English Français
Aidez maintenant !

Décisions du Comité

CONF 004 XV

Questions diverses

Représentation équitable des différentes réqions et cultures du monde

58. Le Comité a examiné le document portant sur la représentation équitable (CC-90/CONF.004/INF.4). Le Secrétariat a indiqué qu'il avait suivi la question de près au cours des années et qu'il était difficile de faire plus de propositions puisque la décision ultime relève du Comité.

59. S'agissant du paragraphe 5(iii), le Secrétariat a fait valoir qu'il pourrait être difficile pour les États d'indiquer au moment où ils posent leur candidature les noms des experts qui les représenteraient pour la durée de leur mandat. Conscient de ce problème et de la nécessité d'assurer la souplesse du système, le Comité a convenu de soumettre à l'Assemblée générale les propositions contenues dans le paragraphe 5, sauf celle qui concerne les noms des experts.


Renseiqnements sur la région de Bérinq

60. Le représentant des Etats-Unis d'Amérique a attiré l'attention du Comité sur l'établissement, par les gouvernements des Etats-Unis d'Amérique et de l'Union des Républiques socialistes soviétiques, d'un Groupe de travail sur la conservation et la gestion du patrimoine. Le Groupe de travail venait de terminer un rapport conjoint sur l'important patrimoine naturel et culturel que se partagent les deux pays dans la région de Béring, rapport dont le Comité a reçu des copies.

61. Le Rapport a été entériné en juin 1990 par les présidents des États-Unis et de l'URSS, qui ont fait une déclaration en faveur de la poursuite de la coopération en vue de la création d'un parc international américano-soviétique.

62. Rappelant les résolutions de l'Assemblée générale de l'UICN de 1988 et 1990, qui encourageaient les deux gouvernements à envisager également de proposer conjointement l'inscription de la région sur la Liste du patrimoine mondial, le représentant des États-Unis et l'observateur de l'URSS ont confirmé l'intérêt de leurs gouvernements pour faire éventuellement une proposition d'inscription conjointe.

63. Le Comité a félicité les deux gouvernements pour cette initiative.


Autres questions

64. Le Comité a chargé le Secrétariat de préparer son rapport à la Conférence générale. Ce rapport sera soumis à sa quinzième session au Bureau qui est autorisé à l'approuver.

65. Le Bureau a tenu une session spéciale pendant le Comité et s'est réuni à quatre reprises afin d'examiner les propositions d'inscription pour lesquelles un complément d'information avait été demandé; il a procédé également à l'étude des demandes de coopération technique ainsi qu'à l'examen du budget pour 1991. 

66. Le Secrétariat a appelé l'attention du Comité sur une décision prise à la treizième session du Comité, selon laquelle "les Etats parties ayant un arriéré de paiement pour l'exercice biennal considéré ne seraient pas en mesure d'obtenir une assistance internationale financée par le Fonds, sinon dans des circonstances exceptionnelles ou en cas d'urgence." Le Comité avait demandé au Secrétariat de modifier en ce sens les Orientations. Le Secrétariat a expliqué au Comité que, volontairement, il ne s'était pas acquitté de cette tâche, la pratique ayant démontré au cours de 1990 que la décision du Comité telle qu'elle avait été formulée était trop ambigue pour en permettre une claire interprétation et mise en œuvre. Le Comité a reconnu qu'il s'agissait là d'un problème à résoudre dès que possible, étant entendu qu'il fallait agir avec cohérence, sans pour autant sanctionner des sites mis en péril par une situation d'urgence. En conséquence, le Comité a demandé au Secrétariat de préparer sur cette question une proposition qui servira de base à une réflexion du Bureau à sa prochaine session.

67. Le Comité a souhaité confirmer sa décision prise en 1989 de financer la participation d'experts des pays les moins avancés (PMA), membres du Comité, aux sessions du Comité et du Bureau. Il a tenu à spécifier que cette décision devait être appliquée de manière très stricte, et que la prise en charge des frais de participation ne pouvait être justifiée que pour la participation exclusive d'experts de la conservation de la nature ou de la culture, aux sessions.

68. Le représentant du Canada a informé le Comité des problèmes que pouvait poser l'inclusion d'un site précédemment inscrit dans un site plus vaste comme, dans son pays, le site de Burgess Shale, dont l'importance scientifique était universellement reconnue, qui faisait désormais partie du Parc des Rocheuses canadiennes et, par conséquent, n'était plus identifié en tant que tel sur la Liste du patrimoine mondial. Le Comité a rappelé que ce problème se posait aussi pour d'autres biens dont l'importance, toutefois, se trouvait ainsi renforcée.

 

Documents
PDF Document original de la décision
Contexte de la décision
PDF CC-90/CONF.004/INF.4
Thèmes : Budget, Credibilité de la Liste du patrimoine mondial, Valeur universelle exceptionnelle
Session : 14COM