L’exploration d’hydrocarbures dans le département du Quindío a été suspendue grâce à ll’inscription du paysage culturel du café comme site du patrimoine mondial de l’UNESCO. Le tribunal administratif du Quindío a émis il y a huit jours une ordonnance qui imposee à l’agence nationale d’hydrocarbures et au consortium Perforaciones 2010 l’interruption de tout type d’exploration dans toute la zone quindienne. Le défenseur du peuple du Quindío a présenté l’action en justice qui soutient la demande de nombreux propriétaires terriens de la région, alarmés par l’accès à leurs terrains et les conséquences du projet d’exploration qui comprend des perforations de 15 mètres et l’emploi d’un produit appelé « Sismigel Plus » pour son exploitation. Le projet est maintenant suspendu et en attente de la décision du gouvernement national. Il est important de rappeler que le président lui- même, Juan Manuel Santos, a décrété qu’aucun projet minier ne pourra être mené sur  un site isncrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.