English Français
 

Système d’information sur l’état de conservation

Du 11 juin 2012 Au 2012 -
Catégories Conservation culturelle Conservation naturelle Gestion de site

La conservation, au cœur de la Convention du patrimoine mondial

L’article 4 de la Convention du patrimoine mondial porte sur la conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial et indique que « chacun des Etats parties à la présente Convention reconnaît l’obligation d’assurer l’identification, la protection, la conservation, la mise en valeur et la transmission aux générations futures du patrimoine culturel et naturel (…) situé sur son territoire, (…) et s’efforce d’agir à cet effet (…) ».

De plus, le paragraphe 169 des Orientations donne une définition détaillée du processus de suivi réactif (« processus SOC ») comme étant « la soumission par le Secrétariat (…) et les Organisations consultatives au Comité de rapports sur l’état  de conservation de certains biens du patrimoine mondial qui sont menacés (…) ». Ces rapports sur l’état de conservation d’une sélection de biens sont examinés chaque année par le Comité du patrimoine mondial. Depuis 1979, plus de 3 000 rapports d'état de conservation (« rapports SOC ») ont été préparés, ce qui représente une documentation exceptionnelle sur les questions de conservation, l'un des systèmes de suivi les plus complets de toutes les conventions internationales.

 

Un besoin d’identifier les tendances

A sa 32e session (Québec, 2008), le Comité du patrimoine mondial a demandé au Centre du patrimoine mondial de préparer un résumé analytique sur l’état de conservation des biens discutés à la 32e session définissant les tendances (Décision 32 COM 7B.129).

L’année suivante, à sa 33e session (Séville, 2009), après avoir pris note de ce résumé analytique le Comité du patrimoine mondial a demandé au Centre du patrimoine mondial de préparer un résumé des tendances, des changements et des menaces, basé sur un résumé analytique de l'état de conservation des biens du patrimoine mondial sur cinq ans (2005-2009) (Décision 33 COM 7C). Ce document (WHC-10/34.COM/7C), examiné par le Comité à sa 34e session (Brasilia, 2010), a été accueilli avec satisfaction, comme base d'une réflexion plus approfondie et d'une analyse plus étendue de ces données. Le Comité a également considéré que ce travail soulignait la nécessité d'un suivi plus systématique des menaces et de la manière d'identifier et de réagir aux tendances émergentes.

Le Comité s’est ensuite félicité de la proposition effectuée par les gouvernements de l’Australie et du Sénégal d’organiser une réunion d’experts sur les stratégies visant à relever les défis mondiaux en matière de conservation (Décision 34 COM 10D) (Dakar, Sénégal, 13-15 avril 2011, voir page http://whc.unesco.org/fr/evenements/740/). Les principaux objectifs de cette réunion d'experts étaient d'identifier les tendances/thèmes émanant du processus de rapport sur l'état de conservation, de faciliter le partage d'information sur les approches de gestion de problèmes communs aux biens, de considérer les directives disponibles pour assister les Etats parties à prévenir et atténuer les menaces, et de discuter de l'insertion de ces questions dans les approches politiques. La réunion a proposé des améliorations au processus et aux procédures utilisés pour suivre l'état de conservation des biens du patrimoine mondial.

A sa 35e session (UNESCO, 2011), après avoir approuvé les recommandations de la réunion d’experts de Dakar (Décision 35 COM 7C), le Comité du patrimoine mondial a poursuivi sa réflexion sur les tendances de l’état de conservation des biens et, considérant  « le besoin d’un suivi plus systématique des menaces », a appelé les Etats parties à la Convention à soutenir la proposition de créer un « Système d’information sur l’état de conservation » exhaustif qui puisse servir de base à des études analytiques et aider les partenaires concernés par la conservation des biens, avec pour objectif de rendre ce système opérationnel sur le site Internet du Centre du patrimoine mondial pour la 37e session du Comité en 2013. 

La concrétisation du projet de Système d’information en ligne

En réponse à la décision 35 COM 7C, le Centre du patrimoine mondial a conçu un projet visant à développer un tel système d’information pour toutes les parties prenantes à la Convention et l’a présenté à divers bailleurs de fonds potentiels.  Le gouvernement flamand a apporté une réponse positive en vue de soutenir cet ambitieux projet. 

Le principal objectif de ce projet consistait à développer une base de données informatisée, comportant des informations exhaustives et intégrées sur l’état de conservation des biens du patrimoine mondial examinés par le Comité du patrimoine mondial depuis 1979, et sur les facteurs ayant un impact négatif sur leur valeur universelle exceptionnelle. De plus, ce système d’information devait permettre aux utilisateurs de mettre en relation les nombreux documents relatifs à l’état de conservation d’un bien particulier (rapports SOC, rapports de l’Etat partie, rapports de mission, décisions du Comité, etc.), archivés sous différents formats et répartis sur différentes pages Internet.

Après une phase de développement de deux ans, le système d’information sur l’état de conservation a été achevé fin septembre 2013, hébergé sur le site Internet du Centre du patrimoine mondial à l’adresse http://whc.unesco.org/fr/soc, intégré avec les autres bases de données existantes (sur les candidatures, l’assistance internationale, les listes indicatives, les informations des Etats parties, la documentation statutaire, les décisions du Comité du patrimoine mondial, etc.). Cet outil est à présent ouvert à la consultation de toutes les parties prenantes à la Convention

Le système d’information dispose d’une fonction de recherche avancée (par année, par bien, par Etat partie, par région, par type de menace, etc.) permettant d’extraire l'ensemble des données requises par les utilisateurs et fournir des statistiques et des graphiques pertinents. 

En plus de son objectif de suivi de l’état de conservation des biens, ce système d’information contribue largement à la mémoire institutionnelle de la Convention du patrimoine mondial et facilite une prise de décision bien informée et cohérente.

Cet outil permet également à tous les utilisateurs d'effectuer une analyse complète des menaces qui pèsent sur les biens et de leur évolution dans le temps. Ces analyses permettent d'identifier les menaces génériques, les problèmes de fond sous-jacents et les tendances potentielles au fil du temps. Elles aident par ailleurs les États parties à améliorer les mesures d'atténuation visant à mieux protéger leurs biens.

En complément (1)
Objectifs stratégiques
  • Conservation
  • Communication
Décisions (4)
Show 35COM 7C
Show 34COM 10D
Show 33COM 7C
Show 32COM 7B.129