jump to the content

Décisions du Comité

CONF 003 X.10

Etat d'avancement de la préparation de la stratégie globale pour garantir la représentativité de la Liste du patrimoine mondial

X.1 Lors de sa 17e session de Carthagène, le Comité avait demandé au Centre du patrimoine mondial et à l'ICOMOS de poursuivre leurs efforts pour la préparation d'un cadre de réflexion pour" l'étude globale", afin de progresser dans la mise au point d'une conception et d'une méthodologie qui puisse largement être acceptée dans la communauté scientifique.

X.2 A cette fin, le Centre du patrimoine mondial et l'ICOMOS ont organisé conjointement, au Siège de l'UNESCO, du 20 au 22 juin 1994, une première réunion d'experts représentatifs des .différentes régions du monde et des différentes disciplines concernées (spécialistes du patrimoine culturel, anthropologues, historiens de l'art et de l'architecture, archéologues, etc.), qui avait pour objectif de reprendre l'ensemble des questions posées, en tenant compte de toutes les approches en présence et tout particulièrement de l'ensemble du travail et des contributions effectué jusqu'ici, pour tenter de définir un cadre conceptuel, une démarche méthodologique, et des finalités communes.

X.3 Le Vice-Président de l'ICOMOS, Mme Joan Domicelj, avait présenté au Bureau, qui l'avait accueilli avec sa plus vive satisfaction, lors de sa 18ème session, le compte-rendu de cette réunion d'experts ainsi que les grandes lignes de ses recommandations pour le Comité, en vue de mettre en place une Stratégie globale pour améliorer la représentativité de la Liste. Ces recommandations figurent "in extenso ll dans le document WHC- 94/CONF.003/INF.6

X.4 Après avoir pris connaissance du rapport du Secrétariat sur les propositions des experts, de sa présentation des différentes réunions thématiques qui ont eu lieu en 1994 sur les Canaux d'intérêt mondial (Canada), les Itinéraires culturels (Espagne) et l'Authenticité (Japon), le Comité a accepté ses trois propositions pour la poursuite du travail en 1995 :

1) la révision de certains critères pour l'inscription des biens culturels sur la Liste du patrimoine mondial, fondée sur la recommandation no.7 des experts (voir partie XIV. du rapport) ;

2) la participation d'un membre du Centre du patrimoine mondial ou de l'ICOMOS à des réunions régionales ou thématiques à venir pour y présenter la problématique de la Stratégie globale, y situer les réflexions dans le cadre élargi des conceptions scientifiques actuelles sur la notion de patrimoine culturel, et y identifier les partenaires potentiels pour de futures réunions régionales spécifiques ;

3) l'attribution d'un crédit de 40.000 dollars EU pour l'organisation, en coopération avec l'ICOMOS, et sur une base régionale, d'une première réunion scientifique en Afrique avec les Etats parties et des Etats non encore parties sur le thème du patrimoine culturel africain dans la Convention du patrimoine mondial, et de 5.000 dollars EU pour sa préparation scientifique. Cette réunion portera sur les types de biens culturels qui, à l'heure actuelle, ne sont pas ou seulement très peu représentés sur la Liste du patrimoine mondial. Le Comité a également accordé un crédit de 30.000 dollars EU pour organiser avec la Commission nationale des Philippines, l'ICOMOS, l'UICN/CNPPA et les Bureaux régionaux de l'UNESCO une réunion régionale sur les paysages culturels des rizières en terrasse d'Asie et d'Océanie.

X.5 L'ICOMOS a déclaré que sa collaboration avec le Centre avait été excellente, en particulier en ce qui concerne la réunion d'experts du mois de juin 1994. Il souhaite qu'il soit précisé que.la poursuite de la mise en place de la Stratégie globale en 1995 soit organisée conjointement avec lui et que le Comité soit informé que cette activité s'inscrit pour l'ICOMOS dans un programme scientifique global avec d'autres thèmes et sujets de réflexion.

X.6 Selon la proposition de la Délégation allemande, le Comité a adopté le texte suivant comme base des futurs travaux du Comité sur la Stratégie globale :

"Sui te aux décisions du Comides années précédentes, plusieurs initiatives ont été prises en vue d'améliorer la mise en œuvre de la Convention dans le cas des biens culturels. Un groupe de travail sur la Stratégie globale s'est notamment réuni à Paris en juillet 1994 (voir document de travail CONF. 003INF. 6). Ce document souligne les déséquilibres existant parmi les si tes culturels inscrits sur la Liste, selon les régions du monde, les types de monuments et les époques, mais le document n'aborde pas le cas des sites naturels. Il semblerait approprié de prendre les mesures suivantes en vue de corriger les déséquilibres touchant aussi les biens naturels :

1) étendre le champ d'étude des documents CONF.003/INF. 6 et CONF.003/6 pour que la même attention soit portée aux biens Naturels ;

2) ajuster les critères formels et scientifiques appliqués respectivement à 1 '·évaluation des proposition d'inscription des sites culturels et naturels en tenant aussi compte de l'aspect "paysage culturels" ;

3) donner la priori té à des études thématiques portant sur les principaux types d'écosystèmes et mettre au point des stratégies permettant d'en appliquer les résultats sans délai ;

4) réexaminer la procédure d'évaluation des si tes naturel s proposés, en s'attachant particulièrement au terme "intégrité". Une réunion de spécialistes devrait être organisée au cours du premier semestre de 1995 pour faciliter la réalisation de l'ensemble de ces quatre tâches.

X.7 Le Président a demandé au Directeur du Centre si l'organisation d'une telle réunion d'experts était possible. Le Directeur a répondu en accueillant chaleureusement cette suggestion et il a fait remarquer que, si le Centre disposait d'un budget de 20.000 dollars EU, il pourrait organiser une réunion de ce genre. Il a également attiré l'attention du Comité sur l'importance de cette étude pour le cas des "Sites mixtes".

X.8 Le Délégué de la France a rappelé que pour comprendre la préoccupation exprimée dans le document proposé par la Délégation allemande et que la Délégation française approuve, il est nécessaire de rappeler que le déséquilibre constaté trouve en partie son origine dans les décisions prises lors de la 16e session du Comité à Santa Fé:

  • suppression du critère (ii) des biens (interactions entre l'homme et la nature) ;
  • naturels modification des critères culturels pour permettre l'inscription des paysages culturels pour la reconnaissance desquels la France avait beaucoup oeuvré.

Il a indiqué que la partie "nature" des paysages culturels n'était pas suffisamment prise en compte et qu'il convenait de mieux mettre en œuvre le paragraphe 38 des Orientations. Il a suggéré qu'à l'avenir, l'ICOMOS et l'UICN procèdent à une évaluation conjointe des biens proposés pour l'inscription des paysages culturels.

X.9 Plusieurs Délégués, et notamment ceux des Etats-Unis d'Amérique, du Japon, de l'Italie et du Niger, ont exprimé leur appui à la proposition allemande d'organiser un groupe de travail d'experts des sites naturels et mixtes. Le Délégué des Etats-Unis a relevé l'importance d'établir des bases de données informatisées sur les sites. Le Délégué du Niger a exprimé l'espoir que toute séparation entre critères appliqués aux sites naturels et aux sites culturels puisse être éliminée en faveur d'un ensemble unique de critères applicables à tous les types de sites du patrimoine mondial.

X.10 Le Comité n'a pu examiner, faute de temps, les points D, E, et F de ce point 14 de l'ordre du jour et en a renvoyé l'examen à la dix-neuvième session du Bureau.

 

Thèmes : Credibilité de la Liste du patrimoine mondial
Session : 18COM