La Directrice générale de l’UNESCO, Mme Azoulay, a exprimé sa peine et sa vive préoccupation face à la nouvelle attaque armée, perpétrée dans la matinée de ce mercredi 24 juin 2020, contre des gardes de l'Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN), à l'intérieur Parc national des Virunga, bien inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, en République démocratique du Congo.                               

« Après le terrible assassinat, le 24 avril dernier, de quatre civils et de treize membres du personnel du Parc national des Virunga, cette nouvelle attaque nous remplit de consternation et de peine - a dit Mme Azoulay. Encore une fois, je rends hommage aux 5 gardes blessés, à leurs familles et à leurs collègues. Comme elle l'a déjà fait après l'attaque du 24 avril, notamment à travers son Fonds d’intervention d’urgence (RRF), l'UNESCO continuera à appuyer les efforts de la République démocratique du Congo pour renforcer les capacités du personnel en charge de la protection de ses sites naturels ».

D'après le département de communication de l'Institut National de Conservation de la Nature (ICCN), 4 des 5 gardes grièvement blessés ont été évacués dans la ville de Goma pour des soins appropriés.

Le Parc national des Virunga est le premier parc national à avoir été créé en Afrique. Il est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial depuis 1979 en raison de son exceptionnelle biodiversité, avec de nombreuses espèces endémiques et rares, tel que le gorille de montagne. Les attaques armées contre le personnel l’ICCN, en service dans les parcs se sont multipliées au cours des dernières années.