English Français

Développement de capacités de gestion de l’information sur le patrimoine mondial dans les États arabes

Ce projet comprend quatre activités principales :

  • la création et le développement d’un site Internet en langue arabe sur le patrimoine mondial de la Région arabe, en coopération avec un partenaire régional (éventuellement l’Autorité d’Al Aïn aux Émirats arabes unis) ; l’élaboration, grâce à des ateliers pilotes sur le terrain, de quatre modules de formation pour le renforcement des capacités de gestion de l’information sur le patrimoine mondial ;
  • la création d’un réseau de ressources scientifiques et humaines (base de données, liste d’experts, institutions responsables, bibliographie, etc.) ; l’organisation d’un atelier régional pour présenter les résultats de ces activités à des partenaires régionaux, recueillir leurs commentaires et définir des mesures de suivi.
  • travailler en réseau dans un contexte multidisciplinaire et international ; les participants ont pu explorer, partager et appliquer concrètement les techniques de gestion de l’information pour documenter le patrimoine mondial à l’aide d’exemples pratiques.

Les stagiaires ont travaillé avec des instructeurs régionaux et internationaux réputés. Ils ont présenté et échangé leurs points de vue.

Objectifs

  • fournir aux gestionnaires des sites inscrits au patrimoine mondial de la Région arabe et au grand public des informations actualisées sur la Convention ;
  • aider au renforcement des capacités pour la gestion de l’information sur le patrimoine mondial des États arabes, comme le recueil de données, la production de cartes et l’élaboration de systèmes de suivi, afin d’améliorer la gestion et la conservation des sites du patrimoine mondial de la région. 

Contexte

La Convention du patrimoine mondial est le fleuron de l’UNESCO dans ses efforts pour conserver les sites culturels et naturels du monde entier. La Convention « a été adoptée par la Conférence générale de l’UNESCO en 1972 » (WHC 2004). Actuellement « plus de 170 pays ont adhéré à la Convention, ce qui en fait l’un des instruments juridiques internationaux pour la protection du patrimoine culturel et naturel les plus universels. »

Au cours des dernières années, le Centre du patrimoine mondial a piloté une série de rapports périodiques régionaux, afin d’évaluer l’application de la Convention pour la protection des sites inscrits. Ces rapports ont fourni au Comité des évaluations sur « les dispositions législatives et règlements administratifs et les autres mesures qu’ils (les Etats parties) auront adoptés pour l’application de la Convention, incluant l’état de conservation des biens du patrimoine mondial situés sur leur territoire » (extrait du paragraphe II.B.69 des Orientations devant guider la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial).  

Dans la Région arabe, ce cycle de rapports a mis en évidence un nombre croissant de problèmes critiques pour la mise en œuvre de la convention et la gestion des sites du patrimoine mondial, dont les plus importants sont :

  • l’absence d’une méthodologie de gestion et de conservation des sites appropriée et à long terme, notamment un suivi d’état périodique (maintenance), une évaluation régulière des valeurs et une mise en valeur des biens pour les visiteurs ;
  • le manque de capacités en matière de techniques de conservation et d’activités de suivi ;
  • ces constats reposent sur le fait que les limites territoriales des sites et de leurs zones tampons sont controversées ou manquent de clarté, ce qui empêche un contrôle des facteurs dégradants du site (croissance urbaine, réseaux routiers, agriculture, etc.). De plus, pratiquement aucun site ne dispose d’un système cohérent et continu de documentation et de suivi.  (Extrait du paragraphe 1.4 La gestion et la conservation des sites du patrimoine mondial – Document WHC-03/27.COM/INF.20A : Programme régional pour les États arabes.)

Cette initiative s’efforce donc de traiter ces problèmes critiques en développant des capacités de gestion de l’information sur le patrimoine mondial dans les États arabes, afin de fournir aux sites une documentation adéquate et de promouvoir les capacités de gestion et d’échange d’informations sur la région.

Résultats
  • periodic reporting
  • technical cooperation
  • training
Objectifs stratégiques
  • Crédibilité
  • Conservation
  • Développement des capacités
  • Communication