jump to the content

Harar- La ville fortifiée

L'origine de la ville de Harar est antérieure au XIIIe siècle. La position stratégique de Harar, entre les plaines côtières et les hauts plateaux du centre ont favorisé son développement en tant que centre important pour la culture islamique et carrefour commercial. Une période d'instabilité a conduit à l'affaiblissement de son pouvoir traditionnel entre le XVIe et le XVIIIe siècle mais, au cours du XIXe siècle, elle a reconquis son importance.

Jusqu'à ce siècle, le développement de la ville s'est fait seulement à l'intérieur des remparts datant du XVIe siècle, où vit une population qui continue de s'accroître.

Bien que la ville moderne se soit lentement développée extra-muros, Harar a, d'une façon générale, préservé une apparence harmonieuse et compte près de 100 mosquées. La vieille ville de Harar est l'une des rares cités éthiopiennes qui se soient développées à partir des traditions architecturales islamiques. En même temps, elle conserve une combinaison exotique de différentes cultures éthiopiennes.

Plan d'action

Le caractère de la vieille ville doit être préservé mais il faut en même temps améliorer l'infrastructure et l'habitat. La restauration des remparts, un ensemble de maisons traditionnelles harari et la maison du poète français Rimbaud, figurant dans le programme de restauration, sont en cours d'exécution. La maison dite "Maison de Rimbaud" a été restaurée par la France et est devenue un centre culturel.

La région de la haute vallée de l'Aouache, située au sud d'Addis-Abeba comprend un nombre remarquable de sites archéologiques.

Ils comprennent le site préhistorique de Melka Konturé, datant de deux millions d'années, des milliers de stèles sculptées et l'église creusée dans le roc de Adadi Maryam.
Sites du patrimoine mondial