La Journée internationale de la Terre est célébrée chaque année le 22 avril pour nous rappeler que la Terre et ses écosystèmes assurent notre subsistance et que nous avons la responsabilité collective d'atteindre un équilibre entre les besoins économiques, sociaux et environnementaux des générations présentes et futures.

Cette année le Jour de la Terre souligne l'importance de la protection des espèces. Les sites du patrimoine mondial abritent les espèces les plus exceptionnelles du monde. L'environnement marin de la Système naturel de la Réserve de l'île Wrangel (Fédération de Russie), par exemple, est une lieu de migration de plus en plus important pour la baleine grise, dont certaines proviennent du site du patrimoine mondial du Sanctuaire de baleines d'El Vizcaino (Mexique). L'île Wrangel est aussi l'habitat de reproduction de la seule population d'Oies des neiges d'Asie, qui se rétablit lentement après un recensement de leur population historiquement bas.

Le Parc national du Manú (Pérou) ne couvre que 0,01% de la surface terrestre et le site de la forêt tropicale abrite environ 10% des espèces d'oiseaux connues dans le monde. Les Aires protégées de la Région Florale du Cap (Afrique du Sud) sont un paradis pour les espèces végétales et l'endémisme (6 000 espèces endémiques en Afrique du Sud), tout en abritant près de 20% de la flore du continent.  

Dans de nombreux endroits du monde, les sites du patrimoine mondial sont les derniers bastions naturels d'espèces menacées. Près d'un tiers de tous les sites marins inscrits sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO sont menacés par une pêche intensive ou illégale. Sanctuaires du grand panda du Sichuan - Wolong, Mont Siguniang et Montagnes de Jiajin (Chine) abritent plus de 30% des pandas du monde, l'une des espèces les plus menacées. 

Les défis auxquels est confrontée la conservation du patrimoine mondial, combinés aux effets du changement climatique, sont sans précédent dans l'histoire de l'humanité. La nécessité d'une collaboration conjointe entre toutes les parties prenantes est une nécessité. Les sites du patrimoine mondial sont le test décisif pour mesurer le succès du mouvement mondial qui tente d’instaurer des aires protégées et ont le potentiel d'être un laboratoire d'apprentissage et une source d'inspiration pour celles-ci. La Convention du patrimoine mondial encourage la communauté mondiale à s'engager à sauver ces habitats irremplaçables.

Nous devons travailler ensemble pour sauvegarder ces sites du patrimoine mondial, dont beaucoup sont des écosystèmes critiques pour les espèces menacées et des ressources vitales pour la survie de notre planète.

Pour en savoir plus, voir l'article de la Revue du patrimoine mondial, " Le patrimoine mondial et les espèces : des refuges sûrs pour la faune sauvage ?