English Français
Aidez maintenant !

Décisions du Comité

37 COM 8B.16

Réserve de biosphère El Pinacate et le Grand désert d’Altar (Mexique)

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné les documents WHC-13/37.COM/8B et WHC-13/37.COM/INF.8B2,

2.  Inscrit la Réserve de biosphère El Pinacate et le Grand désert d’Altar, Mexique , sur la Liste du patrimoine mondial sur la base des critères (vii), (viii) et (x)  ;

3.  Adopte la Déclaration de valeur universelle exceptionnelle suivante :

Brève synthèse

La Réserve de biosphère El Pinacate et le Grand désert d’Altar (RBEPGDA) se trouve dans le désert de Sonora qui est l’un des quatre grands déserts nord-américains avec le désert de Chihuahua, le Great Basin Desert et le désert de Mojave. La RBEPGDA a une superficie de 714.566 hectares ainsi qu’une zone tampon de 354.871 hectares. C’est une aire protégée vaste et relativement peu perturbée qui comprend deux types de paysages très distincts. À l’est, il y a une zone volcanique dormante d’environ 200.000 ha, formée du bouclier de Pinacate avec de vastes coulées de laves rouges et noires et un pavement désertique. Le bouclier volcanique possède une large gamme de phénomènes volcaniques et de formations géologiques, y compris un petit volcan de type bouclier. La caractéristique la plus frappante du point de vue visuel est la concentration de 10 maars (cratères volcaniques d’explosion) énormes, profonds et presque parfaitement circulaires.

À l’ouest, vers le delta du Colorado et au sud, vers le golfe de Californie, se trouve le Grand désert d’Altar, le plus grand champ de dunes de sable actives et le seul erg actif d’Amérique du Nord. Les dunes peuvent atteindre 200 mètres de haut et se déclinent en une diversité de types. Elles proviennent de sédiments issus du delta voisin du Colorado et de sources locales. Il y a, en outre, plusieurs massifs de granit arides de 300 à 650 m de haut, émergeant comme des îles sur les plaines désertiques sableuses, qui sont une autre caractéristique paysagère remarquable avec des communautés distinctes de plantes et d’animaux.

La diversité des paysages se traduit par une diversité d’habitats extraordinaire. La variété des formes de vie, à l’intérieur de nombreux taxons différents, est notable par les nombreuses espèces endémiques du désert de Sonora ou plus localement inféodées à certains secteurs du bien. Toutes présentent des adaptations sophistiquées du point de vue physiologique et comportemental à des conditions environnementales extrêmes. L’écosystème désertique subtropical abriterait plus de 540 espèces de plantes vasculaires, 44 espèces de mammifères, plus de 200 espèces d’oiseaux, plus de 40 espèces de reptiles ainsi que plusieurs amphibiens et même deux espèces endémiques de poissons d’eau douce.

Critère (vii) : Le bien présente une association spectaculaire de formes de relief du désert, comprenant à la fois des systèmes volcaniques et des systèmes dunaires comme caractéristiques dominantes. Le bouclier volcanique du bien illustre une large gamme de phénomènes volcaniques et de formations géologiques, y compris un petit volcan de type bouclier. Les caractéristiques les plus visuellement frappantes sont la concentration de 10 énormes maars profonds et presque parfaitement circulaires, qui seraient nés d’une association d’éruptions et d’effondrements. Le bien est exceptionnel sur le plan visuel grâce au contraste saisissant entre les zones de couleur sombre constituées par un bouclier volcanique, des cratères spectaculaires et des coulées de lave, et une immense mer de dunes. Les dunes peuvent atteindre 200 mètres de haut et contiennent des dunes linéaires, des dunes en étoile et des dunes à coupole aux formes et aux couleurs fortement contrastées et en évolution constante. Outre ces caractéristiques dominantes, il y a plusieurs massifs granitiques arides de 300 à 650 m de haut, émergeant comme des îles sur les étendues désertiques sableuses. L’association de toutes ces caractéristiques donne un paysage désertique visuellement époustouflant et extrêmement divers.

Critère (viii) : Le relief volcanique et désertique du bien offre une association exceptionnelle de caractéristiques de grand intérêt scientifique. On considère que la vaste mer de dunes de sable qui entoure le bouclier volcanique est le système dunaire le plus vaste et le plus actif d’Amérique du Nord. Il comprend une gamme diverse de dunes pratiquement non perturbées et des dunes spectaculaires de très grande taille en forme d’étoile que l’on trouve à la fois de façon isolée et en longues crêtes pouvant atteindre 48 km de long. Les affleurements volcaniques apportent des valeurs géologiques complémentaires importantes et le milieu désertique assure un cadre spectaculaire à toute une série de grands cratères impressionnants et plus de 400 cônes de cendres, coulées de lave et tunnels de lave. L’association des caractéristiques des sciences de la Terre constitue un laboratoire impressionnant pour les études géologiques et géomorphologiques.

Critère (x) : La mosaïque extrêmement diverse d’habitats abrite des communautés complexes et une diversité étonnamment élevée d’espèces appartenant à de nombreux groupes taxonomiques de la flore et de la faune. Plus de 540 espèces de plantes vasculaires, 44 de mammifères, plus de 200 espèces d’oiseaux et plus de 40 de reptiles habitent ce désert apparemment inhospitalier. La diversité des insectes est élevée même si elle n’est pas totalement décrite. On trouve plusieurs espèces de plantes et d’animaux endémiques, y compris deux espèces de poissons d’eau douce. Une plante endémique locale est inféodée à une petite partie du bouclier volcanique au sein de l’aire protégée. On trouve dans le bien de vastes grottes de maternité pour la chauve-souris Leptonycteris yerbabuenae migratrice qui est un polinisateur important et un vecteur de dispersion des graines. Parmi les espèces remarquables, il y a l’antilocapre du Sonora, une espèce endémique limitée au sud-ouest de l’Arizona et au nord-ouest du Sonora et menacée d’extinction.

Intégrité

La Réserve de biosphère El Pinacate et le Grand désert d’Altar est relativement non perturbée et dotée d’une intégrité physique extrêmement élevée liée aux conditions environnementales rigoureuses. Il y a un nombre limité de terres privées (ejidos) à l’intérieur du bien mais celui-ci est entièrement placé sous l’autorité de l’Agence fédérale pour les aires protégées (CONANP).

Mesures de gestion et de protection

Le bien possède un cadre juridique efficace et dûment appliqué et sa gestion est bien soutenue du point de vue des ressources humaines et financières. La gestion du bien est guidée par un plan de gestion à long terme soutenu par des plans opérationnels annuels dont l’application bénéficie de l’appui des gouvernements locaux, des ONG et des peuples autochtones. Les révisions futures du plan de gestion en vigueur devraient examiner des moyens de maintenir et de renforcer les valeurs universelles exceptionnelles et les conditions d’intégrité du bien. Elles devraient aussi proposer de nouvelles options et de nouveaux mécanismes pour garantir la viabilité financière requise pour une gestion efficace du bien à long terme. En outre, le plan de gestion devrait établir des mécanismes améliorés permettant de faire participer efficacement les peuples autochtones à la planification et à la gestion du bien.

Il serait bon d’accorder une attention spéciale aux impacts indirects du développement touristique voisin, y compris de l’augmentation de la circulation qui crée des perturbations écologiques, des déchets et des accidents avec les animaux sauvages sur les routes, afin d’éviter ces effets. Surtout, le tourisme peut créer des pressions en faveur de l’élargissement de l’infrastructure routière existante, ce qui pourrait faciliter les points d’entrée pour les espèces exotiques envahissantes. L’impact accru des véhicules tout‑terrain a été observé appelant à un suivi et à une application efficace des lois dans la réserve. Toutefois, le problème de gestion à long terme le plus critique consiste à traiter les problèmes issus de la consommation d’eau liée au tourisme.

La protection et la gestion à long terme du bien comprennent aussi la nécessité d’atténuer le plus possible les impacts des routes existantes ou proposées ; d’assurer une application efficace des mesures afin d’éviter toute nouvelle perte de ressources en eau déjà rares ; de maintenir et de renforcer la connectivité écologique afin de tamponner les effets du changement climatique et de contrôler et éradiquer efficacement les espèces exotiques envahissantes. La coopération transfrontière, en vue de maintenir et de renforcer la gestion du bien, est essentielle de sorte que l’établissement officiel d’une aire protégée transfrontalière avec les aires protégées connexes des États-Unis est hautement recommandé.

4.  Félicite l’État partie pour sa décision de ne pas installer d’infrastructure de transport électrique le long de la côte afin de conserver l’intégrité visuelle de la région et demande à l’État partie d’appliquer les plus hautes normes environnementales dans le corridor alternatif, dans la partie nord du bien ;

5.  Demande  à l’État partie de veiller à l’application pleine et entière des obligations d’évaluation d’impact sur l’environnement concernant l’expansion en cours de la Route 2 ;

6.  Encourage l’État partie à envisager l’expansion future du bien pour inclure le Site Ramsar adjacent de Bahia de Adair ;

7.  Encourage également les États parties, Mexique et États-Unis d’Amérique, à renforcer leur coopération en matière de conservation et de gestion de l’écosystème du grand désert du Sonora qu’ils partagent en s’appuyant sur les accords existants et les relations de travail à tous les niveaux, ce qui pourrait éventuellement conduire à la création officielle d’une aire protégée transfrontalière ;

8.  Encourage en outre les États parties, Mexique et États-Unis d’Amérique, à coopérer pour sauver l’antilocapre du Sonora d’une extinction possible ;

9.  Encourage par ailleurs l’État partie et l’État partie voisin, États-Unis d’Amérique, à examiner pleinement toutes les préoccupations environnementales dans les activités de maintien de la sécurité le long de la frontière internationale qui forme les limites septentrionales du bien.

Thèmes : Inscriptions sur la Liste du patrimoine mondial, Valeur universelle exceptionnelle
Etats Parties : Mexique
Session : 37COM