English Français

Étude de cas : Ujung Kulon

Le parc national, situé à l’extrémité sud-ouest de Java en bordure du détroit de la Sonde, comprend la péninsule d’Ujung Kulon et plusieurs îles, et inclut la réserve naturelle du Krakatoa. Outre sa beauté naturelle et son intérêt géologique, il contient la plus grande superficie restante de forêts pluviales de la plaine de Java. Il abrite plusieurs espèces végétales et animales menacées, dont la plus menacée de toutes, le rhinocéros de Java.

Sensibiliser

Le gestionnaire du site du patrimoine mondial du Parc national d’Ujung Kulon (UKNP), Awriya Ibrahim, commente l’inscription en ces termes :

« La sensibilisation au statut de patrimoine mondial au niveau local a été un défi pour le Parc national d’Ujung Kulon, en raison du fait que la population locale et souvent même le gouvernement local méconnaissent et ne comprennent pas le statut de patrimoine mondial. De plus, ils n’ont pas l’impression de tirer des avantages directs de l’obtention de ce statut. »

Un programme d’éducation à la conservation a été lancé pour améliorer la situation. Cette campagne est financée en partie par la Fondation des Nations Unies (UNF) en collaboration avec le Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO (WHC) et une organisation environnementale non gouvernementale appelée Rare.

Cette campagne d’éducation à la conservation a pour intention de sensibiliser le personnel du parc et les membres de la communauté à l’importance des ressources naturelles que l’on trouve à Ujung Kulon et de susciter chez eux un sentiment de fierté. La mise en œuvre des méthodes des ‘campagnes de fierté’ de Rare vise à générer cette fierté parmi la communauté et à lui donner envie de conserver la biodiversité du parc dans sa vie quotidienne.

«  Avec l’aide du Centre du patrimoine mondial et de Rare, nous espérons créer un vaste mouvement d’adhésion pour soutenir le parc dans ses efforts de promotion de la conservation. Cela aidera également à protéger contre les risques d’utilisation non durable des ressources, d’augmentation de la population, d‘un tourisme incontrôlé et d’autres formes de développement non réglementé. » Awriya Ibrahim

Les valeurs de patrimoine mondial du site sont également transmises aux résidents, aux visiteurs et au public par des prospectus, des brochures, des photos et des affiches disponibles au centre d’information et par des activités de vulgarisation destinées en particulier aux écoles élémentaires.

Rehausser la protection

Selon l’équipe de gestion d’Ujung Kulon, le statut de patrimoine mondial a eu pour effet non négligeable d’ajouter davantage de poids et d’influence à la prise de décision politique, ce qui limite en même temps le risque de voir le site utilisé à des fins d’extraction ou son périmètre réduit.

« En tant que gestionnaire du Parc national d’Ujung Kulon, j’utilise le statut de patrimoine mondial dans chaque réunion ou atelier afin d’attirer l’attention de l’ensemble des partenaires concernés pour que la protection du site soit plus authentique. Le gouvernement central et le gouvernement local ont soutenu toutes les politiques émanant de l’autorité de gestion d’UKNP pour contribuer à la protection et à la conservation du site, car ils connaissent l’importance d’UKNP en tant que site du patrimoine mondial. » Awriya Ibrahim

Augmenter les financements

En général, le financement pour le Parc national d’Ujung Kulon est issu du budget du gouvernement central et ce financement a peu varié au cours des années qui ont précédé et suivi l’inscription au patrimoine mondial.

Si les fonds affectés au parc ont augmenté, c’est dans une large mesure grâce aux projets Patrimoine mondial/UNF/Programme des Nations Unies pour l’environnement/Rare mis en œuvre localement. Le Fonds mondial pour la nature (WWF) est également un partenaire privilégié du parc et son engagement de protéger les 50 ou 60 derniers rhinocéros de Java a simultanément accru les financements et les capacités du parc.

« Le WWF et les gestionnaires d’UKNP utilisent le statut de patrimoine mondial dans toutes les réunions et propositions, afin de susciter un soutien enthousiaste de la part des bailleurs et une contribution financière à leurs projets à UKNP. De nombreux partenaires du parc sont également tout à fait disposés à accorder leur soutien financier aux programmes de conservation d’UKNP. Ils sont conscients et fiers de la valeur des ressources naturelles du parc et de son importance en tant que site du patrimoine mondial. » Awriya Ibrahim

Améliorer la gestion

Le changement de gestionnaire de ce site du patrimoine mondial relève du gouvernement central de Jakarta. Il n’existe pas de formation spécifique pour les nouveaux gestionnaires de site du patrimoine mondial et les intéressé(e)s doivent se former par leurs propres moyens, s’agissant notamment du statut de patrimoine mondial du site.

Afin d’améliorer cette situation et de contribuer plus généralement au renforcement des capacités de gestion, le Bureau de l’UNESCO de Jakarta organise régulièrement des réunions sur les sites du patrimoine mondial. Ces réunions permettent aux gestionnaires de sites d’échanger leurs expériences, de discuter de leurs problèmes et de tenter de les résoudre ensemble.

À la question concernant les avantages potentiels d’un échange d’expériences et d’un travail en réseau entre les sites du patrimoine mondial, Awriya a déclaré :

« Développer le travail en réseau et les échanges entre sites peut améliorer davantage la gestion, notamment entre les aires protégées extérieures au pays. » Awriya Ibrahim

Tirer profit du tourisme

Le projet Patrimoine mondial/Fondation des Nations Unies/Programme des Nations Unies pour l’environnement/Rare pour Ujung Kulon concerne la planification de la fréquentation du public. Ce programme est destiné à aider la direction du Parc national d’Ujung Kulon à élaborer sa propre planification. Ce projet dote UKNP de la capacité d’exécuter ses propres plans, en lui donnant une vision et des orientations sur la manière dont le tourisme, et en particulier les produits et services destinés aux visiteurs, sont développés et gérés dans le parc.

« Grâce à cet important outil de planification, nous espérons doter le personnel du parc de la capacité de planifier et de gérer le tourisme actuel. Nous allons également explorer le potentiel du tourisme durable en tant qu’outil pour conserver plus largement la biodiversité du parc et le protéger contre un éventuel développement touristique non planifié qui s’étendrait jusqu’au littoral. » Awriya Ibrahim

Awriya a enfin donné son impression d’ensemble sur les effets de l’inscription au patrimoine mondial :

« L’inscription du site comme patrimoine mondial naturel augmente la valeur du parc aux yeux des visiteurs. Les gens sont davantage intéressés à visiter le site lorsqu’ils savent qu’il a une valeur importante et que celle-ci a été reconnue par son inscription sur la liste en tant que bien du patrimoine mondial naturel ; ils y sont sensibles. »

Projets à venir

La patrouille côtière d’Ujung Kulon a été créée pour compléter les unités de patrouille terrestre du Parc. La nécessité d’une patrouille côtière découle de l’idée de prévenir toute entrée illégale dans l’habitat des rhinocéros par la mer de la péninsule d’Ujung Kulon. Depuis sa mise en place en 2002, la patrouille côtière a été en mesure d’empêcher et d’appréhender plusieurs contrevenants, notamment des pêcheurs à la bombe et au cyanure. La présence de cinq unités de patrouille côtière a également eu une incidence sur la régénération et la recolonisation des récifs marins dans certaines zones des territoires marins d’Ujung Kulon. Cependant, cette opération fonctionne avec un très maigre budget et demande à présent un soutien financier supplémentaire pour fonctionner à plein régime.

Sites du patrimoine mondial
Objectifs stratégiques
  • Conservation