English Français
Aidez maintenant !

Décisions du Comité

CONF 209 X.A.10

SOC : Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré (Niger)

X.10 Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré (Niger)

Le Comité a été informé que le Président avait approuvé en avril 1999 l'octroi d'une somme de 20.000 dollars pour la sensibilisation de tous les partenaires concernés par les besoins du site en matière de conservation. Ce projet constitue l'une des cinq activités prévue dans le plan de réhabilitation d'urgence préparé par l'Etat partie et présenté à la vingt-troisième session du Bureau en juillet 1999. Le coût total de la mise en oeuvre du plan est estimé à 127.000 dollars. Le Bureau avait approuvé le plan et recommandé au Centre et à l'UICN d'étudier tous les moyens de financement de la mise en oeuvre du plan de réhabilitation, entre autres la soumission d'autres projets d'assistance au titre du Fonds pour considération par le Président et la vingt-troisième session du Comité. En conséquence, en se fondant sur les demandes soumises par l'Etat partie, le Président avait approuvé en octobre 1999 les deux nouvelles demandes suivantes :

  • 20.000 dollars pour l'organisation d'un atelier de formation sur la protection du patrimoine naturel, destiné au personnel des Réserves, la police des frontières et autres agents concernés par le commerce des produits de faune sauvage ;
  • 12.000 dollars, au titre de la coopération technique, pour retirer les véhicules endommagés et autres débris abandonnés précédemment dans les bases des rebelles (2.000 dollars) et acheter de l'équipement de communication pour améliorer les capacités de patrouille et de surveillance (10.000 dollars).

Par ailleurs le Comité a noté que l'Etat partie avait soumis une demande d'assistance d'urgence d'un montant de 75.000 dollars pour considération par la vingt-troisième session extraordinaire du Bureau. Ces 75.000 dollars concernaient les activités suivantes :

  • Achat d'un véhicule 4 x 4 pour renforcer les capacités de surveillance (25.000 dollars) ;
  • Evaluation des impacts des activités des rebelles et mesures ultérieures de réhabilitation visant les populations de faune sauvage (15.000 dollars) ; et
  • Construction d'enclos pour la protection et la reproduction des autruches sauvages afin de retrouver les niveaux de population antérieurs à l'arrivée des rebelles (35.000 dollars), la population d'autruches ayant chuté à 10% des estimations des années 90 durant la période d'activité des rebelles.

Une répartition plus détaillée des 15.000 dollars demandés pour l'évaluation des impacts sur les populations de faune sauvage et des 35.000 dollars concernant la protection et la reproduction des autruches figure dans le plan de réhabilitation d'urgence approuvé par la vingt-troisième session du Bureau en juillet 1999 (voir le document WHC-99/CONF.204/INF.12 de cette session). Etant donné que la vingt-troisième session extraordinaire du Bureau avait reporté la considération de cette demande d'assistance internationale, entre autres, jusqu'à ce que le Comité ait décidé des allocations budgétaires accordées au titre du Fonds du patrimoine mondial pour l'an 2000, le Comité a noté que le Bureau devrait étudier cette demande lors d'une session spéciale qui se tiendrait dans les derniers jours de sa vingt-troisième session. Le Comité a toutefois noté que si le Bureau approuvait cette demande d'assistance d'urgence, le Fonds du patrimoine mondial aurait alors financé toutes les activités incluses dans le plan de réhabilitation en moins d'un an. Par ailleurs, le Comité a été satisfait de noter les efforts de l'UICN pour coopérer avec l'Etat partie aux termes d'un mémorandum d'accord afin d'assurer la coordination et la coopération entre les donateurs tels que le FEM, la SDC (Corporation suisse pour le développement) et la DANIDA (Agence danoise pour le développement) afin d'épauler des projets pour la conservation à long terme du site et le développement durable des régions environnantes.

Le Comité a décidé de maintenir ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril et il a invité l'Etat partie à fournir un rapport d'avancement sur la mise en oeuvre du plan de réhabilitation à la vingt-quatrième session du Comité en l'an 2000, mentionnant la date d'un possible retrait de ce site de la Liste du patrimoine mondial en péril.

 

Thèmes : Conservation, Liste du patrimoine mondial en péril
Etats Parties : Niger
Session : 23COM