English Français
Aidez maintenant !

Décisions du Comité

CONF 002 VII.9-12

Gestion, administration et ressources en personnel du Centre du patrimoine mondial

VII.9 Le comité a approfondi la discussion sur l'administration et les ressources en personnel du Centre du patrimoine mondial, après avoir pris note de la proposition élaborée par le groupe de travail constitué de l'Allemagne, la Chine, la Colombie, les Etats-Unis d'Amérique, la France, l'Italie, le Sénégal et la Thaïlande. Se fondant sur les conclusions du groupe de travail, le Comité a convenu de l'importance du Centre du patrimoine mondial en tant qu'organisme unifié au sein du Secrétariat de l'UNESCO. Par ailleurs, le Comité a souligné que la détermination des besoins en matière de personnel et de financement ne peut se faire qu'après une clarification du rôle et des fonctions du Centre. Ayant adopté la proposition du délégué de la Colombie de supprimer le mot "systématique" dans le troisième alinéa du point 1(d), et d'ajouter "les Etats parties" dans la même phrase, ce qui se lirait ainsi : "la coordination du suivi des sites du patrimoine mondial effectuée par les Etats parties, les organes consultatifs et les autres institutions, conformément aux instructions du Comité", la Présidente a déclaré que le texte du groupe de travail était adopté avec l'amendement de la Colombie.

VII.10 Le Comité a ensuite demandé à la Présidente de transmettre au Directeur général de l'UNESCO le texte suivant :

"Se fondant sur les conclusions du groupe de travail constitué de l'Allemagne, la Chine, la Colombie, les Etats-Unis d'Amérique, la France, l'Italie, le Sénégal et la Thaïlande, le Comité a reconnu l'importance du Centre du patrimoine mondial en tant qu'organisme unifié au sein du Secrétariat de l'UNESCO.

Le Comité est convaincu que la détermination des besoins en matière de personnel et de financement ne peut se faire qu'après une clarification du rôle et des fonctions du Centre.

1. Le Comité croit que le rôle et les fonctions du Centre sont les suivants :

Le Centre doit :

(a) assurer le Secrétariat des organes statutaires de la Convention de 1972 ;

(b) servir de centre d'échanges d'informations et de coordination entre le comité et les autres Conventions, programmes et organisations internationales chargés de la conservation du patrimoine naturel et culturel, conformément aux instructions du Comité ;

(c) superviser la mise en œuvre de la formation, du suivi et de l'assistance technique par les Etats parties, l'organisation intergouvernementale ICCROM, 1'ICOMOS, l'UICN et autres ONGs, et coopérer avec les autres services de l'UNESCO et ses Bureaux hors-Siège, conformément aux instructions du Comité ;

(d) être l'instrument privilégié destiné à faciliter la mise en œuvre des décisions du Comité et, de ce point de vue, être le contact privilégié avec les Etats parties sur tous les aspects techniques de la Convention, parmi lesquels

(i) la coordination du processus d'inscription ;
(ii) l'aide à la formulation des demandes des Etats parties et leur coordination en matière de formation et d'assistance technique, ainsi que l'évaluation des résultats ;
(iii) la coordination du suivi des sites du patrimoine mondial effectué par les Etats parties, les organes consultatifs et les autres institutions, conformément aux instructions du Comité ;
(iv) l'organisation des réunions statutaires et extraordinaires, conformément aux instructions du Comité ;
(v) la préparation des comptes rendus, conformément aux instructions du Comité ;
(vi) l'élaboration de propositions d'orientations techniques destinées à améliorer l'efficacité de la Convention, conformément aux instructions du Comité ;
(vii) la préparation du budget à soumettre à l'approbation du Comité ;
(viii) l'exécution des dépenses en temps voulu.

(e) mettre en œuvre des plans et rechercher des partenariats pour développer la production de matériel promotionnel relatif à la Convention, conformément aux instructions du Comité et en accord avec les objectifs et la politique de l'UNESCO en la matière.

2. En conséquence, la grande préoccupation du Comité est que tous les efforts soient faits pour garantir le financement et le personnel nécessaires à la réalisation adéquate des tâches énoncées ci-dessus. Le Comité a donc demandé au Directeur général de tenir compte de cette préoccupation pour action ultérieure."

VII.11 Le représentant du Directeur général de l'UNESCO, M. Mounir Bouchenaki, a ensuite pris la parole pour souligner qu'en ce qui concernait le document présenté par le groupe de travail, il fallait clairement rappeler que le Directeur général de l'UNESCO a l'obligation de se conformer strictement aux dispositions de la Convention de 1972. L'article 14, paragraphe 1 de la Convention stipule qu'"un secrétariat nommé par le Directeur général de l'UNESCO" assistera le Comité, ce que l'UNESCO continuera à faire. La Convention prévoit également, dans le paragraphe 2 de l'article 14 que "le Directeur général de l'UNESCO, utilisant le plus possible les services du Centre international d'études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM), du Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS), et de l'Union internationale pour la conservation de la nature et de ses ressources (UICN), dans les domaines de leurs compétences et de leurs possibilités respectives, prépare la documentation du Comité, l'ordre du jour de ses réunions et assure l'exécution de ses décisions." Dans cette optique, M. Bouchenaki a indiqué que le Secrétariat de l'UNESCO - dont le Centre du patrimoine mondial fait partie - coopérera étroitement, comme par le passé, avec l'ICCROM, organisation intergouvernementale, ainsi qu'avec l'UICN, l'ICOMOS et autres ONG, pour mettre en œuvre les décisions du Comité. A cet égard, l'UNESCO se doit également de respecter les directives et les décisions prises par la Conférence générale de l'UNESCO. En conclusion, M. Bouchenaki a insisté sur le fait que le Directeur général et le Secrétariat de l'UNESCO, au Siège et hors-Siège, s'efforceront - comme cela a été le cas dans le passé pour tant de sites du patrimoine mondial - d'harmoniser les contributions des divers partenaires, tels que le PNUD, le FIT, les contributions volontaires, les experts associés, les volontaires des Nations Unies et les nombreuses contributions bilatérales.

VII.12 Sur proposition du délégué du Japon, la déclaration ci-dessus du représentant du Directeur général de l'UNESCO devra être intégrée dans le rapport final de la présente session.

Thèmes : Administration
Session : 17COM