English Français
Aidez maintenant !

Décisions du Comité

36 COM 8B.40

Biens culturels - Fermes décorées de Hälsingland (Suède)

Le Comité du patrimoine mondial,

1.    Ayant examiné les documents WHC-12/36.COM/8B et WHC-12/36.COM/INF.8B,

2.    Inscrit les Fermes décorées de Hälsingland, Suède, sur la Liste du patrimoine mondial sur la base du critère (v) ;  

3.    Adopte la Déclaration de Valeur universelle exceptionnelle suivante :

Brève synthèse

Dans une zone relativement petite du nord-est de la Suède, bordant le golfe de Botnie et dénommée Hälsingland, se trouve une concentration de fermes en bois richement décorées avec leurs dépendances, reflétant l’apogée de la prospérité que connut ce paysage agricole au XIXe siècle et le statut social de ses fermiers.

Sept grands corps de ferme en bois aux intérieurs richement décorés, parmi une concentration de plus d’un millier de structures en bois subsistantes, datant pour la plupart des XVIIIe et XIXe siècles, dans la région de Hälsingland, reflètent une tradition de construction en bois qui trouve son origine au Moyen Âge (XIIe-XVIe siècle).

Les fermes, nichées au creux de longues vallées fertiles dans le paysage boisé de la taïga, illustrent la prospérité des fermiers indépendants qui utilisaient l’excédent économique de l’exploitation du lin et du bois pour construire d’imposantes nouvelles demeures, avec des bâtisses entières ou des enfilades de salles uniquement réservées aux fêtes. Les propriétaires passaient commande à des artistes de Hälsingland ou à des peintres itinérants venus de la province voisine de Dalécarlie pour décorer richement leurs intérieurs afin de refléter leur statut social. Ces maisons décorées allient l’architecture locale et les traditions artistiques populaires locales d’une manière très distinctive, que l’on peut considérer comme l’épanouissement final d’une culture populaire profondément enracinée en Europe du Nord-Ouest.

Les sept fermes sont dispersées sur une zone de 100 km de l’est à l’ouest et de 50 km du nord au sud. Six d’entre elles se trouvent dans la province de Hälsingland et une septième juste de l’autre côté de la frontière avec la province de Dalécarlie – bien que cette zone ait appartenu au Hälsingland sur le plan culturel dans les années 1800.

Les fermes se distinguaient tout particulièrement soit par une maison séparée, une Herrstuga, soit par une succession de salles dans la maison principale, qui étaient réservées aux festivités, aux grandes occasions ou aux assemblées, et rarement utilisées le reste de l’année. Ces salles étaient en règle générale les plus richement décorées de la ferme. Les décorations consistaient en peintures sur toiles ou textile fixées au mur ou directement réalisées sur les plafonds ou les murs en bois, certaines exécutées au XIXe siècle par des peintres itinérants venus de la région voisine de Dalécarlie, et connues sous le nom de peintures dalécarliennes. Les sujets étaient souvent bibliques, mais les personnages étaient peints à la dernière mode de leur époque. Le style de peinture est une fusion d’art populaire et de styles contemporains prisés par l’aristocratie terrienne, tels que le baroque, le rococo et le style gustavien.

Les sept fermes sont la ferme de Kristofers, Stene, Järvsö, la ferme de Gästgivars, Vallstabyn, la ferme de Pallars, Långhed, la ferme de Jon-Lars, Långhed, la ferme de Bortom åa, Gammelgården, la ferme de Bommars, Letsbo, Ljusdal et la ferme d’Erik-Anders, village d’Askesta, Söderala. Toutes ont plusieurs salles décorées pour accueillir des festivités (entre quatre et dix), des dépendances quasiment intactes, et sont implantées dans un contexte paysager apte à refléter leur fonction agricole.

Critère (v) : les grandes fermes impressionnantes du Hälsingland avec leurs salles richement décorées pour les festivités, reflètent l’extraordinaire tradition associant construction en bois et art populaire, la richesse et le statut social des fermiers indépendants qui les ont construites, et l’épanouissement final d’une longue tradition culturelle en Hälsingland.

Intégrité

Chacune des sept fermes contribue fortement à la valeur universelle exceptionnelle globale du bien en ce qu’elle affiche des salles des fêtes très décorées dans des bâtiments en bois, dans le contexte global d’une ferme et d’un paysage ouvert reflétant ses origines agricoles. Chaque ferme reflète aussi des aspects légèrement différents de la façon dont les corps de ferme intégraient des salles pour les fêtes et les types de décorations appliquées par différents artistes. Associés, les sept sites présentent tous les attributs de la valeur universelle exceptionnelle.

Aucun des attributs ne peut être considéré comme vulnérable.

Authenticité

Toutes les fermes ont été choisies pour montrer la relation entre les salles des fêtes et le reste de la ferme, pour leur bon état de conservation et pour leur capacité à illustrer toute la palette des réponses architecturales et décoratives.

Associés, les sept composantes peuvent prétendre inclure tous les attributs nécessaires pour exprimer pleinement et fidèlement la valeur universelle exceptionnelle. Les réparations et la restauration des éléments individuels ont été entreprises par des professionnels qualifiés, utilisant essentiellement des matériaux et des techniques traditionnels. Seule exception, le toit des habitations et des bâtiments d’exploitation, où le matériau de couverture traditionnel a été remplacé par des matériaux plus modernes afin de garantir la protection des salles décorées. Dans quelques très rares cas, les décorations murales ont été reconstruites, mais cela ne concerne pas les principales salles décorées entre 1800 et 1870. Cinq des sites sont toujours directement associés à des activités agricoles. Les exceptions sont Gästgivars et Bortom åa, mais ceux-ci conservent leur environnement agricole.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Toutes les composantes du bien sont protégées en tant que bâtiments du patrimoine culturel en vertu de la loi sur le patrimoine culturel de 1988, ce qui assure une protection du bâti et des intérieurs décorés.

Toutes les zones tampons, sauf Bommars, ont été désignées comme zones d’intérêt national pour la conservation de l’environnement culturel sous le code de l’Environnement, 1988. Celle de Bommars a besoin d’être étendue afin d’englober le paysage manifeste du village et a besoin de recevoir une protection nationale.

Pour toutes les zones tampons, des mesures de protection spéciales ont été mises en place en vertu de la loi d’urbanisme et de construction de 1987. Celles-ci permettent de demander des permis de construire même lorsqu’ils ne sont pas obligatoires. Les mesures de protection offertes par la zone tampon sont incluses dans les plans municipaux. Toutes les municipalités ont assuré que toutes les mesures à leur disposition seraient mises en œuvre pour protéger les zones contre un développement inapproprié.

Tous les composantes du bien sauf une sont des propriétés privées. Les ressources et les compétences requises pour l’entretien courant, la préservation des bâtiments et le maintien des pratiques agricoles vivantes dépendent essentiellement des propriétaires privés. Comme il existe une longue tradition d’artisanat local à Hälsingland, cette protection traditionnelle fonctionne bien.

La gestion d’ensemble de la série est assurée par un Comité de gestion du patrimoine mondial. Il est composé de propriétaires des fermes et des autorités ayant une responsabilité de supervision (le Conseil d’administration du comté et les municipalités) ainsi que d’autres acteurs qui ont un intérêt matériel dans le développement et l’existence continue du bien, tels que les musées locaux et comtaux, l’agence de développement local et l’Université de Gävle. Les partenaires dans le comité de gestion prendront des décisions quant aux mesures de protection des valeurs du bien, en conformité avec la législation suédoise. Le comité de gestion fonctionne également comme un forum pour soulever des questions importantes et actuelles relatives à la conservation et à la préservation, aux initiatives éducatives, au développement durable ainsi qu’à la participation et à la collaboration.

Le comité fait rapport annuellement au conseil d’administration du patrimoine national.

Le plan de gestion du bien définit des objectifs généraux et des domaines de travail prioritaire. Le plan de gestion attend l’approbation du gouverneur du comté. Le plan de gestion sera mis en œuvre par le comité de gestion du patrimoine mondial et aura pour facilitateur un coordinateur du patrimoine mondial.

La valeur des sept maisons s’exprime dans les moindres détails des intérieurs décorés. Bien que l’état de conservation des décorations soit actuellement bon, il importe de référencer l’état actuel et de documenter l’historique de la conservation afin d’étayer le suivi futur.

La plus grande menace pesant sur les sept composantes du bien est le feu et il y a un besoin urgent de mettre en place des politiques de protection anti-incendie pour toutes les composantes, dans le cadre de politiques de réponse d’urgence globale. Ce processus a d’ores et déjà commencé et donnera lieu à un décret dans le courant de 2012.

4.    Demande à l’État partie de soumettre un plan révisé pour une zone tampon étendue des Bommars ;

5.    Recommande que l’État partie prenne en considération les points suivants :

a)   prêter une attention toute particulière à l’expansion et à l’emplacement des turbines éoliennes, qui pourraient avoir un impact préjudiciable sur l’échelle et l’ouverture de l’environnement paysager,

b)   renforcer la documentation de l’historique de la conservation pour chaque composante du bien et ajouter cet objectif dans le plan de gestion.

Thèmes : Inscriptions sur la Liste du patrimoine mondial, Valeur universelle exceptionnelle
Etats Parties : Suède
Session : 36COM