L'UNESCO a salué l'annonce faite par Bernard Looney, PDG de BP, selon laquelle le géant de l'énergie s'abstiendra d'entreprendre de nouvelles activités d'exploration ou d’exploitation de pétrole et de gaz dans les sites naturels, culturels ou mixtes du Patrimoine mondial de l'UNESCO.

La société a en outre accepté de consulter l'UNESCO au cas où elle envisagerait de tels projets dans des zones tampons ou d'autres zones adjacentes aux sites du Patrimoine mondial. bp s'est également engagé à éviter les activités associées qui pourraient avoir un impact sur la valeur ou l'intégrité des biens du Patrimoine mondial.

Cet engagement fait suite à plusieurs années de pourparlers entre l'UNESCO et bp et à des engagements similaires de la part des sociétés énergétiques Shell, Total et Tullow.

« Avec l'engagement de bp, un autre leader mondial de l'industrie du pétrole et du gaz reconnaît qu'il existe des lieux sur Terre qui devraient être protégés de l'impact des activités extractives en raison de leur importance planétaire. Les sites du Patrimoine mondial sont des endroits de cette nature, reconnus comme uniques et d'une valeur universelle exceptionnelle conformément à la Convention du patrimoine mondial », a déclaré Mechtild Rössler, Directrice du Centre du patrimoine mondial de l'UNESCO. Elle a souligné que la protection de notre patrimoine commun n'était pas seulement une responsabilité des États, mais aussi du secteur privé, puisqu'il a un rôle important à jouer dans la préservation de ces sites pour les générations futures.

« Nous sommes heureux de constater que l'engagement de libre renonciation gagne du terrain, non seulement dans les industries extractives mais aussi dans le secteur financier et des assurances », a ajouté Mme Rössler. « Nous nous réjouissons à la perspective de discuter plus avant avec bp sur la façon de mettre en œuvre cet engagement et nous espérons que sa décision incitera d'autres entreprises à adopter une position similaire ».

L'UNESCO et les organisations consultatives du Comité du patrimoine mondial sont engagées dans un dialogue avec d'autres sociétés afin de les inciter à s'abstenir d'explorer ou d'extraire du pétrole, du gaz et des ressources minérales à l'intérieur des périmètres des sites du Patrimoine mondial, tout en s'assurant que les opérations dans les zones périphériques ne menacent pas leur intégrité. Cela s’inscrit dans un effort plus large de l'UNESCO visant à collecter des fonds et à mobiliser des ressources pour la préservation de la biodiversité et du patrimoine, grâce à des partenariats plus solides avec le secteur privé, grâce aussi à la coopération scientifique et à l'engagement de la société civile.

L'UNESCO va annoncer prochainement une nouvelle initiative sous le mot-clé #WeThePlanet (nous la planète), visant à développer cet effort au niveau mondial.