English Français
Aidez maintenant !

Fleuve et Patrimoine - Projet "Niger-Loire : Gouvernance et Culture"

© Lâm Duc Hiên / Lâm Duc Hiên
2004 - 2011
Catégories Partenariats Paysages culturels

Le projet Niger-Loire : gouvernance et culture, coordonné par le Centre du Patrimoine Mondial dans le cadre de la Convention France-UNESCO, cofinancé par la Commission européenne, a été lancé au Mali en novembre 2007, dans le prolongement des réflexions engagées dès 2004 sur la valorisation du delta intérieur du fleuve Niger au titre de paysage culturel.

Ce territoire constitue un réservoir culturel et naturel riche d’un patrimoine exceptionnel. Les nombreuses communautés qui l’habitent ont développé des pratiques, des modes de production et d’aménagement de l’espace adaptés aux milieux. Cet équilibre entre l’homme et son environnement est aujourd’hui compromis.

En effet, sur le fleuve pèsent de nombreuses menaces environnementales. Encore très peu aménagé, le fleuve Niger va connaître, dans les années à venir, de profondes mutations liées aux aménagements hydrauliques qui vont changer sa morphologie et les conditions de vie des populations qui l’habitent. Le projet s’inscrit dans une démarche de valorisation des ressources environnementales et culturelles liées au fleuve. Il cible les collectivités locales riveraines du fleuve Niger et vise à renforcer les capacités des élus et des techniciens à travers des actions de formation. Le projet a également pour objectif de mieux connaître les ressources culturelles liées au fleuve, d’explorer les comportements des populations riveraines vis-à-vis de la ressource en eau et l’impact sur le fleuve des activités humaines. Le projet vise enfin, plus globalement, à sensibiliser les populations riveraines à la sauvegarde du fleuve et à contribuer à la réappropriation culturelle du fleuve à travers des activités éducatives ou artistiques.

Le projet, d’une durée de trois ans, s’appuie sur une coopération entre le Niger et la Loire, mobilisant les collectivités territoriales engagées dans la coopération décentralisée, les universités et les établissements techniques, la Mission Val de Loire, animatrice du bien inscrit sur la Liste du patrimoine mondial : il constitue en ce sens l’expérience la plus aboutie à ce jour de « coopération de fleuve à fleuve ».

Les activités d’enquêtes et de connaissance se sont achevées en 2009. Elles ont permis de collecter une matière importante et d’apporter un appui méthodologique aux structures partenaires.

Un centre de teinturerie artisanale a été construit à Bamako. L’atelier du Conservatoire des Arts a été mis en œuvre en janvier 2011. Les « causeries du fleuve » se poursuivent : quatre éditions ont été organisées entre octobre 2010 et février 2011 à Bamako, Ségou et Mopti. Ces discussions publiques, construites autour des thèmes du projet, offrent la possibilité aux populations de s’exprimer sur le fleuve : quelle est leur vision du fleuve ? Quelles sont leurs inquiétudes et les difficultés rencontrées ?

L’enjeu principal concerne l’exploitation et la diffusion des données produites. Le musée national de Bamako a accueilli en mai 2011 une exposition de restitution des résultats du projet, qui a circulé ensuite au Mali. Quatre brochures de restitution des inventaires culturels sont réalisées. La publication d’un ouvrage global de restitution du projet est à l’étude. Un article sur le projet est publié dans le rapport annuel de l’UNESCO, ainsi que dans l’édition 2011 de la revue du Patrimoine Mondial, consacrée au thème de l’eau. 

En complément (1)
Etats parties (2)
Objectifs stratégiques
  • Crédibilité
  • Communautés
  • Conservation
  • Développement des capacités
  • Communication