jump to the content

Atelier "Pacifique 2009"

Un atelier « Pacifique 2009 », organisé conjointement par le Centre du patrimoine mondial et le Département néo-zélandais de conservation, s'est tenu à Tongariro, Nouvelle-Zélande du 14 au 24 octobre 2004. Il a réuni quelque 70 participants, dont des représentants d'Etats du Pacifique, de TOM français et de Rapa Nui (Ile de Pâques, Chili), ainsi que de l'UICN, de l'ICOMOS et de l'ICCROM, de la Fondation nordique du patrimoine mondial, de Conservation International, de l'Université Deakin et autres partenaires concernés. La Fondation nordique du patrimoine mondial et le Fonds-en-dépôt italien ont financé cet atelier.

Malgré l'immensité de la région du Pacifique et l'importance de ses trésors naturels et culturels, elle n'est représentée sur la Liste du patrimoine mondial que par le site de Rennell Est dans les Iles Salomon, si l'on ne tient pas compte des sites d'Australie et de Nouvelle-Zélande. L'atelier avait notamment pour objectif de discuter des moyens de développer l'inscription de sites de la région afin de mieux protéger son patrimoine naturel et culturel unique.

Cet atelier, présidé par Andrew Bignell, du Département néo-zélandais de conservation, a bénéficié en permanence de la présence de Tumu Te Heu Heu, Chef suprême de la tribu Tuwharetoa de Tongariro et Délégué de Nouvelle-Zélande au Comité du patrimoine mondial.

Des représentants de tous les Etats insulaires du Pacifique, ainsi que des experts australiens et néo-zélandais, ont pu visiter Tongariro, en étudier la conservation et la gestion et échanger sur des problèmes communs. Ils ont également pu s'informer des mécanismes et concepts de la Convention du patrimoine mondial et de la nouvelle Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

Le plan d'action pour la mise en oeuvre de ce programme a été étudié et débattu. Ce plan présente des actions claires et hiérarchisées à entreprendre pour atteindre des objectifs concrets et des résultats fixés par le Comité en 2003. Dès la finalisation et la distribution du plan à tous les participants, le Centre du patrimoine mondial commencera à travailler à sa mise en oeuvre au niveau national et régional. Il établira aussi d'autres propositions de projets dans le cadre du plan pour certaines zones géographiques du Pacifique.