La Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, a exprimé sa tristesse à la suite du tragique incendie qui a dévasté les Tombes des rois du Buganda à Kasubi, site du patrimoine mondial en Ouganda, et qui a entraîné la mort de deux personnes lors d'une manifestation de protestation. Elle a lancé un appel au calme, indiquant que l'UNESCO se tenait prête à aider les autorités ougandaises à évaluer les dégâts et à prévoir les actions de réhabilitation en faveur de ce centre religieux de première importance.

« Les Tombes des rois du Buganda à Kasubi sont un site du patrimoine mondial d'une grande signification culturelle et spirituelle. Leur destruction est une perte tragique pour le monde entier », a déclaré Irina Bokova. « Je suis aussi profondément affectée d'apprendre que deux personnes ont perdu la vie à la suite des protestations qui ont suivi l'incendie et j'espère qu'il y aura un prompt retour au calme en ce moment difficile ».              

« J'aimerais assurer le peuple ougandais que l'UNESCO se tient prête à mobiliser ses experts afin d'aider les autorités locales à évaluer les dégâts et à prévoir les actions de réhabilitation à Kasubi », a-t-elle ajouté.              

Situé sur la Colline de Kasubi, à cinq kilomètres du centre-ville de Kampala, le site historique, qui comprend quatre sépultures royales, a subi d'importants dommages dans un incendie dont les causes ne sont pas connues à ce stade. Les bâtiments en bois étaient recouverts de chaume, ce qui a rendu vaines les tentatives de circonscrire le feu. Soupçonnant un incendie criminel, des personnes se sont rassemblées sur place et lors de cette manifestation de protestation deux personnes ont été semble-t-il atteintes par des tirs de la police.              

Les Tombes des rois du Buganda à Kasubi, inscrites sur la Liste du patrimoine mondial en 2001, ont ainsi été reconnues comme un chef d'œuvre du génie créateur humain ainsi que comme un témoignage éloquent des traditions culturelles vivantes des Bagandas, la plus importante communauté ethnique de l'Ouganda. Depuis sa construction à la fin du XIXe siècle,  ce site est un centre religieux important pour les Bagandas.      

 

Pour de plus amples informations :

Article "UN to rebuild royal tombs", New Vision Online (Ouganda), paru le 18 mars 2010 (en anglais)