jump to the content

Décisions du Comité

32 COM 7B.47

Églises creusées dans le roc de Lalibela (Ethiopie) (C 18)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32.COM/7B.Add,

2. Rappelant les décisions 30 COM 7B.40 et 31 COM 7B.46, adoptées respectivement à ses 30e (Vilnius, 2006) et 31e (Christchurch, 2007) sessions,

3. Regrette que l'État partie n'ait pas soumis de rapport sur l'état de conservation du bien et de Déclaration de la valeur universelle exceptionnelle du biencomme demandé à la 31e session (Christchurch, 2007) ;

4. Félicite l'État partie d'avoir modifié une grande partie de son projet d'abris temporaires en fonction des recommandations du Centre du patrimoine mondial et des organisations consultatives, et les avoir réalisés dans le respect de l'intégrité du bien et de son environnement sous forme de constructions réversibles ;

5. Demande à l'État partie :

a) De prendre rapidement des mesures appropriées de restauration et de conservation pour les églises de Aba Libanos et de Gabriel Rufael ;

b) Surveiller :

i) L'abri de l'église Aba Libanos en raison de l'instablité du terrain sur lequel ses fondations sont posées ;

ii) Plus largement, la mise en place d'un plan de suivi des abris provisoires, la vérification de son efficacité et des impacts possibles sur l'intégrité des monuments ;

c) D'identifier clairement les limites du bien et une zone tampon suffisante pour permettre le contrôle des constructions et de l'aménagement du territoire dans l'environnement du bien et le respect de sa valeur universelle exceptionnelle, notamment par :

i) La production de cartes et de documents concernant le bien et son environnement ;

ii) L'application d'une protection légale et réglementaire adaptée ;

iii) L'étude de solutions urbaines et d'infrastructures adaptées ;

6. Encourage l'État partie à mettre en oeuvre le plan d'action de la conservation du bien, dans le respect de son intégrité et visant à le replacer entièrement dans son cadre naturel, sans abris artificiels contre les intempéries. Ce plan doit notamment viser à :

a) Identifier et analyser les causes de la dégradation des monuments ;

b) Identifier et mettre en oeuvre les solutions durables les mieux adaptées à la conservation du bien en dehors de la construction d'abris temporaires ;

c) Impliquer les partenaires locaux dans le cadre d'un développement économique et social durable ;

7. Réitère sa demande à l'État partie, en consultation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, de développer une Déclaration de valeur universelle exceptionnelle, évaluant les conditions d'authenticité et d'intégrité, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009 ;

8. Demande également à l'État partie de mettre en place un plan de gestion, avec l'aide du Centre du patrimoine mondial, intégrant le Plan d'action de la conservation, les mesures de développement durable impliquant les populations locales et la valorisation touristique du bien, les dispositions réglementaires pour les limites du bien et de la zone tampon ;

9. Demande en outre à l'Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2009, un rapport sur l'état de conservation du bien avec des cartes identifiant clairement la limite du bien et de la zone tampon, et la construction des abris, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009.

Documents
PDF Document original de la décision
Contexte de la décision
PDF WHC-08/32.COM/7B.Add
Thèmes : Conservation
Etats Parties : Éthiopie
Session : 32COM