English Français

Assistance technique pour la gestion et la valorisation des Zones historiques d'Istanbul, Turquie

Les Zones historiques d'Istanbul, Turquie, ont été inscrites sur la Liste du patrimoine mondial en 1985, et en tant que point stratégique sur la péninsule du Bosphore entre les Balkans et l'Anatolie, la mer Noire et la Méditerranée, la Ville d'Istanbul a été associée à de grands événements politiques, religieux et artistiques pendant plus de 2000 ans. Ses chefs-d'œuvre comprennent l'ancien hippodrome de Constantin, la basilique Sainte-Sophie qui date du VIe siècle et la mosquée Süleymaniye qui date du XVIe siècle ; ils sont actuellement menacés par la surpopulation, la pollution industrielle et une urbanisation incontrôlée.

La Convention France-UNESCO a apporté un appui technique et financier pour accompagner l’élaboration d’études  urbaines et développer des mécanismes de gestion et mettre en œuvre des opérations pilotes à Fatih, Zeyrek, Sulemanye et Yenikapi entre 1999 et 2004.

Le projet de requalification urbaine a débuté en 1999 par la création de la Maison du patrimoine de Fatih, instance coordinatrice des opérations de réhabilitation. Dès sa création, la Maison du patrimoine a bénéficié d’un appui technique et administratif de la Convention France-UNESCO.

Le District de Fatih comprend notamment les quartiers de Balat, Fener, Zeyrek et Yenikapi. Le projet a porté sur ces quatre quartiers, et plus spécifiquement sur Zeyrek et Yenikapi. Zeyrek se compose principalement d’habitat traditionnel ottoman en bois, qui à l’époque était dans un état préoccupant. Les habitants de ces quartiers vivaient dans des conditions particulièrement précaires.

A l’issue de la conférence Habitat II en 1996, le Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO a effectué grâce à des fonds de l’Union Européenne et avec le soutien d’Yves Dauge et de l’Institut Français d’Études anatoliennes d’Istanbul (IFEA) une étude de faisabilité sur la réhabilitation et la revitalisation du district de Fatih. Par son enjeu, cette étude dépassait largement le cadre géographique dans lequel elle s’inscrivait. Il s’agissait de faire la démonstration que l’avenir des quartiers anciens ne se limitait pas à une restauration à but touristique, et qu’il était possible de maintenir l’habitat populaire et protéger le patrimoine tout en améliorant les conditions de vie des habitants. Dans ce cadre, l’UNESCO a proposé un projet de développement fondé sur une étude de requalification du patrimoine et une étude juridique sur la réglementation urbaine. Ce projet de développement a permis l’octroi par la communauté européenne d’une aide de 7 millions d’euros à la Turquie, pour mettre en place des projets associant protection du patrimoine culturel et développement durable.

L’UNESCO a co-financé l’établissement de la Maison du Patrimoine de Fatih (quartier de Balat) en 1999, et des études à Zeyrek, Sulemanye et Yenikapi (2001-2003). La Maison du Patrimoine a été mise en place en 1999 sur le quartier de Balat, dans le cadre de l’assistance apportée par l’UNESCO. Cette structure permet d’informer et de conseiller les habitants sur les opérations de réhabilitation du patrimoine et des espaces publics permettant une mise en valeur du patrimoine.

Une assistance technique complémentaire a été apportée pour accompagner la Maison du patrimoine et l’organisme national de logement social turc (TOKI) dans la mise en œuvre d’opérations de logement social sur les quartiers de Balat et Fener et notamment dans les édifices classés. Cette assistance a mobilisé le savoir-faire de mécanismes français d’aide à la réhabilitation du logement tel que l’ANAH, l’association PACT ARIM.

Le projet de l’Union Européenne a été mis en œuvre à partir de février 2003 et concernait exclusivement les quartiers Balat et Fener (également intégrés à Fatih). L’UNESCO a conduit des opérations s’appuyant sur la dynamique créée par le projet de l’Union Européenne engagé à Balat et Fener pour l’étendre à Zeyrek et Yenikapi sous la responsabilité de la municipalité de Fatih.

Plusieurs études urbaines ont été conduites pour mettre en place des projets de développement et de protection du patrimoine dans les quartiers de Zeyrek et Yenikapi ainsi que pour évaluer les réhabilitations prioritaires à effectuer, en étudiant notamment la faisabilité de réhabilitation partielle (concentrée sur les toits et la façade) pour mettre en place un programme de réhabilitation sur une dizaine de maison.

Par ailleurs, la municipalité d’Istanbul avait programmé la mise en place d’un réseau de transport inter-régional irriguant la Corne d’Or sur plus de 70 km. L’établissement de ce réseau passait par la requalification de la gare et du quartier environnant qui était soumis à des transformations urbaines majeures. Plusieurs missions d’études techniques ont été entreprises pour élaborer des mesures et des projets de sauvegarde des édifices ottomans en bois situés à Yenikapi et notamment conseiller les acteurs locaux afin de protéger le quartier de Yenikapi, dans le cadre du développement massif du quartier de la gare

 

Sites du patrimoine mondial
Objectifs stratégiques
  • Communautés
  • Conservation
  • Communication