jump to the content

Décisions du Comité

37 COM 8B.32

Station baleinière basque de Red Bay (Canada)

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné les documents WHC-13/37.COM/8B, WHC-13/37.COM/INF.8B1 et WHC-13/37.COM/INF.8B4,

2.  Inscrit la Station baleinière basque de Red Bay , Canada , sur la Liste du patrimoine mondial sur la base des critères (iii) et (iv)  ;

3.  Adopte la Déclaration de valeur universelle exceptionnelle suivante :

Brève synthèse

Situé au nord-est du Canada, dans le Labrador, sur les rives du détroit de Belle Isle, Red Bay présente une implantation maritime arctique des marins basques au XVIe siècle. C’est le témoignage archéologique le plus ancien, le plus complet et le mieux conservé d’une station baleinière préindustrielle. Elle permettait d’organiser la chasse côtière estivale des baleines, leur dépeçage, puis l’extraction de l’huile et son stockage. Vendue en Europe, elle était principalement destinée à l’éclairage. Le bien comprend des vestiges de fourneaux à huile, d’ateliers de tonnellerie, de wharf, d’habitat et de cimetière, ainsi que des épaves subaquatiques de bateaux et les restes osseux des baleines.

Critère (iii)  : La Station baleinière basque de Red Bay offre un exemple exceptionnel de la tradition de la chasse à la baleine établie par les Basques au XVIe siècle pour la production d’huile et son commerce en Europe. Par la diversité de ses vestiges archéologiques, c’est la station baleinière de ce type la plus étendue, la mieux conservée et la plus complète.

Critère (i v)  : La Station baleinière basque de Red Bay offre un ensemble pleinement intelligible d’éléments archéologiques illustrant la mise en place d’un processus proto-industriel de production quantitative d’huile de baleine, durant le XVIe siècle.

Intégrité

Le bien comprend tous les éléments tant terrestres que subaquatiques qui illustrent toutes les grandes phases du processus de la chasse à la baleine. Les différents attributs du bien sont globalement bien conservés et leurs relations territoriales restent inscrites et lisibles dans le paysage. Ils expriment donc convenablement la valeur universelle exceptionnelle du bien ; mais, peu visibles, une politique active et approfondie d’interprétation est nécessaire. La connaissance du système sociotechnique mis en œuvre est suffisante pour pouvoir pleinement interpréter l’ensemble des vestiges conservés à Red Bay.

Authenticité

Les différents attributs constitutifs du bien présentent une authenticité indiscutable, ainsi que le paysage général autour du village actuel de Red Bay. Toutefois, l’authenticité perçue par un visiteur reste limitée à l’impression paysagère du fait que les attributs matériels sont recouverts, ce qui est justifié par les impératifs de la conservation. Le centre d’interprétation est essentiel à la compréhension du site et de son authenticité.

Mesures de gestion et de protection

Red Bay a été classé Lieu historique national du Canada en 1979. Le système de gestion et de protection du bien est en place, de longue date ; il est efficace et les compétences de chacun des acteurs sont bien identifiées. Le Comité de gestion a été institué dans la suite de la rédaction du dossier de proposition d’inscription, entre les quatre partenaires institutionnels de la gestion du bien. Le Plan de gestion du Lieu historique national du Canada de Red Bay s’articule avec le Plan de gestion de la station baleinière de Red Bay qui réunit l’ensemble des partenaires de la gestion du bien. La protection actuelle du bien, après une intense phase de recherches archéologiques dans les années 1970-1990, est assurée par un recouvrement stable des vestiges tant terrestres que maritimes. La gestion actuelle est donc un suivi de l’état de conservation et un développement des structures d’interprétation et d’accueil des visiteurs.

4.  Recommande que l’État partie prenne en considération les points suivants :

a)  informer le Comité du patrimoine mondial de tout projet agricole ou minier qui surviendrait éventuellement dans l’environnement du bien et qui serait susceptible d’avoir un impact visuel négatif sur celui-ci, conformément au paragraphe 172 des Orientations devant guider la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial ,

b)  améliorer et approfondir l’interprétation du site pour les visiteurs, compte tenu du caractère peu explicite des vestiges conservés à terre et dans la baie.

Thèmes : Inscriptions sur la Liste du patrimoine mondial, Valeur universelle exceptionnelle
Etats Parties : Canada
Session : 37COM