English Français
Aidez maintenant !

Décisions du Comité

36 COM 8B.21

Biens culturels - Site de Xanadu (Chine)

Le Comité du patrimoine mondial,

1.    Ayant examiné les documents WHC-12/36.COM/8B et WHC-12/36.COM/INF.8B.1,

2.    Inscrit le Site de Xanadu, Chine, sur la Liste du patrimoine mondial sur la base des critères (ii), (iii), (iv) et (vi) ;

3.    Adopte la Déclaration de valeur universelle exceptionnelle suivante :

Brève synthèse

Le site de Xanadu est le site d’une capitale des prairies caractéristique d’une fusion culturelle, témoignant d’affrontements et d’assimilation mutuelle entre les civilisations nomade et agricole de l’Asie septentrionale. Construite sur le côté sud-est du plateau mongol, ce fut la première capitale (1263-1273) de Kubilai Khan et elle devint plus tard la capitale d’été (1274-1364) de la dynastie Yuan. Le site de la ville et les tombes associées sont implantés dans une steppe de prairies, suivant un axe nord-sud déterminé selon les principes feng shui de la tradition chinoise, avec des montagnes au nord et une rivière au sud.

Depuis Xanadu, les guerriers à cheval de Kubilai Khan unifièrent les civilisations agricoles de la Chine dont ils assimilèrent partiellement la culture, tout en étendant l’empire Yuan à l’ensemble de l’Asie du Nord. Avec la cité du palais et la cité impériale, elles-mêmes en partie enfermées dans la cité extérieure qui conserve des traces des campements nomades et des enclos de chasse, le plan de Xanadu comprend un exemple unique de cette fusion culturelle. Des preuves matérielles de grands ouvrages de contrôle de l’eau entrepris pour protéger la ville subsistent sous la forme des vestiges du canal Tiefan’gan. En tant que ville où Kubilai Khan conquit le pouvoir, où des débats religieux se déroulèrent et où furent accueillis des visiteurs dont les écrits furent une source d’inspiration au cours des siècles, la ville de Xanadu a acquis un statut légendaire dans le reste du monde et est l’endroit à partir duquel le bouddhisme tibétain s’est diffusé.

Critère (ii) : L’emplacement et l’environnement du site de Xanadu expriment l’influence des valeurs et styles de vie tant mongols que chinois Han. Le site de la ville présente un modèle d’urbanisme révélant l’intégration de deux groupes ethniques. Grâce à la combinaison des idées et institutions mongoles et Han, la dynastie Yuan fut en mesure d’étendre son contrôle sur une partie extrêmement vaste du monde connu à cette époque. Le site de Xanadu est un exemple unique d’un plan urbain intégré associant différentes communautés ethniques.

Critère (iii) : Le site de Xanadu est un témoignage exceptionnel de l’autorité suprême du conquérant Yuan Kubilai Khan, de l’assimilation et de la conversion à la culture et au système politique du peuple conquis et de la détermination et des efforts du conquérant en faveur de l’adhésion à ses traditions culturelles d’origine et de leur maintien.

Critère (iv) : L’emplacement et l’environnement du site de Xanadu avec son modèle urbain témoignent de la coexistence et de la fusion des cultures nomade et agricole. La combinaison du plan de la ville Han avec les jardins et le paysage nécessaires au style de vie mongol de la dynastie Yuan à Xanadu a abouti à un exemple exceptionnel de tracé urbain qui illustre une période significative de l’histoire humaine.

Critère (vi) : La cité de Xanadu fut le théâtre d’un grand débat entre le bouddhisme et le taoïsme au XIIIe siècle, un événement qui déboucha sur la diffusion du bouddhisme tibétain dans l’ensemble de l’Asie du Nord-Est.

Intégrité

Le site de Xanadu fut abandonné en 1430. Le vaste site archéologique, généralement recouvert maintenant par des prairies, conserve le plan urbain d’ensemble et le site de la ville tels qu’ils furent conçus et utilisés aux XIIIe et XIVe siècles. Les alignements des murs de la cité du palais, de la cité impériale et de la cité intérieure, dont l’ensemble reflète la planification urbaine traditionnelle de la Chine centrale, et les aménagements pour les rassemblements et la chasse des tribus mongoles sont encore nettement visibles, de même que les monticules indiquant la construction de palais et de temples, dont certains ont été fouillés, consignés et remblayés ; les vestiges des quartiers à l’extérieur des portes, le canal Tiefan’gan et les zones de tombes, tous étant encore situés dans leur environnement naturel et culturel. Cet environnement conserve les éléments naturels essentiels pour le cadre de la ville – des montagnes au nord et de l’eau au sud, avec les quatre types subsistants de paysage de prairies, en particulier la plaine des trolles dorés, Xar Tala, associée aux terres humides de la rivière. Le site de Xanadu est clairement lisible dans le paysage.

Authenticité

Les fouilles archéologiques et les documents historiques témoignent de l’authenticité du bien comme représentant les échanges entre les peuples mongol et Han, en termes de conception de capitale, de configuration historique et de matériaux de construction. Les tombes confèrent un caractère authentique aux revendications historiques concernant la vie à Xanadu des deux peuples, mongol et Han. Hormis des réparations sur la porte Mingde et le mur est de la cité impériale, un minimum d’intervention a été réalisé sur la structure. L’environnement géographique et le paysage de prairies sont intacts et expriment encore le cadre environnemental et l’impression spatiale dégagée par la capitale des prairies.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien bénéficie de diverses protections au titre les lois de l’État, de la région et de la municipalité. Une zone limitée recouvrant la ville de Xanadu et ses environs ainsi que le canal Tiefan’gan est protégée au niveau de l’État par la loi de la République populaire de Chine sur la protection des reliques culturelles. Une zone désignée, incluant les tombes de la colline de Zhenzi, est protégée au niveau du gouvernement populaire de la région autonome de Mongolie-Intérieure ; une zone désignée, comprenant les tombes de Modot, et les 12 sites d’oboos désignés sont également protégés au niveau de la la bannière de Zhenglan. La totalité du bien sera soumise au Conseil d’État de la Chine en 2012 pour approbation en tant que site national protégé prioritaire du patrimoine culturel.

Les prairies entourant le site protégé sont couvertes par la loi sur les prairies de la République populaire de Chine (promulguée en 1995, modifiée en 2002), et la réglementation sur les prairies de la région autonome de Mongolie-Intérieure (promulguée en 1984, modifiée en 2004). La protection générale est fournie par la réglementation sur la protection et la gestion du site de Xanadu dans la région autonome de Mongolie-Intérieure (2010), administrée par la ligue de Xilingol. Grâce à cette législation, la mise en valeur de terres agricoles à proximité du site a été contrôlée, l’écosystème des prairies et les paysages naturels ont été conservés. La zone protégée par l’État autour du site de la ville de Xanadu et de ses quartiers a été clôturée, de même que les zones autour des tombes de Modot et des tombes de la colline Zhenzi.

La gestion du bien est coordonnée par l’administration de la ligue de Xilingol chargée du patrimoine culturel (Bureau/service) de Xanadu, sous la direction du comité de gestion et de conservation de la ligue de Xilingol, guidé par le plan de gestion et de conservation du site de Xanadu (2009-2015). L’objectif est de parvenir à un développement durable de l’économie sociale locale, tout en garantissant la protection du bien. Ceci impose de trouver un équilibre entre la conservation de l’écologie des prairies, y compris le contrôle de la désertification, et les besoins des parties prenantes en ce qui concerne la capacité de charge pour le bétail et les exigences croissantes du tourisme. À cette fin, l’efficacité de la gestion du patrimoine ne cesse d’être renforcée et améliorée.

4.    Recommande que l’État partie prenne en considération les points suivants :

a)   faire aboutir rapidement les procédures décrites dans la lettre de l’État partie du 7 février 2012, qui accorderont à l’ensemble du bien la protection du patrimoine culturel au niveau le plus élevé,

b)   élaborer une stratégie de gestion du tourisme pour assurer la protection de l’environnement sur le site, y compris des orientations claires sur les limites de la reconstruction,

c)   augmenter les équipements de protection contre les incendies sur le site,

d)   Engager une coopération internationale sur la technologie et les compétences en matière de conservation en liaison avec des fouilles archéologiques,

e)   Installer des équipements supplémentaires de recherche scientifique pour assurer le suivi de l’état général de l’environnement autour du site, en particulier la désertification,

f)    Impliquer la communauté locale de la ferme d’élevage Wuyi dans la protection et la gestion du bien.

Thèmes : Inscriptions sur la Liste du patrimoine mondial, Valeur universelle exceptionnelle
Etats Parties : Chine
Biens : Site de Xanadu
Session : 36COM