Le Parc national des Virunga est, depuis quelques jours, le théâtre de violents combats qui opposent l’armée congolaise au groupe rebelle du Congrès national pour la Défense du Peuple (CNDP).

 

Jeudi 9 octobre, l’Administrateur délégué général de l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN), M. Cosma Wilungula Balongelwa, a lancé un appel à l’aide aux partenaires de l’Institut après la prise de la base militaire de Rumangabo par les rebelles. Cette base militaire est située à proximité du quartier général de l’ICCN duquel ont dû être évacués, pour des raisons de sécurité, tous les gardes du Parc national des Virunga accompagnés de leurs familles.

 

Situé au nord de Goma (Nord Kivu), le petit village de Rumangabo se trouve également dans le secteur sud du bien, où vivent les dernières populations de gorilles de montagne. Le départ des gardes a pour conséquence immédiate l’arrêt du suivi, pourtant essentiel, de cette espèce emblématique inscrite sur la Liste rouge de l’UICN des espèces menacées.

 

Selon nos partenaires encore présents sur place, l’aggravation de la situation sur le terrain pourrait avoir des conséquences particulièrement dramatiques sur les populations de gorilles de montagne du Parc national des Virunga.

 

L’UNESCO entretient un contact permanent avec l’ICCN et les partenaires de terrain. Il s’agit d’identifier ensemble les moyens, en plus du mécanisme de suivi renforcé dont bénéficie le bien depuis 2007, pour faire face à cette nouvelle crise.  

Pour obtenir des informations complémentaires sur ce sujet et/ou apporter votre soutien à l’ICCN et à ses partenaires, consultez les liens suivants :

The official website of Virunga National Park, DRC 

UICN-Liste rouge