur l’environnement de la chôra est significatif et l’intégrité du paysage global est fragile et nécessite des mécanismes de protection et de planification solides et cohérents pour éviter qu’il y ait de nouveau des impacts négatifs de développements urbains ou infrastructurels qui ne respectent pas le patrimoine. De même, la cité de Chersonèse Taurique a connu des développements significatifs au caractère intrusif ; pour certains d’entre eux, engagement a été pris de les déplacer.

Authenticité

L’authenticité des matériaux, de la conception et de la substance est bonne pour les vestiges archéologiques de la polis et de la chôra. Environ 10 des 40 hectares du site de Chersonèse Taurique ont fait l’objet de fouilles qui ont apporté une bonne compréhension de l’histoire et du développement de la ville. La chôra a fait l’objet d’un moins grand nombre de fouilles mais sa structure et son organisation sont néanmoins bien comprises. Aucun projet de restauration ou de conservation majeur n’a été mené, à l’exception de quelques cas d’anastylose, ce qui a permis de conserver un degré élevé d’authenticité des matériaux et de la substance. L’authenticité de la forme et de la conception est bien préservée dans son rapport au tracé urbain et à la division parcellaire de la chôra.

L’authenticité de l’environnement et du lieu a été partiellement touchée, essentiellement par les structures du XXe siècle qui ont détruit des parties de la cité antique mais aussi par des empiétements urbains et des projets d’infrastructures à proximité des sites de la chôra. Leur impact devrait être réduit dans toute la mesure possible, en retirant le yacht club et les structures associées de leur lieu actuel et en intégrant mieux la cathédrale dans le site archéologique.

Mesures de gestion et de protection

Le bien bénéficie du plus haut niveau de protection nationale en vertu de la loi ukrainienne sur la protection du patrimoine culturel (n° 2518-VI du 9 septembre 2010). Ce statut interdit au sein des délimitations toute activité susceptible de porter atteinte à l’état de préservation, ainsi que l’utilisation de sites du patrimoine culturel et de monuments classés. Un projet récemment lancé, baptisé « Délimitations et régimes d’occupation des sols des zones protégées des monuments de la Réserve nationale de Chersonèse Taurique sur le territoire de la péninsule héracléenne dans la ville de Sébastopol », vise à intégrer un concept de zonage et de protection plus élaboré dans le plan directeur d'aménagement, ce qui renforcerait le statut de protection du paysage étendu de la chôra. L’adoption officielle du projet devrait être une priorité.

L’autorité responsable de la gestion du bien est la Réserve nationale de Chersonèse Taurique, qui a été mandatée en tant qu’agence de gestion par le ministère de la Culture. Les principaux défis de la protection du bien sont l’érosion, notamment côtière, l’établissement de mesures de sécurité appropriées sur tous les éléments du site, et le développement urbain. Le développement urbain a par le passé été et demeure un risque prépondérant, la ville de Sébastopol étant située tout près des sites archéologiques et continuant de s’étendre. Une expansion urbaine inappropriée porterait atteinte à l’intégrité déjà fragile du paysage archéologique. D’importants travaux sont en cours pour intégrer le paysage archéologique dans le système global d’occupation des sols et de protection. Ceux-ci doivent être finalisés dans le but de couvrir une zone plus vaste, au-delà des zones de protection actuellement désignées et des zones de protection du paysage. La future inclusion de ces caractéristiques à travers des extensions des délimitations du bien assurerait la protection du paysage relique de la chôra de Chersonèse dans son contexte global.

Un plan de gestion révisé qui devrait être terminé mi-2013 devrait être officiellement adopté et la priorité en matière de gestion devrait porter sur les besoins de conservation. Compte tenu du mauvais état de conservation des ruines de la ville de Chersonèse Taurique, dont certaines sont très abîmées voire proches de s’effondrer, les ressources budgétaires doivent être augmentées afin de répondre aux besoins urgents de conservation et de sécurité. Une priorité budgétaire claire doit être accordée à la conservation et à la sécurité des visiteurs plutôt qu’à l’interprétation et autres projets touristiques.

5.  Recommande que l’État partie prenne en considération les points suivants :

a)  finaliser et adopter officiellement le plan de gestion, y compris des stratégies d’interprétation, de gestion des visiteurs et des risques,

b)  approuver le projet concernant la révision des délimitations et les régimes d’occupation des sols et l’intégration des zones de protection proposées dans le plan directeur d'aménagement et de zonage municipal,

c)  lancer immédiatement des mesures de conservation et de stabilisation pour les sections les plus fragiles des vestiges archéologiques exposés afin d’éviter leur effondrement et leur désintégration,

d)  mettre à disposition des ressources financières appropriées pour un programme de conservation et de gestion à moyen terme du site,

e)  developper un calendrier et un plan pour le déplacement du yacht club et un plan de coopération avec les autorités ecclésiastiques, visant à une meilleure intégration de l’utilisation et des activités de l’église au sein du site archéologique,

f)   fournir un aperçu des possibles extensions ultérieures du paysage du bien et de son expansion prévue conformément au paragraphe 139 des Orientations  ;

g)  étudier le paysage plus large de la chôra à l’aide de techniques de télédétection non destructives, pour parvenir à une meilleure compréhension de l’étendue et de la signification des autres éléments de la chôra,

h)  lancer des études archéologiques subaquatiques de la baie portuaire de Chersonèse Taurique pour mieux connaître l’étendue et la signification des structures des quais ;

6.  Demande à l’État partie de soumettre, d’ici au 1er février 2015 , un rapport au Centre du patrimoine mondial exposant les progrès réalisés dans la mise en œuvre des demandes et des recommandations susmentionnées, qui sera étudié par le Comité du patrimoine mondial à sa 39e session en 2015 ;

7.  Encourage les États parties à mettre en œuvre une coopération internationale afin d’aider à financer les besoins en conservation les plus urgents. 

Thèmes : Inscriptions sur la Liste du patrimoine mondial, Valeur universelle exceptionnelle
Etats Parties : Ukraine
Session : 37COM