English Français

Forum des jeunes sur le patrimoine mondial sous-régional, première réunion d’Europe centrale (2002)

Le but de cette première réunion d’Europe centrale – Le patrimoine mondial entre les mains des jeunes – à Bratislava (Slovaquie), 24-29 juin 2002, était de mettre en mouvement une approche pédagogique novatrice et de développer une responsabilité partagée pour notre patrimoine culturel et naturel commun.

Il est important d’intégrer l’éducation au patrimoine mondial aux activités scolaires et périscolaires afin de renforcer l’attitude positive des jeunes en faveur de la conservation et la sauvegarde de ce patrimoine. C’est en apprenant à apprécier et à chérir leur propre patrimoine que les jeunes pourront aussi apprécier le patrimoine d’autres cultures.

Recommandation

Nous, participants à la Première réunion d’Europe centrale « Le patrimoine mondial entre les mains des jeunes » d’Autriche, de la République tchèque, de Hongrie, de Pologne, de Slovaquie et de Slovénie, ayant à l’esprit :

  • les conclusions du 30anniversaire de la Convention concernant la protection du patrimoine mondial culturel et naturel ;
  • la contribution de la Convention à la compréhension mutuelle, la paix, la communication et l’intégration régionale ;
  • l’importance de l’implication des jeunes dans le processus de protection du patrimoine mondial aux niveaux régional et du développement d’une responsabilité partagée pour notre patrimoine commun ;
  • que les sites du patrimoine mondial sont des biens administrés pour le compte des générations futures en tant qu’héritage légitime et source de connaissances.

Recommandons avec force que :

    • les sites du patrimoine mondial ne soient pas de simples « vitrines », mais que leurs gestionnaires et propriétaires soient encouragés à élaborer des programmes impliquant enseignants et étudiants pour réfléchir à la pérennité de ces sites et permettre une interaction dynamique avec eux ;
    • les sites du patrimoine mondial deviennent une source de connaissances, de fierté et d’épanouissement pour les jeunes générations ;
    • les sites du patrimoine mondial posent les normes de l’approche pédagogique des autres sites du patrimoine ;
    • les sites du patrimoine mondial soient considérés à l’aune de l’évolution historique, reconnaissant que d’autres cultures et nationalités pourraient aussi s’identifier à un site ;
    • les sites du patrimoine mondial touchés par des conflits soient reconsidérés et remis dans une perspective permettant une compréhension d’ensemble ;
    • les ministres de l’Éducation et de la Culture prennent les mesures appropriées pour intégrer le patrimoine mondial aux programmes scolaires de leurs pays respectifs ;
    • L’UNESCO prenne des mesures sans délai pour assister les enseignants et les étudiants en leur fournissant sur Internet des informations à jour sur le patrimoine mondial qui :
      • témoignent des projets à l’œuvre dans tous les pays ;
      • soient source de conseils pour les enseignants afin d’intégrer le patrimoine mondial à leurs programmes scolaires ;
      • permettent aux écoles d’échanger leur expérience avec d’autres écoles.

Conclusions

Le patrimoine mondial est un pont pour la compréhension et la coopération. Il a permis de créer un lien entre nos pays voisins d’Europe centrale. Les jeunes ont appris en de multiples occasions comment l’étude du patrimoine mondial peut nous aider à comprendre le monde et les processus naturels et humains qui continuent de le façonner. Cette compréhension représente pour nous une base sur laquelle nous nous efforçons de créer un monde plus tolérant, pacifique et démocratique qui respecte les manifestations omniprésentes de la créativité humaine – particulièrement en préservant le message du patrimoine multiculturel dont témoigne la Liste du patrimoine mondial et de nombreux autres sites. Nous pouvons, avec les autres équipes qui ont coopéré, profiter de l’expérience stimulante de cette réunion dans la pratique et l’apprentissage scolaire quotidien. La Déclaration de Bratislava a également constitué un message constructif et une impulsion pour l’UNESCO. Ce message pourrait faciliter un soutien affirmé de l’interaction entre enseignants et étudiants dans le domaine du patrimoine culturel, et ce, dans le monde entier.

Organisateurs

Fondation pour la protection du patrimoine culturel de Bratislava (Slovaquie)
Commission nationale slovaque pour l’UNESCO

Participants et observateurs

80 jeunes des écoles associées de l’UNESCO (réSEAU) des pays participants et leurs enseignants.

Pays représentés

Autriche, République tchèque, Hongrie, Pologne, Slovénie et République slovaque.

Collaborateurs aux activités / Sponsors

  • Ministère de la Culture de la République slovaque 
  • Fonds international Visegrad
  • Commission nationale hongroise pour l’UNESCO
  • Commission nationale autrichienne pour l’UNESCO
  • Municipalité de Bratislava
  • Office de protection des monuments de Bratislava
  • Musée municipal de Bratislava
  • Institut archéologique de l’Académie slovaque des sciences
  • Commissions nationales pour l’UNESCO des pays participants
Etats parties (1)