English Français

Deuxième Forum international des jeunes sur le patrimoine mondial (1998)

Osaka, Japon, 22-29 novembre 1998

Objectifs

L’objectif du Forum des jeunes était de construire un pont vers le prochain millénaire en promouvant la paix, la restauration et la préservation, l’environnement naturel et la coexistence.
Le Forum a suggéré à l’UNESCO de créer le « mouvement du patrimoine mondial » avec les jeunes et les enfants à l’occasion du nouveau millénaire.

Projet final des étudiants : le « vœu des Patrimonitos »

Nous nous sommes réunis ici, à Osaka, au Japon, mus par l’idée partagée de paix et de compréhension mutuelle, pour discuter de la valeur et de l’état actuel du patrimoine mondial ainsi que pour trouver des moyens de le préserver.

Pourquoi le patrimoine mondial est-il important pour nous, les jeunes ?

Notre patrimoine est constitué par notre planète tout entière. L’art humain et l’art de la nature sont là pour nous rappeler notre existence en tant qu’êtres humains. C’est un bien commun transmis par nos ancêtres qui nous révèle l’identité des communautés et des pays ainsi que des individus. Le patrimoine nous rend fiers, uniques et unis.

Notre identité dépend de la paix. Nous savons que la guerre peut détruire le patrimoine culturel et quand c’est le cas, l’histoire et l’identité de la nation sont perdues. Il n’y a pas d’identité sans histoire ou patrimoine. Il est important d’établir la paix partout dans le monde afin de protéger notre patrimoine, et de porter les idées de paix et de coexistence des êtres humains dans l’environnement naturel.

Ce dont nous avons pris conscience

Nous sommes conscients de la nécessité pour nous de connaître avant de pouvoir agir. L’éducation est la clé. Plus nous en saurons sur les sites de notre patrimoine, plus nous les apprécierons et ferons de notre mieux pour les protéger. Si nous pouvons aider les jeunes à connaître ces sites spéciaux du patrimoine, peut-être en comprendront-ils l’importance. Les avertissements comme celui d’Hiroshima resteront à jamais un exemple de la cruauté de la guerre et de l’ignorance des peuples. Nous devons connaître notre histoire pour ne pas répéter les erreurs qui se sont produites par le passé et qui se produisent encore actuellement.

Malheureusement, bon nombre de jeunes gens ont actuellement des difficultés pour apprendre et comprendre leur patrimoine en raison des conflits, des guerres et des problèmes économiques que connaissent nos pays.

Nous avons besoin de comprendre la valeur et la situation actuelle du patrimoine pour prendre des mesures en faveur de sa préservation et trouver des solutions aux différents problèmes auxquels chaque communauté fait face aujourd’hui. Nous pensons que si les individus sont pleinement conscients des problèmes, alors ils sont mieux armés pour décider s’il leur faut agir ou pas. La connaissance et la passion pour ces sites amènent à prendre des décisions justes et à tirer des conclusions.
En travaillant avec les enseignants, nous pouvons étendre les connaissances des étudiants dans les écoles pour leur faire prendre conscience de l’importance de nos sites du patrimoine mondial et comment les préserver et les promouvoir.

Des actions pour l’avenir

Ainsi, nous, les jeunes du monde, avons vu qu’il est de notre responsabilité de faire tout ce que nous pouvons pour préserver le patrimoine mondial :

Un engagement dynamique dans les campagnes de sensibilisation pour les écoles et les communautés, par exemple par la publication de lettres d’information qui traitent des questions relatives au patrimoine mondial ;

Prendre part à des projets de préservation de sites du patrimoine mondial, par exemple en organisant des clubs pour débattre de ces questions locales, nationales et mondiales ;
Dans les médias, transmettre à d’autres jeunes l’idée de l’importance des sites du patrimoine mondial et de leur préservation ;

Une coopération accrue entre enseignants et étudiants pour faire entendre la voix des jeunes dans le système scolaire ;

Au lieu de discuter éternellement de problèmes, lors de notre retour dans nos pays, nous informerons le reste des jeunes de l’importance du patrimoine mondial et organiserons un groupe ouvert auquel ils pourront se joindre pour participer à la préservation du patrimoine mondial en s’occupant de différentes tâches dans leur domaine ;

Organiser des voyages annuels pour les jeunes dans des sites du patrimoine mondial de nos pays. Nous participerons concrètement au travail de terrain pour ces sites et agirons ainsi en faveur de la préservation et de la conservation du patrimoine mondial.

Les jeunes d’aujourd’hui seront les leaders de demain. L’avenir est entre nos mains, mais nous avons toujours besoin de l’aide des générations plus anciennes. La communication et la coopération entre nations sont vitales pour la préservation du patrimoine mondial.

C’est le moment d’agir !

Appel des enseignants

Nous, enseignants de 16 pays différents, participants au deuxième Forum international des jeunes sur le patrimoine mondial, Osaka (Japon), novembre 1998, soutenons le vœu des étudiants.

Notre vœu s’appuie sur les recommandations des Forums des jeunes sur le patrimoine mondial précédents :

  • Le premier Forum international des jeunes sur le patrimoine mondial, Bergen (Norvège), 1995,
  • Le premier Forum européen des jeunes sur le patrimoine mondial, Dubrovnik (Croatie), 1996,
  • Le premier Forum africain des jeunes sur le patrimoine mondial, Victoria Falls (Zimbabwe), 1996,
  • Le premier Forum d’Asie-Pacifique sur le patrimoine mondial, Beijing (Chine), 1997.

Ces Forums des jeunes ont mis en exergue l’importance du travail coopératif des enseignants en matière d’éducation au patrimoine mondial et aussi des clubs de l’UNESCO et des activités extrascolaires, surtout quand le programme est déjà chargé ;

La préparation et la production de matériels éducatifs portant sur les sites d’intérêt exceptionnel des pays ;

La diffusion de l’idée d’éducation au patrimoine mondial par l’organisation de réunions, de camps d’été, et d’activités connexes aux niveaux national et international.

Outre les recommandations ci-dessus, le Forum d’Osaka a mis en lumière l’importance de l’éducation au patrimoine mondial et de la culture de la paix. Cela revêt la plus haute importance s’agissant de l’année 2000, année de la culture de la paix. Nous nous engageons à diffuser la culture de la paix par tous les moyens possibles, particulièrement au niveau local. Nous enseignerons le besoin d’« agir localement et de penser mondialement ». Nous diffuserons l’enseignement d’Hiroshima : « Puissent les âmes ici reposer en paix, pour que l’enfer ne soit répété ». Notre jeunesse n’héritera de rien sans la paix. Nous reconnaissons que le kit « le patrimoine mondial entre les mains des jeunes » constituera un moyen très important dans le rapport entre l’éducation au patrimoine mondial et le développement d’une culture de la paix. Par ailleurs, le kit met également l’accent sur les liens entre l’éducation au patrimoine mondial et le tourisme, l’environnement et l’identité. Nous nous engageons à mettre l’accent sur ces thèmes dans notre enseignement.

Nous nous sommes engagés à diffuser le kit dans nos pays respectifs par tous les moyens possibles, particulièrement les commissions nationales pour l’UNESCO et nos responsables respectifs en matière d’éducation. Nous nous sommes engagés à garantir l’utilisation du kit tout au long du programme. Nous nous assurerons par-dessus tout que le kit sera utilisé pour enseigner l’éducation au patrimoine mondial grâce aux meilleures méthodes disponibles afin de faire de l’éducation au patrimoine mondial une expérience agréable pour chacun.

Avec le kit, nous :
encouragerons les étudiants et les enseignants à participer activement à la préservation des sites du patrimoine ;
contribuerons à l’éducation de tous pour reconnaître l’importance de l’identité en tant qu’unité dans la diversité, mais aussi l’importance du respect des autres cultures et traditions ;
encouragerons chacun à se comporter d’une manière écologiquement soutenable afin que les générations futures héritent d’un monde meilleur. Nous comprenons l’extrême importance de la diffusion d’une culture de comportement écologiquement durable.

Nous, enseignants, coopérerons avec le réSEAU en utilisant toutes les technologies disponibles aux niveaux local, régional, national et international.

Au regard du rôle que joue l’éducation s’agissant de notre patrimoine, nous promettons d’évaluer systématiquement nos activités afin de nous assurer que nos promesses auront été tenues.

Organisations non gouvernementales
et organisations à but non lucratif

  • Nous coopérerons avec les gouvernements nationaux et les organisations internationales pour soutenir les activités des jeunes dans tous les domaines.
  • Nous créerons des réseaux interrégionaux de jeunes pour soutenir les gouvernements nationaux et les organisations internationales à promouvoir la compréhension mutuelle et la coopération entre jeunes du monde entier.
  • Nous offrirons aux jeunes la possibilité de prendre conscience et de comprendre les problèmes mondiaux grâce à notre réseau mondial.
  • Nous coordonnerons les écoles, les autorités locales et le secteur privé dans tous les domaines possibles, établissant ainsi une société démocratique basée sur le concept de citoyenneté mondiale.

Bilan

Le Forum s’est déroulé à Hiroshima (22 et 23 novembre), Yakushima (du 24 au 26 novembre), à Nara (27 et 28 novembre), à Osaka (29 novembre) et à Kyoto (30 novembre).

À Hiroshima, un film et un diaporama sur la bombe atomique pendant la Seconde Guerre mondiale et sur le sanctuaire shinto d’Itsukushima ont été présentés par des étudiants universitaires locaux avancés. 150 étudiants ont travaillé à la préparation de cette présentation.

À Yakushima, des groupes locaux de l’association des femmes et des étudiants ont présenté en anglais l’histoire de la nature et la situation actuelle de Yakushima. Ils ont participé à un programme visant à trouver des moyens de préserver les cèdres japonais de Yakushima (Cryptomeria japonica).

À Nara, des étudiants universitaires locaux avancés ont fait visiter Nara aux jeunes du Forum tout en leur donnant des informations sur le bouddhisme. Les participants ont étudié le contexte historique et la situation actuelle des biens culturels de la vieille ville et ont appris comment les communautés tâchaient de les préserver.

À Osaka, les écoles hôtes et des organisations à but non lucratif ont installé des stands d’exposition place du patrimoine mondial pour présenter les sites du patrimoine mondial et les activités des organisations à but non lucratif. Cela a permis aux étudiants universitaires locaux de réfléchir à une articulation plus concrète avec le patrimoine mondial et les organisations à but non lucratif.

Une exposition sur le patrimoine mondial s’est tenue dans le site de la conférence en collaboration avec une université de Kyoto. Les représentants du Forum international de la jeunesse ont assisté à la cérémonie inaugurale du Comité du patrimoine mondial de Kyoto le 30 novembre et ont présenté les conclusions du Forum des jeunes qui s’était déroulé la semaine précédente dans quatre villes différentes du Japon.

Participants et observateurs

69 participants : 40 étudiants et 16 enseignants issus des pays suivants : Australie, Autriche, Bolivie, Cambodge, Chine, Croatie, Cuba, Équateur, Égypte, Japon, Liban, Malawi, Norvège, Roumanie, Sénégal, Zimbabwe
Observateur : AN Yu

Bénévoles : Kumiko Endo, Toyoko Kamatsuki, Yuko Yamaguchi, Keiko Manzen, Hiroko Uenozono, Ryoko Wada, Momoko Wada, Yumiko Yamamoto, Satomi Tanaka, Sayoko Naito, Michiko Hamai, Michiyo Hotta, Mie Tokunaga.

Pays représentés : Australie, Autriche, Bolivie, Cambodge, Chine, Croatie, Cuba, Équateur, Égypte, Japon, Liban, Malawi, Norvège, Roumanie, Sénégal, Zimbabwe

Organisateurs

Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO
Réseau du système des écoles associées de l’UNESCO

Collaborateurs aux activités

Commission nationale japonaise pour l’UNESCO ;
Ministère des Affaires étrangères du Japon ;
Agence des affaires culturelles, Japon ;
Agence pour l’environnement ;
Agence des forêts ;
Organisations municipales : préfecture d’Hiroshima ; préfecture de Kagoshima ; préfecture de Nara ; préfecture d’Osaka ; mairie de Nara ; mairie d’Osaka ; mairie de Kamiyaku ; mairie de Yaku ; mairie d’Ikaruga ; The Overseas Construction Association of Japan, Inc. ; le conseil d’éducation de la préfecture d’Hiroshima ; le conseil d’éducation de Kagoshima ; le conseil d’éducation de Kamiyaku ; le conseil d’éducation de la ville de Yaku ; le conseil d’éducation de la préfecture de Nara ; le conseil d’éducation de la ville de Nara ; le conseil d’éducation de la ville d’Ikaruga ; le conseil d’éducation de la préfecture d’Osaka ; le conseil d’éducation de la ville d’Osaka.

Sponsor

Osaka Junior Chamber, Inc.
Autres sponsors : Kodansya LTD ; Secom Co., LTD ; Dainihon Syogi Company Limited ; Saraya Co., LTD ; Kinden Corporation ; Oguraya Yamamoto ; Cosmo Oil Co., LTD ; Ohmori MFG Co., LTD ; The Kansai Electric power Co., LTD ; Cosmo Trade&Service Co., LTD ; Osaka Gas Co., LTD ; Nichimen Corporation ; Nippon Telegraph and telephone West Corporation ; Maxray Inc. ; The Tokyo Marine and Fire Insurance Co., LTD ; Fuso Pharmaceutical Industries LTD. ; INAX Corporation ; The Yasuda Mutual Life Insurance Company ; Honest Co., LTD ; Ezaki Guriko Co., LTD ; Secom Information System Co. LTD ; Sanyo Eledtric Co., LTD ; Asahiya Syoten LTD ; Wadahachi Kamaboko Seizou Co., LTD ; Wadahachi Co., LTD ; Table Factory ; Iwasa Company ; Suezawa Sangyo Co., LTD ; Ueno Fine Chemicals Industry, LTD ; Toto LTD ; Itoki Co., LTD ; Osaka Ryokufu kanko ; Nihon Anodizing Co., LTD ; Mazroku Co., LTD ; Hatsuta Seisakusho Co., LTD ; Cuore ; Konoike Construction Co., LTD ; K.K. Shintaku ; Uokuni Sohonsya Co., LTD ; Union Co., LTD ; Union Partner's Club ; Naigai Energiring Inc. ; Nisshin Steel Co., LTD ; Tsugi Culinary Institute ; Konishi Co., LTD ; Mitsubishi Plastics, Inc.
Etats parties (1)