jump to the content

Le sauvetage des monuments et sites de Nubie

Le monument le plus célèbre affecté par le Projet du haut barrage d'Assouan fut le complexe de temples de l'île de Philae. Dédié à la déesse Isis, le sanctuaire date principalement de l'époque gréco-romaine et fut transformé ultérieurement en église (540 ap. J.-C.).

Les monuments suivants furent également menacés par la construction du barrage :

  • Les petits temples de Debod, Qertassi et Taffa, datant de la même époque que Philae,
  • Le grand temple de Kalabsha, édifié par Auguste et dédié au dieu local Mandulis,
  • Le temple de Beit el Wali proche de Kalabsha,
  • Le petit temple de Dendur construit plus au sud,
  • Le temple de Ramsès construit dans la roche à Gerf Husein,
  • Le temple de Dakka datant de l'époque de Ptolémée,
  • Le temple de Maharraqa datant de l'époque romaine,
  • Un temple de Ramsès II à Wadi es Sebua,
  • Un temple ancien, construit sous le règne de Touthmosis III et Aménophis II (15e s. av. J.-C.) à Amada, situé à 205 km au sud d'Assouan,
  • Le temple de Derr taillé dans la roche sur la rive droite du Nil, datant de la période de Ramsès II,
  • Une chapelle de Touthmosis III taillée dans la roche à Elleysia, au nord du village fortifié de Qasr Ibrim, centre politique important pendant et après l'époque romaine,
  • Les deux temples de Ramsès II taillés dans la roche à Abu Simbel, à 280 km au sud d'Assouan
  • La petite chapelle de Horemheb sculptée dans la roche (fin du 14e s. av. J.-C.) à Abu Oda sur la rive opposée du Nil, à proximité de la grande ville fortifiée de Gebel Adda (époques romaine et ultérieure).

Dans la Nubie soudanaise, les monuments et sites suivants furent menacés :

  • Le temple de Ramsès à Aksha,
  • La ville fortifiée de Buhen avec deux temples datant de la 18e Dynastie égyptienne et
  • Deux temples de la même époque dans les forteresses de Semna Est et Ouest.

Sous la menace d'immersion finale sous près de 50 mètres d'eau, la nécessité de sauver ces monuments uniques représentait à la fois une urgence et un défi technique.

A l'exception de trois monuments (le temple de Gerf Husein, les chapelles de Qasr Ibrim et le temple of Abu Oda), les édifices furent démantelés, taillés et déplacés vers un autre site. Ils furent rassemblés en six groupes :

  1. Les temples des îles de Philae sur l'île d'Agilkia à proximité du précédent barrage d'Assouan ;
  2. les temples de Beit el Wali et Kalabsha et le Kiosque de Qertassi près du haut barrage ;
  3. les temples de Dakka, Maharraqa et Wadi es Sebua près du site antérieur de Wadi es Sebua ;
  4. les temples d'Amada et Derr ainsi que la tombe de Pennut à Aniba près du site antérieur d'Amada ;
  5. les temples d'Abu Simbel in situ mais 60 m au-dessus du site d'origine ;
  6. les temples d'Aksha, Buhen, Semna Est et Semna Ouest au jardin-musée de Khartoum.

Par ailleurs, l'Égypte a fait don de quatre temples en expression de sa gratitude envers les pays qui ont contribué au succès de la campagne : Debod à l'Espagne, Taffa aux Pays-Bas, Dendur aux États-Unis d'Amérique et Ellesyia à l'Italie.