English Français

Forum des jeunes sur le patrimoine mondial (2001) en Amérique latine : le tourisme durable

Lima (Pérou)
23 février – 1er mars 2001

Objectifs

L’objectif principal du Forum était de trouver les moyens de protéger les zones menacées par le tourisme.

Le phénomène mondial de croissance du tourisme oblige les autorités à planifier et à réfléchir aux conséquences négatives potentielles de la circulation des voyageurs sur un site. C’est pour cette raison que les étudiants et enseignants du Forum des jeunes ont mis l’accent sur la nécessité d’intégrer l’éducation au patrimoine mondial dans les programmes scolaires et ont recommandé que tous les pays présents au Forum ratifient la Convention du patrimoine mondial.
Les autres objectifs étaient de :

  • trouver une méthode novatrice pour intégrer le patrimoine mondial et sa fréquentation durable dans l’éducation ;
  • promouvoir l’échange des idées et des connaissances entre étudiants et enseignants ;
  • en appeler à un intérêt et une compréhension accrus de la valorisation, de la protection et de la préservation du patrimoine mondial culturel et naturel.

La déclaration de Lima

Forum des jeunes sur le patrimoine mondial en Amérique latine : tourisme et développement durable

Nous, les jeunes et enseignants de 18 pays d’Amérique latine et des Caraïbes, réunis lors du premier Forum des jeunes sur le patrimoine mondial en Amérique latine, tourisme et développement durable, du 26 février au 1er mars 2001 à Lima (Pérou), organisé par le ministère de l’Éducation et l’Institut national de la culture de la République du Pérou, avec la collaboration de l’UNESCO – réseau des écoles associées et Centre du patrimoine mondial –, reconnaissons l’importance et l’étendue des thèmes débattus lors du Forum :

Que l’éducation des jeunes au patrimoine est l’une des bases du développement durable.

Que la valorisation du passé est le pilier sur lequel on construit l’avenir.

Que le renforcement de l’identité par la connaissance et l’appropriation de nos richesses culturelles et naturelles favorisent la compréhension et la solidarité entre les peuples.

Que le tourisme organisé encourage la protection de l’identité de nos pays.

Que la connaissance du patrimoine mondial et des instruments normatifs de l’UNESCO comme la Convention de 1972 sur le patrimoine mondial culturel et naturel est fondamentale pour répondre aux défis du XXIe siècle.

Recommandations

Renforcer les politiques éducatives et culturelles grâce à une approche intersectorielle (ministères de l’Éducation, de la Culture, du Tourisme, de l’Environnement et autres) ;

Intégrer l’éducation au patrimoine aux programmes de formation et de sensibilisation des enseignants et travailler à tous les niveaux et avec toutes les méthodes d’enseignement ;

Faciliter l’élaboration d’activités hors programme pour les élèves et enseignants (excursions éducatives, concours, événements, expositions, etc.) ;

Favoriser le tourisme patrimonial durable (écotourisme et tourisme historique) par la participation des communautés, thème transverse du développement culturel et économique de nos pays ;

Promouvoir la création de réseaux d’information sur le patrimoine entre les jeunes et les enseignants de la région ;

Organiser des campagnes de sensibilisation de la population sur ce thème en impliquant les mass médias ;

Encourager la création, en langue espagnole, de portails Internet d’information sur le patrimoine et le tourisme.

Au niveau international, l’UNESCO travaille sur le projet « Le patrimoine mondial aux mains des jeunes », mis en œuvre grâce au Centre du patrimoine mondial et au Réseau des écoles associées des États membres.

En Amérique latine et aux Caraïbes, l’UNESCO promeut une stratégie régionale qui propose la création de comités techniques nationaux composés de spécialistes du patrimoine culturel et naturel, d’un coordinateur des écoles associées, d’un membre de la Commission nationale pour l’UNESCO, d’un élève, d’un superviseur ou inspecteur des écoles associées et d’un enseignant ayant participé à ce Forum, afin de :

Soutenir la création et le fonctionnement des comités techniques nationaux qui agiront en tant que partenaire pour l’efficacité du projet.

Ces commissions nationales seraient chargées de :
l’échange des informations et des programmes novateurs faisant usage des nouvelles technologies ;

La formation organisationnelle et d’élaboration de contenus ;

La préparation ou l’adaptation des matériels pédagogiques.

Nous demandons par conséquent un engagement de nos gouvernements pour prendre les mesures nécessaires à la réalisation de cette déclaration.

Nous, jeunes et enseignants présents à Lima, affirmons notre engagement déterminé à participer activement, convaincus du besoin urgent de défendre notre identité latino-américaine et caribéenne. Nous diffuserons ce document aussi largement que possible dans les médias quand nous serons de retour dans nos pays respectifs.

Il dépendra de vous que nos rêves deviennent réalité.

Les participants.

Conclusions

L’organisation du Forum des jeunes en Amérique latine et aux Caraïbes a agi comme un catalyseur et a inspiré des initiatives pour établir un réseau de coopération afin de promouvoir l’éducation au patrimoine mondial.
Pour les étudiants, le Forum a permis de rencontrer d’autres jeunes issus d’autres pays, de débattre de thèmes d’intérêt commun et de trouver leur propre rôle dans la conservation du patrimoine mondial.
Pour les enseignants, le Forum a constitué une occasion de débattre de nouvelles perspectives éducatives et de contribuer à l’élaboration de l’éducation au patrimoine mondial.

Les expériences tirées du Forum furent variées et positives. Les échanges culturels ont contribué à un enrichissement réciproque et au développement de liens d’amitié entre participants ; ces liens ont permis un approfondissement des connaissances des autres cultures. Le Forum a constitué un cadre positif pour atteindre les objectifs proposés.

Les organisateurs ont été satisfaits de la contribution des étudiants et des enseignants, qui ont montré leur intérêt pour renforcer leur identité culturelle, la solidarité et les valeurs universelles, pour renouveler leurs opinions et leurs attentes et pour apprendre et progresser dans un monde pacifique et amical. Nous pensons que les filles et garçons ont participé au Forum en tant que véritables Patrimonitos, gardiens et protecteurs du patrimoine mondial.

Organisateurs

UNESCO
Institut national de la culture du Pérou
Ministère de l’Éducation du Pérou
Commission nationale de coopération péruvienne pour l’UNESCO

Participants et observateurs

94 participants, dont 52 étudiants et 26 enseignants issus des pays suivants : Argentine, Bolivie, Brésil, Colombie, Costa Rica, Cuba, Chili, Équateur, Guatemala, Honduras, Mexique, Nicaragua, Panama, Paraguay, Pérou, République dominicaine, Uruguay, Venezuela,

et 16 autres participants.

Pays représentés

Argentine, Bolivie, Brésil, Colombie, Costa Rica, Cuba, Chili, Équateur, Guatemala, Honduras, Mexique, Nicaragua, Panama, Paraguay, Pérou, République dominicaine, Uruguay, Venezuela.

Organisations impliquées :

réSEAU de l’UNESCO
Le Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO
NORAD (Agence norvégienne de développement et de coopération)
Etats parties (1)