jump to the content

Décisions du Comité

CONF 209 X.A.9

SOC : Sanctuaire de faune de Manas (Inde)

X.9 Sanctuaire de faune de Manas (Inde)

Le Comité a été informé que, selon la demande de la vingttroisième session ordinaire du Bureau (5-10 juillet 1999), l'UICN a étudié les justifications fournies par les autorités indiennes relatives aux révisions budgétaires concernant l'utilisation des 70.000 dollars sur les 90.000 dollars approuvés par la vingt et unième session du Comité (Naples, Italie, 1997). La somme de 70.000 dollars devait initialement servir à la construction de camps pour les gardes et de logements pour le personnel, détruits au cours de la lutte armée menée par les Bodo entre 1989 et 1992. Les propositions de révisions suggéraient de limiter la construction des camps aux secteurs du Sanctuaire où les conditions de sécurité s'étaient suffisamment améliorées. La direction du site essaie d'utiliser les économies réalisées en limitant le nombre de constructions à des activités d'assistance telles que l'organisation de camps vétérinaires et médicaux, la réparation des installations d'irrigation existantes, etc., au profit de la population. La direction du site estime ces activités essentielles pour continuer à améliorer les relations entre la direction et les villageois de l'endroit. Selon les conseils de l'UICN, le Centre a accepté ces révisions budgétaires et la mise en oeuvre du projet a été accélérée.

L'UICN a également étudié le rapport sur l'état de conservation du site fourni par l'Etat partie en annexe de sa lettre du 21 juin 1999 adressée au Centre. L'UICN a noté plusieurs faits nouveaux positifs dus à la mise en oeuvre du plan de réhabilitation approuvé par l'Etat partie et le Bureau en 1997. Ainsi, les sièges de la Nansbari Range et de la direction comprennent maintenant des membres de la Force de protection forestière de l'Assam qui peuvent agir rapidement et effectuer des opérations de patrouille et de surveillance dans les zones sensibles. Le site est ouvert au public depuis 1995 et le nombre de visiteurs augmente lentement. Les dommages écologiques causés par la lutte armée Bodo sont négligeables et l'on estime que les populations de grands mammifères devraient pouvoir retrouver leurs niveaux d'avant 1989 au cours des prochaines années. La restauration des infrastructures du site (routes, installations pour le personnel, etc.) progresse cependant lentement et la formation du personnel exige de l'attention. Le problème principal qui se pose au site est l'isolement des villageois vivant aux alentours du site. Ils sont pauvres et dépendent des ressources naturelles pour assurer leur subsistance. La direction du site tente d'organiser des activités d'assistance mais il faudra intensifier les efforts à cet égard. L'UICN a signalé au Centre un rapport récent indiquant que le ministre de l'Environnement et des Forêts aurait l'intention de créer une force de police armée pour protéger la faune sauvage des braconniers et préserver la forêt des coupes illégales. L'UICN vérifie d'autres rapports non confirmés indiquant un contrôle par la guérilla tribale de certaines parties du Sanctuaire d'où se seraient retirées les forces paramilitaires.

Le Comité a décidé de maintenir ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Le Comité a invité l'Etat partie à coopérer avec le Centre et l'UICN pour la préparation d'un rapport d'avancement sur la mise en oeuvre du plan de réhabilitation depuis le second semestre 1997, pour présentation à la vingt-quatrième session du Comité en l'an 2000. Un tel rapport pourrait inclure une évaluation des mesures complémentaires nécessaires et fournir une indication de la période requise pour le retrait de ce site de la Liste du patrimoine mondial en péril.

 

Documents
PDF Document original de la décision
Contexte de la décision
PDF WHC-99/CONF.209/13
Thèmes : Conservation, Liste du patrimoine mondial en péril
Etats Parties : Inde
Session : 23COM