English Français

Soutien au Programme du patrimoine mondial pour l’architecture de terre (WHEAP)

En 2007, le Centre du patrimoine mondial, avec le soutien de la Convention France-UNESCO, a lancé en 2007 un repérage et une analyse de la Liste du patrimoine mondial et des Listes indicatives (des États parties à la Convention du patrimoine mondial de 1972) pour repérer les biens construits en terre.

En 2008, la 10ème Conférence internationale sur l’étude et la conservation du patrimoine bâti en terre, Terra 2008, a été l’occasion de faire le point sur la situation mondiale de l’architecture de terre et sur la recherche scientifique qui la soutient, et de lancer le Programme du patrimoine mondial pour l’architecture de terre (WHEAP). L’une des principales conclusions de la conférence a été la reconnaissance de l’étude de l’architecture de terre en tant que discipline à part entière. Cette appréciation grandissante implique de nombreuses possibilités pour diffuser et approfondir les connaissances traditionnelles et nouvelles en matière de conservation d’architecture de terre.

C’est également suite à Terra 2008, que l’intérêt pour une étude et un inventaire détaillé a été confirmé. L’étude a été mené par CRAterre-ENSAG, le Centre de recherche et d’application en terre de l'École d'Architecture de Grenoble (France), et avait pour objectif d’établir, en premier lieu, un inventaire actualisé des biens d'architecture de terre inscrits sur la Liste du patrimoine mondial et sur les Listes indicatives, puis d’établir les bases d’une analyse à partir d’un questionnaire trilingue sur l’état de conservation et de gestion des biens construits en terre inscrits sur la Liste du Patrimoine Mondial. Cette analyse était structurée autour de quatre thèmes : I - typologies et modes de construction ; II - situation actuelle des biens ; III - menaces exercées sur les biens ; IV - priorités d'action. Cette étude a été l’occasion de mettre au point un fichier d'experts, de gestionnaires de sites et d'institutions nationales compétentes.

Cette étude a amélioré connaissance des biens, notamment par l'identification des questions clés et des besoins pour mieux cibler à la fois la programmation et les contenus des activités de sauvegarde et de formation. L’analyse est d'autant plus importante pour le Centre du patrimoine mondial qui gère des projets de conservation de l'architecture de terre, et qui doit programmer les actions prioritaires à mener.

En 2012, l’inventaire de l’architecture de terre du patrimoine mondial a été finalisé et a permis de démontrer l’importance de la présence de l’architecture de terre dans des biens inscrits. Il est disponible en ligne et comprend 150 biens classés par régions (Afrique, États Arabes, Asie-Pacifique, Europe et Amérique du Nord et Amérique latine et Caraïbes). Il présente des données collectées auprès des gestionnaires des sites, synthétisées sous forme de fiches illustrées, qui situent le bien dans son contexte géographique et culturel, et décrivent les caractéristiques et les spécificités concernant l’usage de la terre.

Objectifs stratégiques
  • Conservation