Vendredi 8 juin 2007, une femelle gorille a été abattue dans le secteur sud du Parc national des Virunga. Son petit, âgé de 3 mois, était assis sur le cadavre de sa mère lorsque les gardes du Parc l'on récupéré.

La femelle faisait partie d'un groupe de 33 gorilles dit « habitué » parce que préparé au contact avec les touristes. La mort de cette femelle gorille survient moins de six mois après celle de deux mâles tués dans le même secteur.

A la psychose des habitants (cet acte terrible s'est produit à quelques kilomètres du nord de la  ville de Goma), à l'atteinte portée à l'une des espèces phares de ce bien du patrimoine mondial, s'ajoute un terrible manque à gagner pour le secteur touristique encore fragile.

Face à la persistance de cette situation d'insécurité qui touche tout à la fois les populations et la faune et rend chaque jour plus dangereux le travail des gardes,  l'UNESCO a réitéré son appel aux autorités congolaises et à la Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC). Il s'agit plus que jamais de veiller au désarmement des bandes et autres groupes armés qui sévissent dans le secteur du Parc national des Virunga.

Pour obtenir des informations complémentaires sur ce sujet et sur l'action de (l'Institut Congolais pour la Conservation de la Nature) l'ICCN et de ses  partenaires sur le terrain, vous pouvez consulter les liens suivants :

http://www.monuc.org/

 http://www.wildlifedirect.org/congo-rangers

 http://www.wildlifedirect.org/gorillaprotection