jump to the content

Décisions du Comité

33 COM 8B.14

Biens culturels - Nouvelles propositions d'inscription - Le système hydraulique historique de Shushtar (République islamique d'Iran)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné les documents WHC-09/33.COM/8B et WHC-09/33.COM/INF.8B1,

2. Inscrit Le système hydraulique historique de Shushtar, République islamique d'Iran, sur la Liste du patrimoine mondial sur la base des critères (i), (ii) et (v);

3. Adopte la déclaration de valeur universelle exceptionnelle suivante :

Brève synthèse

Le système hydraulique historique de Shushtar a une valeur universelle exceptionnelle puisque dans sa forme présente, il remonte au IIIe siècle après J.-C., sur des bases probablement plus anciennes à partir du début du Ve siècle av. J.-C. Il est intègre, aux fonctions multiples et de grande échelle, ce qui le rend exceptionnel. Le système de Shustar est un système hydraulique homogène, conçu d'une manière globale et achevée au IIIe siècle après J.-C. Il est riche tant par la diversité de ses structures de génie civil et ses constructions que par la diversité de ses usages (adduction d'eau urbaine, moulins, irrigation, transport fluvial, système défensif). Le système hydraulique historique de Shushtar témoigne de l'héritage et de la synthèse de savoir-faire plus anciens, élamites et mésopotamiens ; il a vraisemblablement été influencé par le barrage et le tunnel de Petra ainsi que par le génie civil romain. Le système hydraulique de Shushtar, dans son ensemble et tout particulièrement le Grand déversoir (pont-barrage) de Shâdorvân, ont été considérés comme une Merveille du monde non seulement par les Perses, mais aussi par les Arabo-musulmans à l'apogée de leur civilisation. Le canal Gargar est un véritable cours d'eau artificiel, à l'origine de la construction d'une ville nouvelle et de l'irrigation d'une vaste plaine alors semi-désertique. Le système hydraulique historique de Shushtar est dans un environnement paysager urbain et rural propre à l'expression de sa valeur.

Critère (i) : Le système hydraulique de Shushtar témoigne d'une vision d'ensemble remarquablement accomplie et précoce des possibilités apportées par les canaux de dérivation et les grands barrages-déversoirs à l'aménagement du territoire. Il a été conçu et achevé au IIIe siècle après J.-C. pour un fonctionnement durable et il est encore en activité. C'est un ensemble unique et exceptionnel, par sa diversité technique et sa complétude, qui témoigne du génie créateur humain.

Critère (ii) : Le système hydraulique de Shushtar effectue la synthèse d'apports techniques diversifiés au profit d'un ensemble remarquablement complet et de grande ampleur. Il a bénéficié des savoir-faire anciens d'irrigation des Élamites et des Mésopotamiens, puis de ceux des Nabatéens ; les techniciens romains ont également influencé sa construction. À son tour, il a émerveillé et inspiré ses nombreux visiteurs. Il témoigne d'échanges d'influences considérables dans l'hydraulique et ses applications pendant l'Antiquité, l'époque islamique et sous les différentes dynasties iraniennes.

Critère (v) : Shushtar est un exemple unique et exceptionnellement complet des techniques hydrauliques mises au point pendant l'Antiquité, au profit de l'occupation des territoires semi-désertiques. Par la dérivation d'une rivière descendant des montagnes, au moyen d'importants ouvrages de génie civil et par la création de canaux, il a permis de multiples usages de l'eau sur un vaste territoire : adduction d'eau urbaine, irrigation agricole, pisciculture, moulins, transport, système défensif, etc. Il témoigne d'une culture technique d'au moins dix-huit siècles au service du développement durable des sociétés humaines, en harmonie avec leur environnement naturel et urbain.

Intégrité et authenticité

L'intégrité de l'implantation hydraulique est bonne, mais son intégrité fonctionnelle par rapport au modèle orignal n'est que partielle et dégradée, pour les barrages-déversoirs notamment ; elle demeure bonne pour l'irrigation et l'adduction d'eau. L'authenticité des éléments réduits à l'état de vestiges archéologiques est certaine, elle a par contre été affectée par les travaux et les matériaux du XXe siècle pour les ouvrages d'art et les sites encore fonctionnels. Les efforts visant la restauration des attributs qui démontrent l'authenticité doivent être poursuivis.

Mesures de gestion et de protection

Les éléments du plan de gestion sont satisfaisants, mais ils devraient être renforcés en ce qui concerne l'interprétation du site et l'implication des populations locales.

4. Recommande que l'État partie prenne en considération les points suivants :

a) examiner les possibilités futures d'associer l'irrigation et le développement agricole à l'expression de la valeur universelle du bien, notamment en lien avec sa dimension d'exemple exceptionnel de développement durable ;

b) finaliser, approuver et veiller à une bonne application du plan de conservation en respectant l'authenticité des ouvrages d'ingénierie civile, des monuments et des sites fonctionnels du bien ;

c) porter une attention particulière à la consolidation des vestiges archéologiques, à la surveillance et à l'étude des éléments souterrains, à la rénovation de maisons anciennes liées au bien et à ses paysages ;

d) renforcer les contrôles de la qualité des eaux et porter une attention particulière à la gestion hydraulique de la rivière Kârun et à ses affluents, en amont de Shushtar, notamment à la gestion des déversoirs des barrages hydrauliques, ainsi qu'à d'éventuels aménagements futurs ;

e) renforcer l'interprétation du bien comme l'information et l'implication des populations locales.

Thèmes : Inscriptions sur la Liste du patrimoine mondial
Session : 33COM