English Français
(16/06/2005) © UNESCO / Graciela Gonzalez-Brigas | Image Source: Graciela Gonzalez-Brigas

Recommandations pour la sauvegarde de Bamiyan formulées par le groupe de travail des experts

Un groupe d'experts afghans et internationaux travaillant à la sauvegarde du site de Bamiyan (Afghanistan), ainsi que des représentants des gouvernements afghan et japonais et de l'UNESCO ont formulé, à la suite d'une réunion tenue à Tokyo en décembre 2004, des recommandations pour les futures activités en faveur de la préservation du site de Bamiyan.

Bamiyan demeure, malgré la destruction de ses deux statues monumentales de Bouddha par les Talibans en 2001, l'un des exemples les plus importants au monde de l'art de Gandhara. Le Groupe de travail des experts a été créé en 2002 dans le cadre du mandat de coordination de l'ensemble des projets culturels confié à l'UNESCO par le gouvernement afghan, et se réunit pour la troisième fois en 2004. Il coordonne les activités exécutées dans le cadre du projet de l'UNESCO « Sauvegarde du site de Bamiyan » financé par le fonds-en-dépôt japonais à hauteur de 1 815 967 USD, et dont l'objectif est de préserver et protéger le patrimoine culturel de la vallée de Bamiyan. Le Groupe des experts s'intéresse également à la coordination des projets bilatéraux, dont, par exemple, l'importante contribution financière du gouvernement allemand en faveur de la conservation des fragments des deux statues de Bouddha. L'approbation des recommandations par le Groupe de travail des experts marque la fin de ce projet de deux ans financé par le Japon et exécuté avec succès par l'UNESCO, et détermine les futurs objectifs d'une seconde phase.

La troisième réunion du Groupe des experts, organisée par l'UNESCO et la National Research Institute for Cultural Properties, Tokyo (NRICP), avait pour objectif de faire le point sur les actions entreprises, d'identifier les prochaines priorités, d'explorer des pistes de financement et de coordonner les activités à exécuter en 2005. Les participants à la réunion ont exprimé leur grande satisfaction à propos des interventions effectuées pour consolider les niches des statues de Bouddha, en préserver les fragments, protéger les peintures murales, cartographier le site, préparer le schéma directeur et former le personnel afghan local. Par ailleurs, les experts ont pu, pour la première fois, déterminer avec certitude, grâce au carbone 14, l'âge des deux statues de Bouddha : le Petit Bouddha date de 507 après J.-C., alors que le Grand Bouddha date de 551 après J.-C. Les participants ont convenu de la nécessité de poursuivre ces actions d'urgence entreprises dans le cadre de la première phase de ce projet, et ont préconisé de prendre dès que possible des mesures à plus long terme afin d'assurer la préservation continue du site.

Auteur(s) : UNESCO, Division du Patrimoine Culturel.