jump to the content

Décisions du Comité

37 COM 8B.37

Terkvas en bois de la région des Carpates en Pologne et en Ukraine (Pologne / Ukraine)

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné les documents WHC-13/37.COM/8B et WHC-13/37.COM/INF.8B1,

2.  Inscrit les Tserkvas en bois de la région des Carpates en Pologne et en Ukraine, Pologne / Ukraine , sur la Liste du patrimoine mondial sur la base des critères (iii) et (iv)  ;

3.  Adopte la Déclaration de valeur universelle exceptionnelle suivante :

Brève synthèse

Située aux confins orientaux de l’Europe centrale, dans la région des montagnes des Carpates de Pologne et d’Ukraine, les seize tserkvas (églises) en bois sont des exemples exceptionnels de ce qui fut une tradition ecclésiastique orthodoxe de construction en bois répandue dans les pays slaves qui survit à ce jour. Les formes architecturales des tserkvas, avec leur plan en trois parties, leurs dômes pyramidaux, leurs coupoles et leurs clochers, respectent les exigences de la liturgie orientale tout en reflétant les traditions culturelles des communautés locales qui se sont développées séparément en raison du terrain montagneux. Elles comprennent les styles Hutsul au sud-est des Carpates ukrainiennes à Nyzhniy Verbizh et Yasynia ; les styles Halych dans les Carpates du Nord de chaque côté de la frontière polono-ukrainienne à Rohatyn, Drohobych, Zhovkva, Potelych, Radruż et Chotyniec ; les styles Boyko des deux côtés de la frontière polono-ukrainienne, près de la frontière slovaque, à Smolnik, Uzhok et Matkiv, et les styles Lemko de l’Ouest dans les Carpates occidentales polonaises à Powroźnik, Brunary Wyźne, Owczary, Kwiatoń et Turzańsk. Construites selon la technique des rondins de bois disposés horizontalement avec des assemblages d’angle élaborés et manifestant des compétences en charpenterie et des solutions structurelles exceptionnelles, les tserkvas étaient construites sur des soubassements en bois posés sur des fondations en pierre, avec des bardeaux de bois couvrant les toits et les murs. Les tserkvas et leurs cimetières associés, ainsi que parfois des clochers indépendants, sont clos par des murs d’enceinte ou des barrières avec des portes et entourés d’arbres.

Critère (iii) : Les tserkvas apportent un témoignage exceptionnel sur une tradition de construction ecclésiastique orthodoxe distincte, qui est ancrée dans les traditions dominantes de l’Église orthodoxe entremêlées avec le langage architectural local. Les structures architecturales, conceptions et motifs décoratifs sont caractéristiques des traditions culturelles des communautés locales de la région des Carpates et illustrent une multiplicité de références symboliques et de significations sacrées liées aux traditions.

Critère (iv)  : Les tserkvas sont un exemple exceptionnel d’un groupe d’édifices construits selon un type de construction en rondins de bois traditionnel qui représente une période historique importante de la conception architecturale dans la région des Carpates. Sur la base des traditions de construction à usage ecclésiastique orthodoxe, qui étaient adaptées aux traditions culturelles locales, les tserkvas, dans leur évolution entre le XVIe et le XIXe siècle, reflètent les références sacrées des communautés locales.

Intégrité

Tous les éléments nécessaires pour exprimer la valeur des biens sont inclus dans les délimitations, dont le mur ou la barrière d’enceinte et ses portes et, le cas échéant, le clocher, le cimetière et les bâtiments annexes. Les édifices ne sont pas menacés par le développement ou l’abandon. Toutefois, une attention particulière est requise concernant l’emplacement des parcs de stationnement, car l’intégrité des biens et les vues importantes depuis et sur ceux-ci sont encore bien préservées. Les murs ou les barrières d’enceinte avec les arbres qui les bordent forment une zone clairement reconnaissable ou un point de repère.

Authenticité

Les biens sont considérés comme authentiques du point de vue du lieu et de l’environnement, de l’utilisation et de la fonction (treize tserkvas sont encore utilisées comme églises, les trois autres, Radruż, Rohatyn et Drohobych, conservées en l’état, sont devenues des musées). De même, l’authenticité des matériaux reste élevée car les structures en bois ont été soigneusement réparées au fil des ans selon les méthodes traditionnelles. Les œuvres d’art ont un haut degré d’authenticité, les revêtements extérieurs en bois des toits et des murs, qui doivent être remplacés tous les 20 à 30 ans, ont dans la plupart des cas été restaurés de manière appropriée. Étant donné que le remplacement périodique des revêtements des murs fait partie des programmes d’entretien régulier, la transmission des connaissances techniques en matière de techniques et de fabrication est une exigence essentielle pour la préservation à l’avenir de l’authenticité des techniques de fabrication et d’entretien. Presque toutes les tserkvas conservent leurs portes et leurs dispositifs de fermeture d’origine, avec des inscriptions sur les linteaux indiquant la date de construction et le nom des charpentiers.

Mesures de gestion et de protection

Tous les biens proposés pour inscription en Pologne sont protégés au niveau le plus haut par l’inscription au Registre du patrimoine national dans le cadre de la Loi sur la préservation et la protection des monuments historiques (2003). En Ukraine, tous les biens proposés pour inscription sont protégés au plus haut niveau par l’inscription sur le Registre d’État des monuments historiques immobiliers dans le cadre de la Loi sur la protection du patrimoine culturel (2000). Les biens et les zones tampons seront reconnus et protégés dans les plans locaux et des districts concernés de développement / d’utilisation des sols.

La gestion du bien en série sera coordonnée par un Comité directeur agissant pour le compte des ministres de la Culture des deux pays et qui travaillera avec les administrateurs des tserkvas afin d’assurer leur conservation et d’organiser des formations. Des experts dans divers domaines seront invités à des réunions avec le Comité directeur, qui est également tenu d’inviter les propriétaires et les conservateurs des biens ainsi que les autorités ecclésiastiques et séculaires à participer à cette coopération avec les autorités régionales et locales et les services de restauration. Le Comité directeur contrôlera les plans d’occupation des sols/de développement en coopération avec les autorités locales. À la place de plans de gestion individuels, le Comité directeur supervisera aussi toutes les questions relatives au maintien de la valeur des biens ; à l’entretien de leur état physique et à l’élimination des menaces potentielles, notamment la restriction dans les plans d’occupation des sols du développement dans le voisinage immédiat des biens et leur zone tampon. Ces restrictions sont essentielles dans certains cas et les États parties se sont engagés à établir des mécanismes de protection appropriés dans tous les plans de développement et d’utilisation des sols concernés. L’optimisation de l’accessibilité touristique notamment à travers la construction d’installations et de parcs de stationnement doit être soigneusement planifiée afin de ne pas compromettre l’intégrité des éléments constitutifs du bien et les vues importantes depuis et sur ceux-ci, et la prévention des risques, entre autres contre les incendies et les inondations, doit être solide à tout moment afin de prévenir les effets négatifs en cas de catastrophe.

4.  Recommande que les États parties prennent en considération les points suivants :

a)  s’assurer que tous les plans de développement et d’utilisation des sols locaux et relevant des districts reconnaissent et fournissent une protection spécifique pour les biens proposés pour inscription et les zones tampons afin de fournir une protection à tous les niveaux et de prévenir tout impact négatif des développements futurs,

b)  finaliser l’établissement du Comité directeur global conformément aux Orientations devant guider la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial, paragraphe 114, et au calendrier fourni par les États parties. 

Thèmes : Inscriptions sur la Liste du patrimoine mondial, Valeur universelle exceptionnelle
Etats Parties : Pologne Ukraine
Session : 37COM