Les ruines de Kilwa Kisiwani et de Songo Mnara - vestiges de deux grands ports situés sur deux petites îles proches de la côte tanzanienne - ont été inscrites hier sur la Liste du patrimoine mondial en péril de l’UNESCO par les 21 membres du Comité du patrimoine mondial, réunis à Suzhou.

Le Comité a pris cette décision en réponse aux menaces pesant sur l’intégrité de ce site inscrit en 1981 sur la Liste du patrimoine mondial. Ces vestiges du XIIIe au XVIe siècle témoignent de l’existence de deux ports de l’océan Indien qui étaient au cœur d’un commerce portant sur l’or, l’argent, les perles, les parfums, la vaisselle d’Arabie, la faïence de Perse et la porcelaine de Chine. Le site est sont particulièrement menacé par l’érosion marine et par un manque de maintenance qui risque d’entraîner l’effondrement de bâtiments, mais aussi par une gestion inadaptée et la pression démographique.

Lors de cette décision d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril, le Portugal a proposé son aide à la République-Unie de Tanzanie pour préserver le site.

Au total, trois sites ont été inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril lors de la 28e session du Comité du patrimoine mondial à Suzhou : les ruines de Kilwa Kisiwani et de Songo Mnara ; la cathédrale de Cologne (Allemagne) et le paysage culturel de Bam (Iran), inscrit le 2 juillet à la fois sur la Liste du patrimoine mondial et sur celle du patrimoine en péril.

La Liste du patrimoine mondial en péril compte désormais 35 des 788 sites figurants sur la Liste du patrimoine mondial. L’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril constitue un appel à mettre en œuvre des actions de sauvegarde et vise à mobiliser les efforts nationaux et internationaux en vue de la préservation du site.